superbanniere
Abonnement Magazine

Isabelle complètement VEDGE

Crédit: René-Jean Lalande

Crédit: René-Jean Lalande

Isabelle Gélinas, son conjoint et leurs enfants Catherine et Guillaume sont devenus végétaliens en 2013. Isabelle nous raconte comment leur aventure culinaire s’est transformée en blogue et même en livre de recettes qui sera bientôt sur les tablettes! 

Un beau matin, j’ai décidé de cesser toute consommation de produits d’origine animale. Comme je ne fais jamais les choses à moitié, j’ai tout coupé d’un coup.

En tant que chef cuisinière de ma tribu, j’ai perdu tous mes repères. Plus de viande, ce n’est pas si difficile. Mais plus de lait ? Plus d’œufs ? Plus de fromage ? Il m’a fallu revoir complètement mes façons de faire… tout en continuant de plaire à la famille ! À force de recherches, d’essais et d’erreurs, j’ai appris qu’il existe des tonnes de laits végétaux, que dans les recettes de pâtisserie on peut remplacer un œuf par de la compote de pommes ou des graines de lin moulues dans l’eau, et qu’on peut fabriquer son propre fromage à l’aide de noix d’acajou ou de tofu…

Mes enfants, Catherine et Guillaume, alors âgés de 8 et 6 ans, m’ont suivie sans hésiter. Mon Johnny a pris son temps, mais toujours est-il que nous sommes depuis plus de deux ans une famille végétalienne.

La vie était belle, jusqu’à ce que notre aventure végé attire l’attention d’un éditeur. Bryan Perro (Perro Éditeur) m’a embrigadée dans la production d’un livre racontant mon expérience. Un livre plein de recettes, bien entendu, histoire de montrer au reste du monde ce que les végétaliens mangent en hiver. Le projet Isabelle, complètement VEDGE était né.

Notre vie familiale en a été totalement bouleversée. Cuisiner pour la tribu, soit. Cuisiner pour la tribu ET pour un lectorat potentiel, c’est une autre affaire. On a travaillé là-dessus pendant des mois. Et ce n’était pas de la tarte – quoique oui, deux ou trois fois, c’en était, de la tarte.

Avec l’objectif du livre en vue, chaque repas doit suivre un rituel bien précis.

D’abord, la confection. Avec les enfants, on mesure les ingrédients, on mélange, on goûte, on rectifie l’assaisonnement, on enfourne. Pendant ce temps, mon Johnny nous tourne autour avec son appareil photo, tchic-tchic-tchic ! Ensuite, je monte l’assiette pour la photo, armée d’un linge propre pour essuyer les gouttes de sauce indésirables, d’une pince à épiler pour redresser une fève, d’un pinceau pour badigeonner une dernière fois… Bref, c’est long. En m’attendant, mon conjoint prépare ses accessoires : le trépied, la tente, les lampes, etc. Ou alors, on s’installe dehors et je tiens le panneau réfléchissant pendant que mon photographe d’homme trouve la bonne pose.

Rendu là, ça fait longtemps que les enfants ne nous tournent plus autour… Ils sont partis jouer avec leurs amis. Nous regarder virer une assiette d’un bord ou de l’autre, ajouter une tige de ciboulette, saupoudrer quelques grains de poivre, c’est trop ennuyeux. Je ne m’inquiète pas : ils finissent toujours par revenir… et là, on dirait qu’ils sont partout. « Quand est-ce qu’on mange ?!? »

D’apprentis cuistots, les enfants deviennent soudain critiques culinaires. Ils goûtent. Ils commentent, sans censure. Parfois, c’est carrément raté – pas souvent, là, juste des fois. Les photos sont belles, mais pas assez. D’autres fois, c’est presque parfait, mais il manque un petit quelque chose. On sait alors qu’on va en remanger souvent, de ce repas-là, jusqu’à ce que nous soyons tous satisfaits.

C’est chouette quand c’est une recette de pouding au chocolat. C’est un peu plus plate quand c’est le pâté chinois, dont le steak est remplacé par un savant mélange de chou-fleur et de noix de Grenoble, ou de riz et de lentilles… Un plat qui revient huit fois en un mois parce qu’on n’arrive pas à le rendre appétissant en image.

Après presque un an, dont cinq mois intensifs, quand tout a été fini, les enfants ont poussé un véritable soupir de soulagement : « Enfin ! Plus besoin d’attendre la photo pour manger ! » Enfin, enfin… jusqu’au tome 2!

Isabelle, complètement VEDGE est publié chez Perro Éditeur (octobre 2015). En attendant, on peut suivre mes tribulations sur mon site completementvedge.com.

Source: Enfants Québec, juillet-août 2015

Commentaires

commentaires

Un commentaire

Suzanne

J’ai fait l’achat au salon du livre. Et, chacune des recettes faites sont excellentes. Muffins mmmmmmmmmmm Merci

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Tarte aux fraises d’amour

Quantité 8 portions Préparation 30 minutes Repos...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →