superbanniere
Abonnement Magazine

Niveau par niveau, les défis de la rentrée

Crédit: iStock

Crédit: iStock

Niveau par niveau, voici les défis qui attendent les élèves, de la maternelle à la première année du secondaire et des conseils de profs pour les aider à les accomplir. Catherine Mainville-M.

Maternelle

Objectif: Socialiser l’enfant et l’initier aux lettres de l’alphabet

Au programme Le rôle de la maternelle est essentiellement de permettre à l’enfant de développer sa motricité, d’affirmer sa personnalité (goûts, opinions, choix, etc.), d’interagir avec les autres, de communiquer, de comprendre le monde dans lequel il vit et de mener à terme un projet ou une activité. «Nous visons aussi la sensibilisation aux lettres et, selon les écoles, à leur son, précise Sofie Dessalles, enseignante à l’école Ahuntsic, à Montréal. En mathématiques, l’élève apprend à écrire et à reconnaître les chiffres, ainsi qu’à dénombrer les valeurs de 0 à 9.»

Les grands défis«Le développement de l’autonomie est l’un des principaux défis de la maternelle, en particulier pour ceux qui n’ont pas fréquenté de garderie, dit Mme Dessalles. Certains doivent par exemple apprendre à attacher leur manteau eux-mêmes.» À la maternelle, il faut aussi s’adapter à une nouvelle routine, à de nouvelles consignes, de même qu’à un groupe plus important. «Notre fille Émilie a d’abord trouvé que 20 enfants, ça faisait beaucoup de bruit, raconte Caroline Richard. Mais elle s’y est habituée rapidement.»

La journée type Pendant cette année tampon entre la garderie et la 1re année du primaire, les enfants ne sont pas tenus de passer la journée assis derrière un bureau. Une période de jeux libres leur est accordée tous les jours. S’ils font encore la sieste en début d’année, celle-ci est graduellement remplacée par une période d’activités calmes. Les enfants peuvent également bénéficier de cours de musique ou d’éducation physique.

1re année du primaire

Objectif: Faire ses premiers pas en lecture et en écriture

Au programme «À la fin de l’année, l’élève devra être en mesure d’écrire de courtes phrases bien structurées, explique Marie-Josée Gaudette, enseignante à l’école Bois-Joli-Sacré-Cœur, à Saint-Hyacinthe. En lecture, l’accent est d’abord mis sur la justesse des mots, puis sur le débit de lecture et la compréhension du texte.» En mathématiques, l’enfant apprend à dénombrer, ainsi qu’à écrire et nommer les nombres de 0 à 100. Il est en outre initié au calcul mental, aux additions et aux soustractions à deux chiffres, puis à la résolution de problèmes.

Les grands défis«Le fait de devoir être assis une partie de la journée ou d’avoir à terminer un travail entrepris nécessite beaucoup d’efforts pour certains élèves, note Mona Chéhata, enseignante à la même école. Par ailleurs, si vous voulez responsabiliser vos enfants, évitez de faire les choses à leur place.»Autrement dit: ils ont un message à vous transmettre? C’est à eux d’aller le chercher, et non à vous d’inspecter leur sac pour le trouver.

Comment les aider à la maison? Charline, 6 ans, a eu quelques difficultés en mathématiques. Pour faciliter son apprentissage, sa mère, Mélanie Carignan, s’est inspirée du quotidien. «Au moment du souper, par exemple, je lui demandais de calculer le nombre d’ustensiles nécessaires, dit-elle. C’est de cette façon que le déclic s’est fait.»

2e année du primaire

Objectif: Devenir un lecteur expérimenté

Au programme Le perfectionnement de la lecture et l’introduction à l’écriture cursive seront des éléments clés. Du côté des mathématiques, l’élève devra être capable, en fin d’année, d’écrire, de lire, de comparer et de mettre en ordre les nombres allant jusqu’à 1 000. Les additions et les soustractions deviendront aussi plus complexes.

Les grands défis«Il s’agit d’apprendre à lire avec fluidité tout en comprenant le texte lu», indique Isabelle Bernard, enseignante de 2e et 3e année à l’école Jean-XXIII, à Ange-Gardien.»

Comment les aider à la maison?«Il est important d’écouter son enfant lire et de le questionner sur ce qu’il a lu, souligne Mme Bernard. Lui faire la lecture à voix haute permet aussi de lui fournir un modèle.» Le calcul mental étant la bête noire de sa fille Mélodie, Caroline Alix a beaucoup misé sur l’aspect visuel et la manipulation pour l’aider. «Nous avons utilisé des feuilles de calculs à compléter ainsi que des cartes éclair affichant les opérations à mémoriser», explique-t-elle.  

3e année du primaire

Objectif: Exercer sa mémoire et hiérarchiser ses connaissances

Au programme La science et la technologie, de même que la géographie, l’histoire et l’éducation à la citoyenneté s’ajoutent aux matières déjà enseignées. En mathématiques, on introduit la multiplication et les tables à connaître par cœur. Dans certaines écoles, la division est aussi au programme. En français, l’élève entame les tables de conjugaison, en même temps qu’il est amené lire et à écrire des textes plus longs.

Les grands défis «La résolution de “situations-problèmes” en mathématiques nécessite beaucoup d’accompagnement de notre part, dit Claudie Noiseux, enseignante à l’école Saint-Sacrement, à Saint-Hyacinthe. Comme ces problèmes sont longs à résoudre et qu’ils font appel à des notions issues de champs totalement différents (p. ex.: les fractions et la mesure), ils demeurent difficiles à solutionner pour bien des élèves, qui n’arrivent pas à synthétiser l’information.»

Comment les aider à la maison?«Afin d’encourager ma fille Alice qui trouvait l’étude très lourde, je lui ai suggéré de répartir à sa guise les leçons de la semaine sur le calendrier, témoigne Mélodie Roy. Cela a très bien fonctionné.» Selon Mme Noiseux, même si l’enfant démontre de plus en plus de maturité et d’autonomie, la présence d’un parent est encore requise pour les devoirs et les leçons. «Ce n’est pas parce qu’un élève peut lire une consigne qu’il la comprend nécessairement», dit-elle.

4e année du primaire

Objectif: Conduire des projets de manière autonome

Au programme L’élève apprend à additionner et à soustraire des nombres à quatre chiffres, à maîtriser les tables de multiplication jusqu’à 10, à comparer des angles, entre autres. En français, il rédige des textes élaborés (texte explicatif, récit en cinq temps, etc.), qu’il doit être apte à réviser et à corriger lui-même. Il doit savoir lire un texte entre les lignes afin d’en déduire les informations implicites (les inférences).

Les grands défis «Je m’attends à ce que mes élèves soient indépendants, tant pour utiliser l’agenda et les fournitures que pour observer les règles et la routine en classe, dit Nathalie Ricard, enseignante de 3e et de 4e année à l’école Paul-Bruchési, à Montréal. Ils doivent aussi être à même de s’organiser quant à la réalisation et à la remise de leurs devoirs. D’autre part, au 2e cycle, nous devons davantage intervenir au sujet des conflits entre enfants. Des groupes se forment, des enfants sont exclus, etc. Ils doivent apprendre qu’ils ne sont pas obligés d’être amis avec tout le monde, mais que le respect des autres n’en est pas moins essentiel.»

Comment les aider à la maison? «La difficulté, avec notre fils de 9 ans, a été de le mettre au travail, raconte son père, Mathieu Thomassin. Désormais, nous avons une routine: Édouard profite du moment où je prépare le souper pour faire ses devoirs et ses leçons à mes côtés, ce qui me permet de l’aider. De cette façon, il a davantage de temps libre pour faire ce qu’il veut en soirée.»

5e année du primaire

Objectif: Gérer un rythme d’apprentissage plus soutenu

Au programme «En français, la marche est haute, particulièrement à cause des verbes, dit Julie Montour, professeure à l’école Monseigneur-Gilles-Gervais, à Saint-Bruno-de-Montarville. En plus du nombre accru de verbes à l’étude, de nouveaux temps s’ajoutent, dont le passé simple et le passé composé. Nous introduisons aussi les participes passés.» En mathématiques, les nouvelles notions sont nombreuses (p. ex.: les nombres carrés et cubiques), et le rythme d’enseignement est accéléré. La matière est toute aussi abondante en géographie, en histoire et en éducation à la citoyenneté. «Nous abordons la période allant de 1745 à 1905, précise l’enseignante. Comme c’est celle de notre histoire qui a connu le plus de changements, l’étude et la mémorisation demandées sont importantes.»

Les grands défis «La principale entrave pour l’élève de 5e année se trouve souvent à la maison, déplore Julie Montour. En effet, comme c’est le bulletin de ce niveau qui est pris en compte pour l’entrée au secondaire, la pression des parents est couramment démesurée, ce qui entraîne de l’anxiété chez l’élève. Plusieurs sont davantage préoccupés par leurs notes que par ce qu’ils apprennent.»

Comment les aider à la maison? «S’il a toujours eu de la facilité en classe, Alexis, 11 ans, s’est aperçu en 5e année qu’il devrait à présent faire des efforts pour conserver de bonnes notes, en français notamment, dit sa mère, Diana Milette. Limiter l’étude à un temps de verbe par soir nous a toutefois permis de lui simplifier la tâche.»

6e année du primaire

Objectif: Consolider les apprentissages du primaire

Au programme «La 6e année revient surtout à consolider ce qui a été vu au primaire, en prévision des examens du Ministère à la fin de l’année», indique Yanik Martel, enseignant à l’école Saint-Norbert, à Laval. En français, l’élève apprend à user de stratégies pour trouver l’information, souvent implicite, qu’il recherche. Il doit également donner et justifier son opinion en se basant sur ce qu’il a lu.

Les grands défis «À cet âge, le côté préadolescent se manifeste de plus en plus, dit M. Martel. Les jeunes veulent davantage de liberté, mais ils ont encore besoin d’encadrement pour organiser leur temps et remettre leurs devoirs dans les délais prévus.»

Comment les aider à la maison? Comme l’a constaté Marie-Ève Messier, la mère de Marc-Antoine aujourd’hui âgé de 13 ans, la préparation aux examens du Ministère peut être une grande source de stress. «Il n’en parlait pas, mais grinçait des dents la nuit», se souvient-elle. L’orthopédagogue Annie Lussier, qui travaille pour le Centre d’évaluation neuropsychologique et d’orientation pédagogique, à Montréal, suggère aux parents dont l’enfant est angoissé de demander à son enseignant la copie d’un examen ministériel antérieur, qui permettra au futur candidat d’avoir une meilleure idée de ce qui l’attend.

1re secondaire

Objectif: Adaptation

Au programme «L’enseignement de 1re secondaire est un approfondissement de ce qui a été vu en 6e année, dit Geneviève Paquet, orthopédagogue aux écoles secondaires Le boisé, à Victoriaville et Monique-Proulx, à Warwick. Le rythme d’apprentissage est toutefois plus rapide, et les travaux, plus longs.Mais l’élève qui a bien réussi son 3e cycle ne devrait pas connaître de véritables difficultés.»

Les grands défis «Le passage au secondaire peut être stressant pour certains enfants, remarque Mme Paquet. En plus de changer d’école, il arrive que l’élève doive changer de classe pour chacun de ses cours. Il doit également s’adapter aux méthodes et aux exigences de plusieurs enseignants.»

Une journée type Au secondaire, la journée compte généralement quatre périodes de 75 minutes. Aux pauses de 15 à 20 minutes, le matin et l’après-midi, s’ajoute une pause du dîner d’environ 1 heure et demie. «Les élèves peuvent alors aller en récupération ou faire des activités parascolaires, dit Geneviève Paquet. Les bibliothèques et les locaux informatiques leur sont alors habituellement accessibles.»

Comment les aider à la maison? «Le privilège d’une plus grande autonomie peut être un handicap pour ceux qui n’ont pas assez de maturité neurologique et parviennent difficilement à organiser leur agenda ou à anticiper le temps qu’il leur faudra pour étudier et faire leurs devoirs, dit Annie Lussier. Afin de préserver une bonne relation avec leur adolescent, les parents peuvent s’appuyer sur l’aide d’un tuteur scolaire.»      

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Les étiquettes Le journal d’Alice

Voici des étiquettes aux couleurs de la série Le journal...

Lire la suite →

Lecture: J’adore le repas du matin!

Et si on s’amusait à lire en famille, à la garderie ou à...

Lire la suite →

Coloriage : Une journée avec Galette

La collection Galette publiée aux éditions Dominique et compagnie,...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →