superbanniere
Abonnement Magazine

J’ai testé la relaxation avec les enfants

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

Notre journaliste Nathalie Côté a testé la relaxation avec les enfants. Elle a persuadé Xavier (10 ans) et Ariane (9 ans) de participer chaque semaine à une séance de relaxation en famille. Alors, détendus ? Nathalie Côté

Très motivée, je me suis rendue à la bibliothèque pour emprunter quantité de livres et de disques de relaxation. Malheureusement, mes préados ne partageaient pas mon enthousiasme. « On ne va tout de même pas rester couchés en silence à regarder le plafond ? » m’a lancé ma fille.

J’ai compris que ça ne serait pas de la tarte. Je leur ai parlé un peu du stress, du tourbillon dans lequel nous vivons souvent sans prendre le temps de nous arrêter. Ils ont accepté de se prêter à l’expérience, mais sans grande conviction.

Une nouvelle routine
Le premier soir, j’avais préparé mon plan de match. Dans la chambre de mon fils, j’ai allumé des chandelles, fermé la lumière et invité les enfants à s’installer confortablement. L’ambiance était calme. C’était juste avant l’heure de se mettre au lit. D’abord, je leur ai proposé un exercice de gratitude. À tour de rôle, nous devions remercier une personne ou exprimer de la reconnaissance pour quelque chose. Ensuite, nous avons effectué des respirations profondes, pour évacuer le stress.

Pour pouvoir me détendre en même temps qu’eux, j’avais prévu utiliser un disque de relaxation pour enfants. Mais j’ai fait l’erreur de ne pas l’écouter avant. « Je voudrais te présenter un papillon magique, c’est mon ami de relaxation… » a commencé la voix. Les enfants ont pouffé de rire. C’était fichu. Ils trouvaient ça vraiment trop bébé. Nous nous sommes rendus jusqu’à la fin du texte de quelques minutes malgré tout. Mais j’étais plus déçue que détendue. Mes cocos n’avaient pas embarqué du tout. « Maman, ça relaxe de rire aussi », m’a dit ma fille pour me consoler de ma déconfiture.

Les soirs suivants, j’ai appliqué la même routine, mais en variant le dernier exercice. Certains jours, j’ai massé mes enfants à tour de rôle, par-dessus leurs vêtements. « Je me sens vraiment tout mou, je ne suis pas sûr que je vais être capable de me lever pour éteindre les chandelles », m’a avoué mon fils un soir, visiblement détendu par son massage.

Bilan
Notre expérience a duré trois semaines. Rapidement, les enfants ont commencé à apprécier ces moments de détente et même à les réclamer le soir venu. Parfois, il était plus difficile d’obtenir un peu de calme de leur part. Ils étaient excités et mettaient plus de temps à se détendre. Ou alors ils étaient fatigués et moins coopératifs. Mais j’ai pu constater qu’ils avaient moins tendance à se relever pour toutes sortes de raisons après le coucher lorsque nous faisions une relaxation avant le dodo. Mon fils, qui a souvent de la difficulté à s’endormir, m’a d’ailleurs confirmé qu’il trouvait le sommeil plus rapidement. « C’est l’fun de passer un moment doux ensemble », a ajouté ma fille. Je suis bien d’accord : c’est réellement du temps de qualité en famille !

Source: Enfants Québec, décembre-janvier 2016

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La relaxation en classe

Travaux et examens stressants, horaire parfois surchargé…...

Lire la suite →

5 activités antistress

Cet automne, vous serez un parent beaucoup plus zen, promis,...

Lire la suite →

J’ai testé la méditation avec mes enfants

Profiter de chaque instant présent, se libérer de ses...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →