superbanniere
Abonnement Magazine

Il ne veut plus aller chez son père… Que faire?

«Mon fils ne veut plus aller chez son père… Que faire?»

C’est un problème qui apparaît fréquemment à cet âge, un stade où l’enfant exprime davantage ses besoins, ses désirs, et où il commence à s’opposer au conformisme et aux règles établies. Cela dit, il n’est pas souhaitable d’ignorer la situation, pas plus que de la dramatiser ou de culpabiliser l’enfant.

Commencez par interroger votre fils sur les raisons qui lui ôtent l’envie d’aller voir son père. Est-ce à cause d’un événement particulier survenu lors de sa dernière visite? Juge-t-il contraignant de se priver de ses amis ou de ses activités un week-end sur deux? Une bonne discussion vous aidera à y voir plus clair et pourra vous mettre sur la piste pour trouver des remèdes. En tenant compte des dispositions relatives au droit de visite fixées lors de votre séparation ainsi que de facteurs comme l’éloignement du domicile de votre ex-conjoint ou le moyen de transport utilisé pour s’y rendre, en étant également à l’écoute des frustrations et des besoins exprimés par votre garçon, vous serez en mesure de proposer à celui-ci des solutions — qui pourraient aller jusqu’à réduire la durée de ses visites ou de ses séjours auprès de son père si cela s’avérait nécessaire. Toutefois, en aucun cas il ne faut lui permettre de couper tout contact avec ce dernier. Ce serait en outre une erreur de ne pas discuter du problème avec le père et de lui imposer des changements qu’il n’approuverait pas. Votre fils a besoin de maintenir un lien avec ses deux parents pour construire son identité. Négociez tous les trois ensemble pour parvenir à une entente qui soit dans son meilleur intérêt à court et à plus long terme.

Il serait aussi profitable d’inviter votre garçon à aborder directement la question avec son père et à lui exprimer clairement ses désirs, de même que ses insatisfactions. Entendre son papa lui dire qu’il a toujours hâte de le voir, par exemple, le disposera grandement à rechercher un compromis. Évidemment, il vous faut demeurer réaliste quant à la maturité de l’enfant et aux moyens dont il dispose pour gérer la situation, et garder en tête que vous devrez peut-être jouer un rôle d’intermédiaire de temps à autre.

Propos recueillis par Marie-Noëlle Lajoie
Source: Enfants Québec, novembre 2012

Commentaires

commentaires

Un commentaire

À lire aussi

Comment rétablir la communication avec mon ex?

« Mon ex et moi n’arrivons plus à nous parler. Je dois...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos enfants ont besoin de silence

Pour grandir et bien se développer, nos enfants ont besoin de...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →