superbanniere
Abonnement Magazine

Les 3 secrets des parents heureux

On a chacun notre liste. Voici la mienne. Puisse-t-elle contribuer à votre bonheur !

Aaah ! J’adore les titres de ce genre. Et je me précipite chaque fois sur les textes qu’ils coiffent, espérant que me seront révélés – enfin ! – les secrets du bonheur, de la créativité, du leadership ou que sais-je encore ! Bien sûr, il n’y a pas de clé magique qui ouvre les portes du paradis parental. Mais un jour, après des milliers d’autres jours et nuits, nos enfants ont 25 ou 30 ans, et on a enfin le temps de regarder en arrière et de repérer ce qui nous a facilité la vie et nourri le cœur. Voici ma liste.

1 Vivre un seul instant à la fois
Combien de fois ai-je fermé les yeux, épuisée, certaine de ne pas y arriver ? Alors que j’embrassais d’un seul regard la montagne qu’il me fallait grimper, mon cœur se dégonflait, mes genoux ployaient et je me retrouvais face contre terre, totalement paralysée. Trop de choses à faire. Trop d’épreuves dans la même semaine. Trop d’adversaires à affronter en même temps. Ce qui me sauvait chaque fois (et me sauve encore aujourd’hui), c’était de me rappeler que justement, en cet instant même, je n’avais pas à les affronter tous en même temps. En cette minute, je n’avais pas à me préoccuper du paiement du loyer qui s’en venait, de la nuit qui serait longue parce que le plus jeune était congestionné, du repas que je devrais préparer plus tard et pour lequel je n’avais aucune idée, de mon patron qui m’avait convoquée pour cet après-midi sans que je sache pourquoi. En cet instant même, je pouvais vivre seulement ce qu’il y avait maintenant et cesser de me battre à l’avance. Croire de tout mon cœur que la force, l’énergie, la bonne idée ou la capacité de me défendre viendraient quand elles seraient nécessaires. Repousser l’inquiétude et faire face à ce qui se trouvait devant moi, rien d’autre.

2 Demander de l’aide
J’ai longtemps cru que demander de l’aide était la preuve que je n’étais pas assez forte. Je croyais que les bons parents savaient quoi faire et le faisaient eux-mêmes. Tous les autres autour de moi ne semblaient-ils pas savoir parfaitement comment s’y prendre ? Et puis, un jour où mes ressources étaient épuisées, dans la honte, j’ai dit à un autre parent que je n’en pouvais plus. J’ai alors découvert deux grandes vérités : a) tout le monde fait semblant d’être capable tout seul ; et b) nous aider rend les autres heureux. En m’exerçant à demander de l’aide régulièrement dans toutes sortes de situations, parfois auprès de professionnels, mais le plus souvent auprès de personnes ordinaires, ma vie s’est allégée sans bon sens ! J’ai découvert qu’il ne s’agissait pas d’un combat à livrer, mais d’une fête à partager. Demander de l’aide m’a permis d’entrer dans le cercle de la réciprocité et d’être celle qui aide aussi à son tour.

3 Carpe diem : saisir l’instant
Combien de fois ai-je dit « Ce sera pas long » ou « Attends un peu », alors qu’un de mes enfants se précipitait pour me montrer un dessin, une cocotte qu’il venait de trouver ou juste pour me faire un câlin ? À l’époque, je croyais sans doute que le bonheur était organisé et qu’il y avait un temps pour chaque chose. Ce qui n’est pas totalement faux… Mais les moments d’échange et de partage spontanés avec nos enfants, c’est le bonheur qui nous est livré en pièces détachées ! On ne peut pas les mettre de côté en attendant le bon moment : ils disparaissent tout simplement si on ne les consomme pas tout de suite. C’est bien vrai qu’il faut une routine et une discipline et tout ça, mais j’ai appris que ces « livraisons » sont plus importantes que tout le reste. Les écouter raconter une blague, se laisser déguiser par eux, sauter dans les flaques d’eau et tant pis pour les bas de pantalon… Quelques secondes de pur bonheur volées à tout-ce-qu’il-y-a-à-faire nourrissent le cœur, infiniment.

FranceParadisFrance Paradis est scénariste, conférencière, orthopédagogue et mère de famille.

Source: Enfants Québec, avril 2015

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Comment éduquer nos filles sans stéréotype?

La petite Jesse-Jane, 9 ans, réalisait une prestation de kung-fu...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →