superbanniere
Abonnement Magazine

Vive le rangement!

Mathilde_editoLa dernière fois que j’avais vraiment rangé la maison, c’était pour faire de la place pour mon bébé et ses mille et un accessoires «indispensables». Depuis – et cela fait déjà plus de quatre ans –, je laissais les objets – et la poussière – s’accumuler. Je n’avais pas le temps de ranger, moi. J’avais mieux à faire! Je me trompais. Vraiment.

Vous allez sans doute rire de moi, mais c’est le best-seller mondial de la Japonaise Marie Kondo, Le pouvoir étonnant du rangement (Éd. de l’Homme), qui m’a fait changer d’avis. Dans ce livre, l’auteure propose une méthode concrète pour faire le tri, des astuces pour que les vêtements prennent moins d’espace dans les placards, de bonnes idées pour mettre chaque chose à sa place et chaque place à sa chose. Mais elle va beaucoup plus loin. Pour Marie Kondo, ranger est un art de vivre qui permet d’être plus heureux et même de modifier radicalement sa vie. Et pour y arriver, il faut apprendre à se débarrasser de tout ce qui ne nous met pas «en joie».

Au départ, mon intérêt était purement professionnel: il y avait peut-être là un bon sujet d’article. Puis, au fil des pages, ça m’a frappée: dans ma maison, il n’y avait aucun endroit où je me sentais vraiment à l’aise. Des trucs, des meubles, des jouets et des bébelles avaient envahi mon espace, comme si j’avais perdu le contrôle. Je vivais dans cet appartement… mais ce n’était plus vraiment chez moi.

Sous les yeux ébahis de mon chum – qui n’a pas eu le choix d’embarquer dans ma nouvelle frénésie du rangement –, j’ai commencé à vider les placards. J’ai rempli des dizaines de sacs-poubelle et de boîtes de choses à donner, que nous avons apportés au comptoir d’entraide le plus proche. Je me suis débarrassée de deux bureaux, d’une table et de trois étagères. Ça m’a fait un bien fou!

Bien sûr, il a fallu faire des compromis. Même si tous les dessins, bouts de bâtons et roches rapportés chaque jour par mon fils ne me mettent pas forcément «en joie», la maternité exige des concessions. Et même si les figurines de Donjons et Dragons et les vinyles de mon chum m’apparaissent surtout comme des nids à poussière, sa joie à lui vaut bien quelques sacrifices.

Mais j’ai surtout découvert que le rangement n’était pas seulement une corvée. Que cela pouvait être une manière de prendre soin de moi. Dans ma chambre, je me suis aménagé un espace spécial, pour rêver, lire et écrire. Il y a mon fauteuil d’allaitement avec une couverture douce, des objets qui me rappellent de bons souvenirs, des photos de ceux que j’aime. Mon fils dit que c’est mon coin de princesse. Et il n’a pas tort!

Mathilde Singer

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Le ménage, un jeu d’enfant !

Le rangement et le nettoyage, ce n’est pas seulement...

Lire la suite →

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

Le bonheur est dans le parc

J'ai demandé à mon fils ce qu’il voulait faire pendant ses...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →