superbanniere
Abonnement Magazine

S.O.S. allergies saisonnières

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

Éternuements, larmoiement, écoulement nasal et même crises d’asthme : pour plusieurs enfants souffrant d’allergies saisonnières, l’arrivée des beaux jours n’est pas une bonne nouvelle ! Nathalie Côté

De juin à septembre, c’est la saison du rhume des foins ! De plus en plus d’enfants souffrent de réactions allergiques importantes pendant la saison estivale. Comment les soulager ?

La rhinite saisonnière – plus connue sous le nom de rhume des foins – est une réaction allergique causée par l’exposition aux pollens. Elle se produit lorsque le système immunitaire reconnaît, à tort, une protéine comme étant nuisible et tente d’expulser «l’ennemi »!

Pourquoi ? Certaines personnes ont des prédispositions génétiques et il est fréquent de compter plusieurs allergiques dans une même famille. Cependant, de plus en plus de patients consultent pour des allergies  saisonnières, constatent les médecins. Actuellement, un petit Montréalais sur cinq est allergique à l’herbe à poux, la plante responsable de 75 % des allergies saisonnières, selon la Direction de santé publique de la métropole.

« Les changements climatiques entraînent une hausse des températures et les plantes colonisent des régions plus nordiques, explique Isabelle Demers, conseillère scientifique à l’Institut national de santé publique du Québec. Elles produisent également du pollen sur une plus longue période. L’augmentation de la quantité de gaz carbonique dans l’air stimule la croissance des plantes, dont celles qui sont allergènes. »

De plus, d’autres facteurs pourraient être en partie responsables de ces allergies. « Les personnes qui présentent une carence en vitamine D courent plus de risques de faire une réaction immunitaire inadéquate », dit le Dr Philippe Bégin, allergologue au CHU Sainte-Justine. Or, à la fin de l’hiver, il est fréquent d’en manquer puisque le soleil en est la principale source. Le chercheur avance également que notre culture de l’hygiène pourrait être un facteur de risque. Le système immunitaire des enfants d’aujourd’hui étant moins exposé à des maladies et des infections, il serait moins bien « entraîné ».

Guérir d’une allergie
Des traitements de désensibilisation permettent de se débarrasser des allergies saisonnières ou, à tout le moins, de réduire les symptômes de 50 à 80 %. Le principe est simple : mettre la personne en contact avec l’allergène à petites doses et les augmenter afin que le système immunitaire s’habitue. On administre ce traitement de deux façons :

*Le médecin procède à des injections sous la peau. « Durant les premiers mois, elles doivent être faites chaque semaine. Ensuite, il faut les faire chaque mois pendant trois à cinq ans », explique le Dr Philippe Bégin, allergologue au CHU Sainte-Justine. Ce traitement est approuvé pour une large gamme d’allergènes qui peuvent être traités simultanément.

*Il existe aussi des pastilles qu’on laisse fondre sous la langue. Pour l’instant, ce traitement n’est offert que pour l’herbe à poux et les graminées. Il doit être entrepris trois mois avant l’apparition du pollen et se poursuivre jusqu’à la fin de la saison. « On peut le donner aux enfants à partir de 5 ans pour les graminées, mais seulement à partir de 18 ans pour l’herbe à poux », précise le Dr Rémi Gagnon, allergologue et chef du service en allergologie et immunologie au CHU de Québec. Après trois ans, l’effet persiste sans traitement.

Attention ! On peut acheter sur Internet des traitements de désensibilisation liquides à placer sous la langue. « Mais aucune étude scientifique valide n’a démontré leur efficacité et ce n’est pas approuvé par Santé Canada », prévient le Dr Gagnon.

Un vaccin ?
Des chercheurs de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill ont découvert un peptide (un morceau de protéine) capable de prévenir les allergies respiratoires… chez les souris ! Comment ? Administré sous forme de vaporisateur nasal, il bloque une molécule qui joue un rôle important dans l’apparition des réactions allergiques. Les chercheurs pensent même que ce vaccin pourrait être efficace contre les allergies alimentaires ! D’autres recherches et des essais cliniques seront nécessaires avant qu’on songe à l’administrer aux bébés humains.

8 trucs pour réduire les symptômes

  1. Installer un climatiseur afin de laisser les fenêtres fermées… et le pollen à l’extérieur de la maison.
  2. Éviter les sorties à l’extérieur en avant-midi. « C’est à ce moment que la quantité de pollen dans l’air est la plus importante », indique Isabelle Demers de l’Institut national de santé publique du Québec.
  3. Préférer la sécheuse à la corde à linge pour éviter de dormir dans des draps pleins de pollen.
  4. Prendre des antihistaminiques. « Ceux de deuxième génération, qui sont efficaces pendant 24 à 48 heures, engendrent beaucoup moins d’effets secondaires comme la somnolence », précise le pharmacien Pierre-Marc Gervais. Ceux offerts en sirop sont plus faciles à avaler pour les enfants.
  5. Utiliser un vaporisateur nasal de solution saline. Malheureusement, il n’existe aucun autre produit naturel dont l’efficacité a été démontrée, note M. Gervais.
  6. Demander conseil à un médecin. Différents traitements, comme des vaporisateurs nasaux à la cortisone et des gouttes ophtalmologiques, peuvent être prescrits lorsque les produits en vente libre ne conviennent pas.
  7. Organiser des corvées d’arrachage d’herbe à poux dans votre quartier et dans la cour d’école. « Un plant peut incommoder des gens dans un rayon d’un kilomètre », indique Mme Demers. Si tout le monde s’y met, ça peut aider.
  8. Consulter un acupuncteur. « Des études ont montré une réduction des symptômes grâce à l’acupuncture, souligne l’allergologue Philippe Bégin. C’est toutefois important de s’assurer que la personne fait partie de l’Ordre des acupuncteurs du Québec. » Il faut savoir que les aiguilles sont placées sur le visage pour traiter ces allergies. Les enfants pourraient ne pas apprécier. C’est la seule médecine douce pour laquelle un effet a été démontré.

Source: Enfants Québec, juillet-août 2016

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →