superbanniere
Abonnement Magazine

Virée en véloneige

Crédit: Sébastien Desbordes

Crédit: Sébastien Desbordes

Croisement entre la planche à neige, le BMX et la trottinette, le véloneige (ou snowscoot) commence à apparaître sur les pentes des stations de ski du Québec. La journaliste Nathalie Côté raconte son baptême de glisse.

C’est un matin froid où le vent pince les joues. Néanmoins, Fiston (9 ans) et moi sommes enthousiastes à l’idée de descendre les pistes sur un petit bolide des neiges. Communément appelé snowscoot ou scooter alpin, le véloneige est composé de deux planches – l’une sous les pieds et l’autre sous le guidon – reliées par un cadre métallique. Il est fabriqué dans plusieurs tailles pour les enfants et les adultes.

Myriam Ogilvie, directrice des ventes chez Dcade et monitrice, nous attend au mont Saint-Bruno avec casques et engins pour notre initiation. Une fois au sommet de la courte pente-école, sa fille Kira nous fait une démonstration. La petite de 6 ans à peine descend avec une facilité déconcertante. Il faut dire qu’elle a eu son baptême de véloneige à l’âge de 3 ans. «Les enfants peuvent commencer dès 18 mois, mais ils doivent alors se contenter de la pente-école, explique la monitrice. Avant, ils sont trop petits pour prendre le télésiège. Cette année, c’est la première saison où je permets à Kira d’y monter.» À noter: il est très facile de grimper sur le tapis de remontée avec le véloneige. Il suffit de se laisser glisser. Ensuite on peut placer un pied directement sur le tapis pour avoir un meilleur équilibre. Sur le télésiège, on peut laisser les pieds dans les cale-pieds puis accoter le guidon sur la chaise entre les jambes. «C’est plus facile qu’en planche à neige», souligne Myriam Ogilvie.

Premières descentes
Nous constatons vite que maîtriser l’engin est moins simple qu’il y paraît. Je peine à garder mon équilibre et j’ai tendance à donner des coups de guidon pour me reprendre. Après quelques faux mouvements, Fiston, lui, s’en sort plutôt bien. Au terme de la première descente, nous voilà déjà prêts à expérimenter les virages.

Fiston y parvient sans problème. Ce n’est pas mon cas ! J’ai tourné tellement raide que je me suis retrouvée face au sommet de la pente. Second essai, je m’obstine en me disant que je vais me rattraper, mais je prends encore le virage trop serré. Résultat: je me retrouve les quatre fers en l’air ! Heureusement, ce sera ma seule chute. Contrairement au ski et à la planche à neige, en véloneige, les pieds ne sont pas attachés. On peut donc en descendre aisément lorsqu’on n’est pas trop têtu. C’est aussi beaucoup plus facile de se relever quand on tombe. Quiconque a déjà passé un après-midi à remettre un petit debout sur ses skis conviendra qu’il s’agit là d’un avantage non négligeable!

Crédit: Nathalie Côté

Crédit: Nathalie Côté

Dès la troisième descente, Fiston se sent prêt à glisser sans faire d’arrêt. Il semble un peu trop sûr de lui; il est moins en contrôle de son bolide qu’il l’imagine. Et dans une pente-école prise d’assaut par des débutants, une certaine prudence s’impose. Néanmoins, il se rend en bas sans difficulté. De mon côté, je manque d’élégance, mais je maîtrise de mieux en mieux mon véloneige. Après quelques descentes supplémentaires, je me sens prête à prendre le télésiège pour m’attaquer à une vraie pente. Mais ce sera pour une prochaine fois : le froid mordant a eu raison de ma motivation !

Outre les descentes traditionnelles, les amateurs de snowscoot peuvent s’aventurer dans les pentes à bosses et les sous-bois. Les plus hardis peuvent également exécuter des acrobaties dans les parcs de planche à neige. «On peut faire les mêmes qu’en BMX», assure Myriam Ogilvie. Évidemment, nous n’avons pas tenté ce genre d’exploits lors de notre première expérience !

Bon à savoir!
On peut louer des véloneiges dans quatre stations de ski: les monts Saint-Bruno, Rigaud, Sutton et Owl’s Head. Consultez la liste des stations où il est possible de pratiquer ce sport au dcadesnowscoots.com/stations.

Crédit: Sébastien Desbordes

Crédit: Sébastien Desbordes

Témoignage d’un papa de fans finis
Propos recueillis par Nathalie Côté
Il y a une dizaine d’années, l’hiver rimait avec cinéma et piscine intérieure pour François Gadbois et ses enfants. C’était avant qu’ils adoptent le snowscoot! «J’avais une boutique de vélo et je voulais vendre quelque chose pour l’hiver, raconte le père de famille. J’ai lu un article au sujet d’un inventeur européen qui faisait du BMX et de la planche à neige. Il avait décidé de “mixer” les deux sports pour créer le snowscoot. J’ai trouvé ça intéressant et je me suis tourné vers le distributeur canadien pour en vendre.» Rapidement, Frantz et Élizabeth, alors âgés de 5 et 4 ans, ainsi que leur père sont tombés amoureux de ce nouveau sport. «Je me souviendrai toujours de la première descente de mon fils. Je lui avais dit de m’attendre à la descente du télésiège, mais il ne m’a pas écouté. Il ignorait comment faire du snowscoot. Quand je l’ai retrouvé au bas de la pente, il avait de la neige plein le casque et il avait perdu ses bottes. J’ai cru qu’il refuserait d’en refaire, mais il m’a demandé de retrouver ses bottes pour y retourner», raconte M. Gadbois en riant.

À l’époque, les cours de véloneige n’existaient pas. Les enfants ont forgé leur propre style à force d’essais et erreurs. Vers 6 et 7 ans, les deux petits ont commencé à faire de la compétition. «Quand Frantz a eu 10 ans, je n’arrivais plus à le suivre. Il se mesurait déjà à des gars dans la vingtaine.» Aujourd’hui âgé de 15 ans, Frantz a décroché le titre de champion du monde chez les juniors. Et il est classé 27e au monde, toutes catégories confondues! Élizabeth, quant à elle, a toujours un plaisir fou à dévaler les pentes avec son père. «Le sport m’a rapproché de mes enfants, note M. Gadbois, qui est maintenant moniteur au mont Sutton, en Estrie. Nous avons développé une complicité, ça a renforcé nos liens.»

 

Source: Enfants Québec, février/mars 2015

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Activités d’été : les expéditions de la famille Tropchouette

Les amateurs d’ornithologie seront comblés par la découverte...

Lire la suite →

Activités d’été – Les rassemblements de la famille Brasouverts

Ces escapades et événements réuniront familles, amis et...

Lire la suite →

4 activités pour le printemps

Décorer la maison avec des œuvres d’illustrateurs...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →