superbanniere
Abonnement Magazine

Devenir parent, le rôle de votre vie

Crédit: Lorelyn Medina, Shutterstock

Crédit: Lorelyn Medina, Shutterstock

Vous vous souvenez sûrement de la naissance de votre premier enfant… Devenir parent est un moment charnière dans la vie d’un individu. Même si on reste la même personne, avec les mêmes traits et le même tempérament, il y a tout de même un «avant » et un «après». En quoi le rôle de parent nous transforme-t-il ? La liste peut être longue, mais vite comme ça, je pense aux changements suivants :

  • Penser à un autre être humain et devenir un peu moins centré sur soi
  • Ressentir un amour inconditionnel pour quelqu’un – l’amour pour son conjoint est conditionnel, puisqu’on a choisi cette personne
  • Sentir qu’on a une immense responsabilité, celle de la vie d’un petit être complètement dépendant de soi
  • Apprendre à composer avec le manque de sommeil et les éveils nocturnes, tout en demeurant patient et aimant
  • Découvrir une autre facette de son conjoint, dans son nouveau rôle de parent
  • Développer des habiletés d’organisation, de communication, de gestion du temps et une capacité d’empathie

La liste pourrait encore s’allonger… À vous d’y ajouter les transformations personnelles que la parentalité vous a apportées !

En outre, dès les premières minutes suivant la naissance se développe la relation d’attachement, ce lien spécial qui unit un enfant à ses parents et qui constitue la base de son estime de soi et de son sentiment de sécurité. Le parent aussi le ressent, ce lien d’attachement.

Dernièrement, je lisais Le Petit Prince de Saint-Exupéry à ma fille. Chaque fois que j’ai lu ce livre dans ma vie, j’ai interprété l’histoire différemment, selon les étapes de développement personnel que je traversais… Cette fois-ci, c’était la première fois que je le lisais depuis que j’étais devenue mère. Et j’ai réalisé à quel point il s’agit d’une histoire sur l’attachement.

« C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. »

C’est le temps que nous accordons aux soins, à l’affection et à l’éducation à offrir à nos enfants qui les rend si importants à nos yeux, et qui nous rend si importants pour eux…

Ironiquement, si nous prenons autant soin d’eux, c’est d’abord par amour, mais aussi pour qu’ils deviennent autonomes. Et plus ils deviennent autonomes, moins ils ont besoin de nous… Ainsi, à cause de cet attachement suivi de cette autonomie, les parents vivent une longue suite de mini-deuils, comme l’aviateur lorsque le Petit Prince doit quitter la Terre pour rejoindre sa planète :

  • Le sevrage et la fin de l’allaitement
  • Le premier jour à la garderie et la fin du congé parental
  • Les premiers pas et leur premier refus d’être pris dans nos bras (marcher et courir, c’est tellement amusant !)
  • L’apprentissage de la propreté… et la fin de notre rituel de les langer
  • Leur première rentrée scolaire
  • La fin de leur enfance, et le début de leur adolescence – et la fin de leur admiration sans bornes pour nous (eh oui, un jour, ils découvrent que nous ne sommes pas parfaits !)
  • L’obtention de leur permis de conduire, et la fin des lifts durant lesquels on pouvait en apprendre un peu plus sur leur vie d’ado
  • La fin de leur adolescence, et le début de leur vie de jeune adulte

Au fil de tous ces mini-deuils, les parents sont en constante recherche d’équilibre et se remettent en question. On cherche seulement l’équité dans l’attention accordée à chacun de nos enfants, on tente de concilier travail et famille, on aspire à l’équilibre entre affection et discipline, on essaie d’être à la fois un bon parent ET un bon conjoint… À travers les jalons du développement de ses enfants, je crois que tout parent qui a le souci de bien remplir son rôle devient un meilleur être humain.

Cette suite de mini-deuils se poursuit jusqu’au deuil ultime : le départ des enfants de la maison. C’est à ce moment que, malgré les hauts et les bas dans notre rôle de parent, on réalise que le temps est précieux et qu’il passe très vite, pendant que petit à petit, nous vieillissons.

Mais au lieu de voir ces étapes comme une suite de mini-deuils, je préfère les considérer comme une suite de mini-succès… jusqu’au grand succès absolu : lorsque notre enfant s’épanouit, devient autonome, tout en conservant son attachement pour ses parents.

Ainsi, si vous êtes aujourd’hui un adulte épanoui, vous pouvez simplement dire merci à vos parents.

Et si vous sentez que votre rôle de parent vous aide à grandir en tant qu’être humain, vous pouvez aussi vous tourner vers vos enfants pour leur dire merci, à eux aussi !

 

Maman d’une fille de 5 ans et belle-mère d’une jeune femme de 18 ans, la psychologue Nadia Gagnier est clinicienne, auteure, conférencière et chargée de cours à l’UQAM. L’art d’être parent, l’estime de soi, l’image corporelle et l’anxiété chez les enfants sont parmi les sujets de prédilection de la fameuse Dre Nadia, psychologue à domicile de Canal Vie.

Source: Enfants Québec, mai-juin 2016 

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Les conflits, ça fait partie de la vie !

Pour la période estivale, vous avez planifié des vacances en...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →