superbanniere
Abonnement Magazine

Mon moment préféré

crédit photo: Julia Marois

crédit photo: Julia Marois

J’ai instauré une nouvelle habitude à la maison. Pendant le souper, mon fils, mon chum et moi énonçons chacun notre tour notre «moment préféré» de la journée qui s’achève. Mathilde Singer

Les premiers temps, j’étais vraiment fière de moi. Mon fils, Guillaume, «boostait» mon ego en déclarant avec fougue: «Mon moment préféré c’est quand tu rentres à la maison le soir et que tu me fais un bisou.» Mon chum racontait des blagues faites avec ses collègues ou des séances de jeu partagées avec notre enfant. Et moi je soulignais le bonheur d’avoir un grand garçon qui s’habillait tout seul le matin, qui écoutait bien les consignes, qui m’avait fait un si beau dessin…

Puis il y eut cette journée particulièrement épuisante ponctuée de multiples crises où je suis rentrée sans moment préféré. Rien à dire, sinon des choses désagréables. J’ai prétexté un mal de tête et j’ai réorienté la conversation vers un autre sujet.

Une fois mon fils endormi – une heure plus tard, après une dernière histoire, une dernière chanson, un dernier bisou, un dernier verre d’eau, un dernier pipi et une dernière crise… –, j’ai réfléchi à ma journée sans moment préféré. Et à toutes les autres. Celles où mon bonheur et ma bonne humeur dépendaient presque exclusivement de ce que faisait et disait mon fils de 3 ans et demi. Comment avais-je pu lui donner une telle responsabilité?

Je voulais que ça change. Des moments préférés, j’allais en avoir tous les jours. Avec ou sans mon fils. En restant cinq minutes de plus sur le quai de la station de métro pour finir le chapitre de mon roman plutôt que de filer en courant à la maison. En partageant un fou rire avec une collègue avec qui je travaille sur un projet emballant, au lieu de culpabiliser parce que je ne passe pas assez de temps avec mon enfant. En téléphonant à ma mère ou à une bonne amie… juste pour bavarder. En me réservant de précieuses minutes en tête à tête chaque soir avec mon chum. Bref, en acceptant que ma vie de mère ne soit pas toute ma vie.

Et j’y arrive… presque. Mon fils grandit bien plus vite que moi. Ces jours-ci, ses «moments préférés» impliquent de plus en plus souvent son père, son éducatrice et ses amis de la garderie. Il a sa vie… et pour le moment, il ne se fait pas encore trop prier pour me la raconter. Alors j’en profite!

 

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

Le bonheur est dans le parc

J'ai demandé à mon fils ce qu’il voulait faire pendant ses...

Lire la suite →

L’appel de la nature

La voiture s’arrête au bout de la route. Pour aller plus loin, il...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →