superbanniere
Abonnement Magazine

La conciliation travail famille vie de couple, tout un défi!

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

Est-ce possible d’être à la fois heureux en amour, en famille et au travail ? Deux couples nous racontent comment ils ont trouvé l’équilibre. Amélie Cléroux

Deux routines sont établies chez les Charbonneau-Blier. Une semaine sur deux, le papa, Marc-André, s’occupe des repas du soir, prend en main la routine matinale et reconduit les enfants à l’école et à la garderie. « Il est meilleur que moi le matin ! » reconnaît sa conjointe Valérie. La semaine suivante, c’est elle qui reprend le flambeau.

Parents de trois jeunes enfants – Léa (8 ans), Félix (4 ans) et Emma (17 mois) –, les deux conjoints doivent composer avec l’horaire de Valérie, une infirmière qui travaille de nuit une semaine sur deux, sept jours d’affilée. Au quotidien, la fameuse conciliation travail-famille s’avère tout un défi ! Estimateur en bâtiment, Marc-André a pris la décision de travailler à son compte pour faciliter l’organisation de la maisonnée. « Ce choix me permet d’être beaucoup plus présent pour ma blonde et mes enfants », dit-il. Certes, le jeune papa se lève très tôt le matin et poursuit souvent son ouvrage tard le soir, mais il savoure la liberté d’avoir un horaire flexible.

« Lorsque ma blonde travaille de nuit, l’objectif est qu’elle puisse dormir le plus possible pendant la journée. C’est sûr que j’en fais plus, mais ça s’équilibre la semaine suivante, durant laquelle je me consacre un peu plus à mon travail et Valérie aux enfants. » Et les tâches ménagères ? « Je m’implique, évidemment : je passe la balayeuse, je fais la vaisselle et du lavage, je prépare les lunchs des enfants. Mais je ne mentirai pas, je dois encore m’améliorer ! » s’exclame-t-il avec bonne humeur.

Et comment se porte leur couple dans cet horaire atypique ? « Ça fait 13 ans qu’on est ensemble, on se connaît très bien. J’ai besoin d’elle et elle a besoin de moi », dit Marc-André. « Chacun a ses forces et ses faiblesses. Des fois c’est plus rock’n’roll de s’entendre, mais la plupart du temps on s’entraide et ça va très bien », renchérit sa conjointe.

Conciliation travail famille
Pas facile d’équilibrer la charge des responsabilités familiales, financières et ménagères pour les couples d’aujourd’hui ! Certes, l’égalité des sexes dans la répartition des tâches à la maison s’est sensiblement améliorée (voir encadré), mais trouver la formule qui fonctionne pour les deux parties est toujours un vrai casse-tête.

« Pour la plupart des Québécois, ça fait seulement deux générations que le modèle traditionnel familial du père pourvoyeur a cessé d’exister. Aujourd’hui, la majorité des femmes travaillent et les médias nous présentent une variété de modèles de couples. Mais nous sommes seulement aux balbutiements du réaménagement de la famille », croit André Turmel, sociologue et professeur à l’Université Laval. Selon lui, les modèles d’autrefois n’ont pas complètement disparu, mais on y ajoute les attentes d’aujourd’hui. « On considère que les mères devraient pouvoir tout faire, et que les pères devraient s’impliquer plus auprès de leurs enfants tout en subvenant aux besoins de leur famille », résume le sociologue. La barre est haute !

Un peu trop haute, même, selon la psychologue Nathalie Couture. « La quête de performance est excessive pour de nombreuses familles québécoises, remarque-t-elle. C’est le rendement qui compte, au travail, mais aussi à la maison. On veut tout faire, tout réussir, tout caser dans un horaire réglé au quart de tour : les cours de violon de la plus jeune, le sport du plus grand… » Et à trop vouloir performer, selon la psychologue, non seulement on crée du stress à la maison, mais on risque de négliger ce qui ne se calcule pas : le relationnel, le temps pour discuter autour d’un repas, les moments simples pour échanger en famille, mais aussi en couple.

Faire équipe
« Tous les deux, on a le même but : prioriser notre famille, nos deux filles, tout en occupant des emplois qui bougent. Alors il faut qu’on travaille en équipe. On est des partenaires dans tous les aspects de notre vie », affirme Tania Maurice à propos de sa relation avec son conjoint, François Gauvin. Actuel-le-ment basé à Bagotville au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce couple qui fait partie des Forces armées canadiennes a souvent dû déménager pour le travail. Au quotidien, tous deux essaient de partager le plus possible les responsabilités familiales, et ce, selon les préférences de chacun. « Je n’aime pas cuisiner, mais je supervise les devoirs comme un chef ! » lance la commandante adjointe en riant.

Toutefois, ils savent qu’ils doivent être interchangeables dans les tâches et auprès des enfants. Pour Kalixa et Devon, qui auront bientôt 8 et 6 ans, la discipline, par exemple, doit passer par les deux parents. Surtout que François, pilote d’hélicoptère, s’absente régulièrement pour le travail, et qu’il arrive aussi que Tania soit appelée à passer quelques jours loin de sa famille. Que ce soit la planification des repas ou l’organisation des activités des enfants, tout est prévu bien à l’avance, et la routine est bien établie. Mais le plus important pour ce couple, c’est la communication. « Ce n’est pas un secret : pour que ça fonctionne, il faut se parler, et ce, continuellement ! » dit Tania.

Pour la travailleuse sociale et psychothérapeute conjugale et familiale Linda Collin, c’est effectivement la clé du succès. « Si on ne prend plus le temps de partager notre vision des choses et nos priorités pour s’assurer qu’elles concordent toujours, on oublie les fondements de notre équilibre familial. On ne collabore plus !  Les tensions s’accumulent et tout devient conflictuel, même les tâches ménagères. Au lieu de travailler en équipe pour tout concilier et chercher à être heureux à deux dans ce rythme, on risque de devenir des adversaires », analyse la spécialiste du couple.

Tania Maurice estime sa cellule familiale harmonieuse malgré le tourbillon d’une vie très chargée. Les membres de la famille préfèrent miser sur des activités qui les rassemblent. « L’hiver, on adore aller skier en famille, c’est notre moment pour s’amuser ensemble. Les filles suivent un petit cours puis on dévale les pentes tous les quatre. Elles deviennent meilleures que moi ! » s’amuse la maman. Ont-ils trouvé la formule idéale ? « Notre rythme de vie nous rend heureux, dit Tania, mais ce qui fonctionne pour nous ne conviendrait pas à tout le monde. Chacun fait du mieux qu’il peut. »

 

La place des pères
Selon un rapport publié par le ministère de la Famille et des Aînés en 2011, chez plus de la moitié des familles formées de couples hétérosexuels travaillant à temps plein, les deux partenaires consacrent le même nombre d’heures aux travaux ménagers et aux soins des enfants. Cependant, lorsqu’un des conjoints y investit plus de temps que l’autre, c’est presque toujours, et de loin, la femme.

« Le débat sur ces questions doit se poursuivre, affirme André Turmel, sociologue et professeur à l’Université Laval. Surtout au sein des entreprises où certaines mentalités tardent à s’adapter à la nouvelle réalité des ménages. » Marc-André Charbonneau, père de trois enfants et estimateur en bâtiment à son compte, en a fait l’expérience. « Lorsque je travaillais pour un employeur, c’était très difficile de justifier mes absences. Si mes enfants étaient malades, on me disait que j’aurais dû travailler de la maison ou on me demandait pourquoi c’était moi qui prenais congé et pas ma femme. C’était un peu mal vu.  Je n’ai même pas pu prendre mes cinq semaines de congé de paternité d’affilée… »

Source: Enfants Québec, février-mars 2016

Commentaires

commentaires

2 commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Devenir parent, le rôle de votre vie

Vous vous souvenez sûrement de la naissance de votre premier...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →