superbanniere
Abonnement Magazine

Le tennis de table

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

Le ping-pong ne se limite pas aux tournois intérieurs ! Il se joue aussi dehors, y compris dans les jardins publics. Prêts pour une partie ?

Comme plusieurs grandes idées, le ping-pong a pris naissance au-dessus d’une table de cuisine.
Au 19e siècle, après un dîner, des notables anglais discutaient des schémas de jeu du tennis en se servant de bouchons de champagne en guise de balles et de couvercles de boîtes de cigares comme raquettes. Un nouveau sport était né ! Dans les années 1970, le tennis de table est devenu de plus en plus populaire, au point qu’on l’a inscrit au programme des Jeux olympiques à partir de 1988. Aujourd’hui, il serait le cinquième sport le plus pratiqué au monde, avec quelque 260 millions d’adeptes.

C’est du sport !
Simple, convivial, athlétique et tactique, le tennis de table ! « Un auteur a déjà écrit que jouer au ping-pong était comme faire une partie d’échecs en courant un 100 mètres », rapporte volontiers Julien Le Hégarat, gérant et entraîneur du Club Réflexe, à Laval.

Peu dispendieux et accessible, le tennis de table se pratique à deux ou à quatre joueurs dans les centres communautaires, les camps, les clubs, les écoles, et de plus en plus dans les parcs urbains, où des tables sont installées à l’intention des amateurs. « On voit beaucoup d’anciens joueurs qui se remettent à ce jeu avec leurs enfants… et il n’est pas rare que ceux-ci dépassent rapidement leurs parents », affirme l’entraîneur, qui garde de précieux souvenirs de l’époque où son père lui a donné la piqûre du « ping ».

Ce qu’il vous faut :

  • Des raquettes de tennis de table, si possible approuvées par l’ITFF (Fédération internationale de tennis de table), gage de qualité et de conformité.
  • Des balles en celluloïd de 40 mm.
  • Une table de ping-pong, de préférence ajustable en hauteur (pour les plus petits !), ou toute table sur laquelle la balle rebondit.
  • Des espadrilles.

Un esprit sain dans un corps sain
« Le tennis de table permet à l’enfant de développer plusieurs habiletés, telles que la coordination, la flexibilité, la dextérité, la proprioception (la perception de la position et du mouvement du corps) et la vitesse, explique Marie-Andrée Lévesque, kinésiologue et membre de l’équipe du Québec. Sur le plan psychologique, le jeu demande une grande capacité de concentration, d’analyse et de prise de décision. En plus, c’est une véritable activité physique, qui est complète mais comporte un très minime risque de blessures à court et à long terme. En effectuant un échauffement avant de jouer (petite course avec exercices dynamiques), on s’assurera de garder ce risque le plus faible possible. »

« Ce sport intéresse particulièrement les parents dont les enfants ont des problèmes de concentration ou d’hyperactivité, remarque pour sa part l’entraîneur Julien Le Hégarat. Le ping-pong demande effectivement de se focaliser et de faire appel à sa coordination et à ses aptitudes, ainsi qu’à son autonomie. »

Des jeux d’initiation
« Avec les plus jeunes, commencez par utiliser un ballon gonflable pour leur apprendre à faire le bon geste en maniant la raquette, suggère Rémi Tremblay, directeur général de la Fédération de tennis de table du Québec. Ensuite, comme le propose M. Le Hégarat, les apprentis pongistes peuvent faire rebondir la balle ou s’appliquer à la stabiliser sur leur raquette, tout en se déplaçant ou même en s’asseyant.

L’échange
Pour entendre la balle de celluloïd faire ses « ping » et ses « pong », le plus amusant demeure l’échange de part et d’autre de la table. Les novices s’exercent alors à réussir les deux coups principaux de tout sport de raquette, soit le coup droit et le revers. « À cette étape, on peut enseigner au jeune joueur à bien tenir sa raquette : en empoignant le manche comme on serre une main, avec l’index qui vient s’appuyer sur le revêtement », indique Rémi Tremblay.

Une partie ?
Une partie de tennis de table se joue généralement en trois manches, chacune d’elles étant remportée lorsqu’un pongiste marque 11 points, dont au moins 2 points d’écart avec son adversaire. C’est l’occasion de montrer à l’enfant comment faire un service réglementaire – dans lequel la balle doit rebondir de son côté, puis de l’autre côté de la table sans toucher le filet.

Pour prolonger le plaisir
Les pongistes de tous niveaux sont invités à prendre part aux compétitions du Circuit québécois, qui se déroulent une fois par mois, d’octobre à avril, au Collège Letendre, à Laval. La catégorie Développement Québec s’adresse particulièrement aux débutants, classés par groupes d’âge. Le camp estival de la Fédération de tennis de table du Québec, « Le ping ça spin », se tient du 2 au 8 août 2015 au Drummondville Olympique, situé au centre multisport de Drummondville. De nombreuses municipalités organisent également des camps de jour de tennis de table.

Trouvez un club de ping-pong près de chez vous sur le site de la Fédération de tennis de table du Québec. Information : tennisdetable.ca

Source: Enfants Québec, mai-juin 2015

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Une partie de soccer en famille

Vos jeunes ont des fourmis dans les jambes ? Rendez-vous au...

Lire la suite →

Être mauvais en sport, est-ce que c’est génétique ?

Question d'enfant « Être mauvais en sport, est-ce que...

Lire la suite →

À go, on bouge !

Pas facile d’inclure à l’horaire des séances de sport en...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →