superbanniere
Abonnement Magazine

La classe de maternelle de madame Michèle

crédit: iStock

crédit: iStock

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des coquillages ou du bois flotté. Elle collectionne les cartes postales de musées, les boîtes aux formes étranges, les roches bizarres, et invente pour eux toutes sortes d’activités de découverte. Elle sait que TOUT les intéresse, qu’il suffit d’un peu de créativité pour les émerveiller.

Quand elle était petite, elle voulait déjà être enseignante. Elle faisait la dictée à ses poupées et montrait à son petit frère de 4 ans à dessiner de belles lettres au tableau. Aujourd’hui, cela fait des décennies qu’elle enseigne en classe de maternelle. Elle a appris à des dizaines d’enfants allophones à communiquer en français, à des centaines de petits impatients à attendre leur tour pour parler, à des cohortes de futurs artistes à mélanger le bleu et le jaune pour faire du vert et à une foule de scientifiques en herbe à observer le monde avec curiosité.

Dans sa classe, elle a déjà eu des poissons gloutons, des têtards qui se sont changés en grenouilles, des escargots qui aimaient se réfugier dans le coin blocs et des tortues naines qui rêvaient de parcourir le monde hors de leur aquarium. Elle a testé de nombreux manuels scolaires, expérimenté les techniques des pédagogues les plus en vogue et plusieurs méthodes innovantes pour aménager sa classe.

En dehors de ses heures de travail, elle passe beaucoup de temps dans la section jeunesse de la bibliothèque municipale. C’est une habituée de la librairie du coin. Il n’y a pas de budget pour cela, mais elle veut que ses élèves aient de beaux livres, même si elle doit les payer de sa poche. Elle pense que c’est le rôle de l’école de donner le goût de la littérature aux enfants.

Elle aime son métier. Même si parfois c’est dur. Où qu’elle soit, elle pense toujours à eux. À la petite Gaby qui ne mange pas toujours à sa faim, à Victor qui se roule par terre en hurlant à la moindre contrariété, à Nico qui a déjà fugué trois fois, à Lila qui ne dit rien à personne, à Elliot qui mord et tape les amis… et sa prof aussi. Elle sait que leurs parents se sentent souvent dépassés.

À la maison, elle a un fils et une fille en bonne santé et qui ont de bons résultats scolaires, ainsi elle ne compte jamais ses heures pour s’occuper des enfants des autres. Mais parfois, c’est elle qui se sent dépassée. Alors elle lit des livres, consulte des spécialistes, demande l’avis de ses collègues, tente de nouvelles approches. Elle fait de son mieux. Mais ce n’est pas toujours assez.

Demain, c’est la rentrée. Dans sa classe, une trentaine d’enfants de 5 ans entameront leur premier jour d’école avec les larmes aux yeux et beaucoup d’espoir au cœur. Comme chaque année, elle fera tout pour être à la hauteur.

 

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

Les étiquettes Le journal d’Alice

Voici des étiquettes aux couleurs de la série Le journal...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →