superbanniere
Abonnement Magazine

Les 10 mantras de la nouvelle maman

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

Comment survivre aux premières semaines de bébé ? Rien ni personne ne peut réellement vous préparer à cette expérience unique, mais certaines résolutions peuvent s’avérer fort utiles. En voici 10. Julie Chaumont

1 « Mon corps est mon meilleur allié »
La grossesse et l’accouchement ont beau être des phénomènes naturels, n’en reste pas moins qu’ils laissent des traces. Utérus déplacé, bassin décalé, douleur au dos, au ventre, au nerf sciatique, au coccyx, à la symphyse pubienne ou au plancher pelvien : les inconforts peuvent être nombreux. Plutôt que de les endurer, une visite chez un professionnel de la santé (ostéopathe, physiothérapeute, chiropraticien, massothérapeute, acupuncteur) peut grandement aider. « Si l’accouchement a été particulièrement difficile, la nouvelle maman peut venir en consultation dans les jours suivants », précise Geneviève Lauzière, ostéopathe spécialisée dans les traitements pré et postnatals. Pour celles qui ont eu un accouchement vaginal, prévoyez un premier rendez-vous dans un délai de trois à quatre semaines, et six semaines après l’accouchement pour celles qui ont eu une césarienne.

2 « Zzzzz (respire) Zzzzz… »
Ce n’est qu’à partir de 6 mois que les bébés ont les capacités physiologiques de dormir une nuit complète, donc armez-vous de patience… et de power naps ! « À mon premier accouchement, une infirmière m’a dit qu’une nouvelle maman devait faire deux siestes par jour », raconte Catherine Laurence-Ouellet, maman de Louis-Thomas, 2 ans, et Rose-Hélène, 6 mois. « J’ai pris cette recommandation au pied de la lettre et c’est ce qui m’a permis d’être reposée. Si on m’avait simplement dit de dormir en même temps que le bébé, je ne l’aurais sans doute pas fait », croit-elle.

Faire la sieste en plein jour exige un certain lâcher-prise – les brassées et la vaisselle devront attendre ! Pour vous aider, éteignez la sonnerie de tous les téléphones et tirez les rideaux. Allongez-vous dans un endroit confortable, fermez les yeux, puis respirez doucement et profondément en relâchant chacune des parties de votre corps. « C’est mieux de faire la sieste en matinée ou tôt en après-midi et de ne pas dormir plus de 20 minutes, afin de ne pas nuire au sommeil de nuit », recommande Dominique Petit, agente de recherche au Centre d’études avancées en médecine du sommeil.

« Mange, bois, aime »
Allaiter, ça donne soif… et faim ! Pour éviter d’avoir à réchauffer un pâté chinois en plein milieu de la nuit, avec un bébé accroché à votre sein, optez pour des collations. La nutritionniste Stéphanie Côté recommande de miser sur les protéines et les fibres alimentaires afin d’être rassasiée plus longtemps et d’avoir une énergie plus stable. À avoir sous la main lorsqu’on ouvre la porte du frigo ou du garde-manger : cubes de fromage et fruits et légumes déjà apprêtés, noix, graines et produits céréaliers à grains entiers. Sans oublier un très grand pichet d’eau !

 « L’amour ne se divise pas, il se multiplie »
L’arrivée d’un bébé ébranle le couple. De deux, vous passez à trois (ou plus !)… et inévitablement, la dynamique change. « Avec l’arrivée d’un bébé, le couple doit se redéfinir. Plus rien ne sera comme avant…

Mais l’admiration que vous avez l’un pour l’autre ne doit pas en pâtir », dit Geneviève Parent, sexologue, psychothérapeute et conseillère parentale. Elle suggère de créer des occasions de se retrouver à deux : un souper en tête à tête lorsque bébé est endormi, ou simplement un papa qui vient se coller sur la maman qui tient l’enfant dans ses bras pour lui souffler des mots doux à l’oreille.

5 « Reste zen »
Mais d’où viennent ces larmes soudaines et incontrôlables ? Le baby blues survient en général le troisième jour suivant l’accouchement, au moment où les hormones de grossesse disparaissent. « La femme peut se sentir plus irritable, fatiguée, découragée et pleurer facilement pour des riens. Néanmoins, en l’espace d’environ deux semaines, cet état se résorbe généralement », dit Isabelle Tremblay, psychologue. Pour mieux vivre cette période difficile, elle recommande de se reposer, de bien se nourrir, d’être bien entourée et de prendre du temps pour soi, ne serait-ce que pour aller faire un petit tour du pâté de maisons.

Comment être sûre qu’il ne s’agit pas d’une dépression postpartum ? Parmi les symptômes à surveiller : humeur triste, irritabilité, problèmes de sommeil, gain ou perte d’appétit, perte d’intérêt pour des activités normalement appréciées, culpabilité, sentiment d’impuissance, pensées suicidaires, etc. Si vous constatez que ces symptômes nuisent à votre bien-être et à votre fonctionnement, qu’ils s’intensifient au fil du temps, il serait bon d’aller chercher de l’aide. Une psychothérapie est habituellement nécessaire pour se sortir de la dépression.

6 « Le monde m’appartient »
Ce n’est pas parce que vous avez un poupon que vous devez rester cloîtrée. Même si vous allaitez. « Je vois trop souvent des femmes “prisonnières” de la chaise berçante installée dans la chambre du bébé, constate la consultante en lactation Chantal Lavigne. Les femmes devraient allaiter où bon leur semble, dans n’importe quelle position. On peut même allaiter en marchant ! » Il ne faut donc pas hésiter à sortir se promener.

7 « Je suis la gardienne du foyer »
Si vous êtes fatiguée et que l’idée de recevoir famille et amis vous stresse, n’hésitez pas à laisser la porte fermée. Accueillez les proches qui vous font du bien ou qui sont prêts à mettre la main à la pâte pour vous aider. Le mot d’ordre : vous écouter. Aussi difficile que cela puisse être. « Quand je suis revenue de l’hôpital avec mon bébé, mes beaux-parents, qui habitent loin, étaient déjà à la maison et ils sont restés deux semaines. J’aurais préféré vivre les premiers jours de notre nouvelle vie avec mon conjoint, dans notre bulle, d’autant plus qu’ils ne m’étaient pas d’une très grande aide. Je me promets que les choses seront différentes à mon deuxième », affirme Brigitte Lacroix, maman d’Élizabeth, 2 ans et demi.

8 « Je relaxe et je me laisse gâter »
Laissez les autres vous aider et profitez des services offerts aux jeunes familles, comme la visite d’infirmières, de marraines d’allaitement ou de bénévoles spécialisés dans les relevailles. Plusieurs coiffeurs, professionnels de l’esthétique et massothérapeutes proposent des services à domicile. La présence d’une aide-ménagère est un luxe auquel on s’habitue très rapidement ! « Quand j’ai accouché de mon premier bébé, mes parents m’ont offert comme cadeau de naissance l’aide d’une femme de ménage pour les six premiers mois. Quatre ans plus tard, elle vient encore ! » témoigne Catherine Bouchard, maman d’Adrien, 4 ans, et Félicie, 2 ans.

9 « Toutes les mamans sont mes amies »
Rien de plus libérateur que de causer d’épisiotomie, de montée de lait ou de retour de couches avec quelqu’un qui sait de quoi on parle. Cours prénataux, activités pour mamans et bébés, cafés spécialisés et parcs de quartier sont des endroits propices aux nouvelles rencontres. Lors de sa première grossesse, Geneviève Croteau, mère de Marianne, 5 ans, et Alice, 3 ans, s’est liée d’amitié avec une dizaine de mamans sur un forum spécialisé. Au moins une fois par an, ce groupe organise un rendez-vous « réel ». Elles ont même déjà loué un chalet ensemble ! « Comme on a accouché à peu près toutes en même temps, on continue de vivre les grandes étapes ensemble, comme l’entrée à la maternelle. C’est bon de pouvoir pleurer en groupe ! »

10 « C’est moi la maman »
« Il vient juste de boire, tu lui donnes encore du lait ? », « Tu devrais le laisser pleurer », « Tu l’as toujours dans les bras, tu vas le gâter »… Difficile de ne pas se sentir submergée par les nombreux commentaires et conseils de notre entourage… « C’est important de se faire confiance et de faire confiance à son bébé. Ce dernier est capable d’exprimer ses besoins et nous, en tant que parent, on a toutes les compétences nécessaires pour y répondre si on se connecte à lui, si on l’écoute attentivement », affirme Alice Trépanier, doctorante en psychologie et consultante périnatale. Bref, être parent s’apprend au fil des jours, en faisant connaissance avec son enfant et en apprenant à se faire confiance… Et, oui, vous allez y arriver !

Mantra pour un nouveau papa « Je donne mon 100 % »
« J’avais sous-estimé ce grand changement et avais pris quelques engagements, dont un rendez-vous chez le coiffeur que j’ai évidemment complètement oublié. Je regrette d’avoir mis autre chose que la paternité à mon horaire des premières semaines. Je crois qu’on doit se donner à 100 % à son bébé et à sa conjointe afin d’embarquer à 100 milles à l’heure dans cette expérience qui vaut la peine d’être vécue à fond, pas à moitié », témoigne Patrice Turcotte, papa de Livia, 1 an et demi.  

Physiothérapie, rééducation du périnée : des exercices pour prendre soin de votre corps sont présentés sur
enfantsquebec.com/physiopostpartum.

Source: Enfants Québec, avril 2015

Commentaires

commentaires

Un commentaire

mediumtoffa

Le Fil Tribal très important pour vous
Lorsque vous recevez votre fil Tribal de chance , vous devez le nouer,
ou faire nouer par une autre personne, autour de votre poignet (droit
ou gauche sans importance).
En même temps que vous nouez votre fil Tribal de chance vous devez
faire votre voeux.
Ensuite vous ne devez jamais défaire le fil, il tombera de lui-même
quand il sera usé.
C’est alors que selon la tradition votre voeux se réalisera.
Précision : Le fil Tribal de chance comporte une perle en Hématite qui
devrait tomber avant que le fil ne soit usé, c’est le début de la
réalisation de votre Voeux. Le Fil Tribal vous comble de chqnce et de reussite dans votre vie, des promotions dans votre travail , l amour dans le foyer

Pour voir la photo du fil contacter moi par mail mediumtoffa@gmail.com

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

3 questions à la sexologue Jocelyne Robert

À l’occasion de la réédition des trois livres de la...

Lire la suite →

L’art délicat de concilier vie de couple et vie de famille

L’arrivée d’enfants dans la vie d’un couple… ça change...

Lire la suite →

Grossesse et chirurgie esthétique

Prête  pour un mommy makeover ? Seins mous, vergetures,...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →