superbanniere
Abonnement Magazine

Moi, mes enfants et les armes

Oscar aime son épée-mousse. Crédit: Marie Custeau

Oscar aime son épée-mousse.
Crédit: Marie Custeau

Ma mère raconte souvent que quand il était petit, elle refusait d’offrir à mon frère un jouet fusil. Comme bien des enfants, il fabriquait donc l’objet tant convoité en carton, légos, ou bouts de bois.

Et lorsque j’ai eu mes enfants, pour moi aussi il était absolument impossible que des jouets violents entrent dans ma maison. «Tututut. La violence, ce n’est pas bon pour le développement des enfants, voyons.» Pas d’arme-jouet chez nous, surtout pas.

Un jour, ce fût au tour de mon fils de 2 ans et demi, présentant une sérieuse carence de fusil-jouet, de prendre l’affaire en main. Et de s’en fabriquer un. En grignotant sa toast pour former un fusil.

À l’époque, quand j’ai raconté cette anecdote à l’éducatrice de mon fils, j’ai été vraiment surprise d’entendre, qu’au CPE  justement, on adoptait de nouvelles philosophies par rapport aux jeux de bataille*, longtemps boudés. On commençait à les intégrer au sein des programmes pédagogiques et des jeux suggérés aux enfants. La bataille «contrôlée», avec des règles strictes, bien sûr. Parce qu’il semble que ce soit humain de vouloir jouer à se battre. J’imagine que ça nous vient de l’époque où il fallait se «battre» avec des animaux pour manger ou sauver sa peau?

*À lire, à ce sujet un intéressant article publié dans Naître et Grandir.

 ***

Lorsqu’il avait 4 ans et demi, mon aîné faisait souvent des crises. Il était hors de contrôle, il crachait, nous frappait, hurlait… et comme on était, pour dire le moindre, à boutte, on consulta une psychologue.

En une seule séance parents-psy (sans la présence de l’enfant) nous avons réussi à régler les déboires (et stopper les crachats) de notre petit minou. En ajustant simplement nos interventions. Fiston n’a même jamais eu à mettre les pieds chez la psy. Comme d’habitude, tout est toujours de la faute des parents! ;)

Une des surprenante – mais ô combien efficace – recommandation de cette psy : «Courez immédiatement au magasin du dollar vous munir d’épées en mousse et jouez à vous battre avec votre enfant. Souvent. Ça lui permet d’évacuer son agressivité en lui rappelant le rapport de force et d’autorité.» Et oui, les parents sont les plus forts. Na-na-na-na-naaaaa…

Inutile de dire que ça permet secrètement aux parents de sortir leur agressivité, eux aussi. La libération provoquée par un bon coup d’épée en mousse sur la cuisse de l’enfant qui t’a tapé sur les nerfs toute la journée est réjouissante.

Mais pas trop fort, quand même, là.

Et voici un clip de circonstance tiré de la La guerre des Tuques : « La guerre, la guerre, c’pas une raison pour se faire mal! »

Commentaires

commentaires

Un commentaire

Nad

J’ai lutté de toutes mes forces avec Jérémie… il n’a jamais eu une seule arme, a part un pistolet a eau en forme de dauphin. Il a fait des pow pow avec toutes sortes d’objets. C’était il y a plus de 20 ans!! Zacharie, son petit frère, a maintenant 10 ans, une (énoooorme) boite pleine d’armes de toutes sortes, des jeux vidéos de guerre … il faut qu’ils puissent sortir leur agressivité de petit gars que j’avais entendu… Jérémie me mentionne encore (à 27 ans!!) que c’est vraiment pas juste!!!! Que veux tu mon grand… à mon age, on choisit ses batailles!!! et PAN!

À lire aussi

Nos filles ne sont pas des bitchs !

Dans son dernier livre, Jasmin Roy évoque un sujet méconnu :...

Lire la suite →

Moi, mes enfants, ils seront toujours propres

Avant d’avoir des enfants je m’imaginais que les enfants...

Lire la suite →

Moi, mes enfants et le printemps

Si il y a à peine 1 an, on m’avait dit que j’allais laisser...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →