superbanniere
Abonnement Magazine

Un été côté jardin

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

L’été dernier, la journaliste Clémence Risler s’est lancée dans une nouvelle aventure avec Augustine (5 ans) et Laurent (3 ans) : le jardinage ! Récit bucolique d’un retour à la terre.

Quand l’éducateur de ma fille nous a proposé de partager un espace dans un jardin communautaire avec trois autres familles de la garderie, j’ai failli refuser. Je ne me figurais tout simplement pas comment je pourrais trouver le temps de faire croître des légumes alors que ma vie était déjà plus que remplie avec le boulot, les enfants et les mille et un projets. Pourtant, les jours passaient et je tardais à décliner son invitation. L’idée de m’occuper d’un petit lopin de terre me plaisait. Beaucoup même. Depuis que j’habite à Montréal, c’est d’un œil envieux que j’observe les gens qui ont la chance de pouvoir jardiner. C’était l’occasion de pouvoir enfin les imiter… Après quelques jours de réflexion, j’ai accepté. À quatre familles se relayant pour les différentes tâches (pratique en temps de canicule quand il faut arroser chaque jour !), je me suis dit que la formule était idéale pour un premier essai.

Au travail !
Dès le départ, il était entendu que les parents n’allaient pas se taper tout le boulot. Les visites au jardin seraient une activité familiale et tous participeraient aux tâches. Lors de la première visite, par une journée radieuse de la fin mai, la motivation de ma fille Augustine et de mon fils Laurent ainsi que celle de leurs sept collègues apprentis jardiniers étaient à leur paroxysme. Munis de petites pelles en plastique colorées, ils étaient prêts à retourner la terre pour la préparer à recevoir les semences. L’exercice s’est vite transformé en chasse aux vers de terre. Même ceux qui étaient effrayés par ces bêtes rampantes ont fini par trouver du plaisir à les recueillir dans leur chaudière (n’ayez crainte, nous leur avons rendu leur liberté au terme de l’activité !).

Crédit: Clémence Risler

Crédit: Clémence Risler

À la deuxième visite, les enfants étaient enchantés de pouvoir semer les graines. Alors que mon fils a déposé tout au plus trois graines de haricots dans la terre avant de se désintéresser de sa mission, ma fille s’est approprié toute l’allée des carottes. De ses petites mains maladroites, elle a jeté les graines dans la longue saillie et les a recouvertes de terre. La tâche a dû lui prendre deux grosses minutes, après quoi elle a pu retourner dans le bac à sable s’amuser avec son frère.

Plus l’été avançait, plus chacune de nos visites hebdomadaires nous réservait des surprises. Fascinés, les enfants découvraient de minuscules pousses de radis pointer hors du sol ou la première petite tomate verte. Même si on leur demandait d’arroser les plants ou d’arracher les mauvaises herbes avec nous, ils y consacraient rarement plus de cinq minutes, préférant s’affairer autour du jardin à toute autre chose qu’à le cultiver. Et à vrai dire, c’était très bien ainsi.

Car ce que je n’ai pas précisé, c’est que notre jardin faisait partie d’un vaste terrain clôturé dont l’unique porte demeurait cadenassée en permanence. Seuls les « locataires » possédaient une clé. Moi qui avais l’habitude de garder le regard rivé sur mes enfants, j’ai appris à lâcher prise en les laissant jouer à leur guise dans les allées pendant que je me mêlais de mes oignons. J’ai appris à les laisser aller dans la nature. Bref, à leur faire confiance. Bon, je savais qu’ils n’étaient jamais loin et qu’il ne pouvait pas arriver grand-chose. Au pire quelques égratignures pour s’être approchés trop près d’un plant de framboises ? Autant cela m’a fait un bien fou de décrocher un peu, autant je les sentais fiers de bénéficier de cette nouvelle liberté. Pour la première fois, je pouvais me figurer comment je parviendrais, dans quelques années, à les laisser traverser une rue sans la supervision d’un adulte !

 

Crédit: Shutterstock

Mange tes légumes !
Bien qu’il ait toujours été important pour moi de faire comprendre à mes enfants que les aliments n’apparais-sent pas comme par magie dans les rayons des épiceries, notre été de jardinage leur a permis d’en faire l’expérience concrète. J’avoue qu’au départ, je souhaitais qu’en observant pousser des betteraves, des choux et des oignons, ils développent le désir d’en manger, ou du moins d’y goûter. Ce vœu s’est-il réalisé ? Pas du tout ! Malheureusement, ma fille n’a pas développé de passion pour les tomates, qui la répugnent depuis qu’elle est en âge de manger. Espérons que ce ne sera que partie remise l’été prochain… (Mention honorable, tout de même, à la coriandre, qui a remporté beaucoup de succès. Il fallait les voir grignoter les feuilles fraîchement cueillies !)

Mon bilan
Malgré que l’implication des enfants se soit avérée en deçà de ce que j’avais espéré, nous répéterons l’expérience, qui nous a permis de nous évader dans une parcelle de nature tout en restant à quelques rues de la maison, et de profiter des belles journées ensoleillées. Je ne regrette pas de m’être lancée dans cette entreprise qui fut aussi formatrice que révélatrice. Pour moi surtout. Car entre les visites en famille du dimanche, j’ai vite pris l’habitude de me rendre au jardin seule, écouteurs rivés aux oreilles. C’est dans ces moments que se produisait l’improbable : en arrachant des mauvaises herbes, je ne pensais à rien. Le souper à préparer, l’article à écrire, la facture à régler… rien de tout cela ne me traversait le cerveau. Certaines personnes se ressourcent en pratiquant la méditation ou le yoga. Quant à moi, c’est les deux mains dans la terre que je parviens le mieux à m’évader mentalement. Ce qui, je crois, ne m’était encore jamais arrivé depuis que j’ai des enfants.

 

Source: Enfants Québec, mai-juin 2015

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

4 activités pour lire en famille

Cet été, on célèbre le plaisir de lire en famille! Ateliers,...

Lire la suite →

Activités d’été : les excursions de la famille Poucevert

Ces sorties plairont aux amis de la nature et des animaux. Voici...

Lire la suite →

L’appel de la nature

La voiture s’arrête au bout de la route. Pour aller plus loin, il...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →