superbanniere
Abonnement Magazine

Moi mes enfants n’auront pas de lutins

Ma fille avec son lutin chéri. Photo: Marie-Andrée Pilote

Ma fille avec son lutin chéri. Photo: Marie-Andrée Pilote

Décembre, le mois où votre fil d’actualité Facebook est envahi de photos d’enfants plus ou moins contents d’être assis sur le père Noël, de sapins tous plus beaux que le vôtre (du moins que le mien, qui a été joyeusement décoré par ma progéniture), et de … lutins!

Les lutins, les fameux lutins. Il y a deux camps qui s’affrontent farouchement: les premiers qui sont contre cette pression supplémentaire imposée aux parents dans ce temps de l’année déjà un peu dément et les deuxièmes, très enthousiastes devant cette nouvelle tradition qui permet de mettre des étoiles dans les yeux de leurs enfants.

Je faisais partie du premier camp: Moi mes enfants, n’auront pas de lutins. Ils sont laids, ils font des traineries dans une maison qui est déjà assez bordélique comme ça. Puis, il y a toute l’histoire qui explique que les lutins surveillent les enfants et rapportent leurs faits et gestes au père Noël qui m’agace un brin.

Mais dans le deuxième camp, il y a l’histoire des étoiles dans les yeux des enfants.  Et j’avoue que je suis faible devant la tentation de les faire apparaitre dans les yeux des miens. Très faible. Alors, après la première année de la «folie des lutins» où mes enfants m’en parlaient chaque jour après l’école (merci aux parents qui envoient leurs p’tits avec les affreux lutins dans la cour de récréation), je me suis dit que je pourrais leur faire plaisir.

J’ai établit mes règles: pas avant le 1er décembre, pas de mauvais coups qui mettent la maison plus à l’envers qu’elle ne l’est déjà, pas de surveillance des enfants, juste des affaires drôles ou pratiques.

On s’est donc lancés, Chéri et moi, dans les mises en scène quotidiennes. Et on a découvert que c’était pas mal plaisant. Chaque soir, on rit aux larmes en imaginant des scénarios qui ne verront jamais le jour parce que pas très «kid friendly». Chaque soir, on sort notre côté compétitif pour savoir lequel des deux aura la meilleure idée. Finalement, les lutins, chez nous, c’est aussi plaisant pour les grands que pour les petits.

Et c’est ça la vraie magie de Noël: mon chum, Grincheux par excellence, qui détestait le temps des Fêtes, joue maintenant à la poupée tous les soirs pour voir les étoiles dans les yeux de ses enfants.

Marie-Andrée PiloteN&BMarie-Andrée Pilote

Facebook.com/moimesenfants

Petitzucchini.com

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Joyeux Noël, chère planète !

Pour réduire l’empreinte écologique de votre famille, il...

Lire la suite →

Notre Noël des campeurs

Et si on faisait du camping pendant le temps des Fêtes ? Il...

Lire la suite →

Sorties de Noël pour célébrer nos 5 sens

En décembre, on célèbre nos cinq sens avec ces sorties de...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →