superbanniere
Abonnement Magazine

Moi, mes enfants… dormiront dans leur lit

Crédit: Marie-Andrée Pilote

Crédit: Marie-Andrée Pilote

Nous étions deux mères parfaites… jusqu’à ce que nous ayons des enfants. Depuis ce temps, beaucoup de nos grands principes éducatifs ont été «pitchés» par la fenêtre. Tout ne se passe pas toujours comme nous l’avions imaginé…

Marie-Andrée Pilote, grande paresseuse, mère au foyer de quatre enfants qui peuvent dormir où ils veulent, tant qu’ils dorment.

Moi, mes enfants, je pensais qu’ils allaient dormir sagement dans leur lit. Quatre nuits après mon premier accouchement, pour sauver ce qui me restait de santé mentale, j’ai amené bébé dans mon lit. Plus besoin de me lever. Et je pouvais dormir en allaitant. Exit «bassinette», bonjour lit king. Depuis ce temps, je dors toujours avec un ou deux enfants.

Marie Custeau, pigiste Web dans la grande ville et blogueuse. Elle écrit ses chroniques quand ses deux garçons sont enfin couchés. Chacun dans leur lit.

Au fond, j’aurais bien aimé faire la même chose que toi. Chez nous, les bébés ont dormi tout de suite dans leur lit à barreaux.

Raison 1. J’ai un collègue de lit très patient en son état de gars éveillé, mais qui devient POSSÉDÉ si on le dérange quand il dort. Image mentale: Hulk tenant le rôle de la petite fille dans L’exorciste.

Raison 2. On voulait « inculquer de bonnes habitudes de sommeil, dès le départ ».
Mais ils se lèvent encore souvent à des heures qui méritent que je distribue des contraventions :

Infraction au code de la nuit: réveil trop tôt, ayant entravé le bon fonctionnement des neurones de votre parent. Montant réclamé : 5 bisous baveux. (Ils ne gagnent pas encore d’argent.)

Mais dis-moi… comment avez-vous fait les bébés subséquents, s’il y avait toujours une ou deux petites chaufferettes dans le lit conjugal?

Marie-Andrée: LA question. À laquelle je réponds toujours avec un sourire en coin: si votre intimité se limite à votre chambre à coucher, elle doit être plus plate que la mienne. Habituellement, ça clôt la discussion.

Je vis très bien avec notre choix marginal. Malgré les regards horrifiés lorsque j’en parle. Ça marche pour nous, et mon besoin de sommeil est pas mal plus grand que mon besoin de plaire aux gens scandalisés par nos arrangements nocturnes. Et j’ai réglé le problème du «ils dormiront jamais tout seuls» en faisant d’autres enfants et en les laissant tous coucher dans la même chambre.

Marie: Excellent! Toi, tes enfants ne t’empêcheront pas de t’ébattre dans les toilettes quand bon te semble. Et par «quand bon te semble», je veux dire : quand tes quatre enfants sont partis/occupés/dorment en même temps et que ton homme est à la maison. Au fait… tu dois être fertile en titi! 

Source: Enfants Québec, novembre 2014

Commentaires

commentaires

2 commentaires

Sophie Bouchard

Mes enfants ont dormi dès leurs premières heures dans notre lit et ce à l’instigation de mon mari qui trouvait qu’ils étaient bien trop jeunes et sans défense pour être éloignés de leurs parents. J’avoue avoir apprécié de ne pas avoir à me lever la nuit pour allaiter. Lorsque les boires de nuits se sont arrêtés nous avons installé la basinette à côté de nous jusqu’à l’âge de 2 ans. Un lit, une chambre à coucher pour nous c’est un peu comme un nid douillet et nous sommes toujours content d’y accueillir nos enfants même si maintenant ils sont presque ado, ne serait-ce que pour regarder les bonhommes du samedi matin. Pour ce qui est de la vie sexuelle vous connaissez sûrement le dicton dormir comme un bébé!! lol

Jeanne

C’est assez facile d’embarquer dans le « correct » « pas correct » dans des sujets comme ça, mais en fait, ça dépend toujours un peu de nous aussi. Fils n’a jamais dormi dans notre lit (à part pour quelques siestes ici et là en 3 ans) et ce n’est pas par soucis de lui faire acquérir ou non une autonomie en bas âge, mais bien parce que nous ne sommes pas capable de dormir avec lui dans le lit. Nous ne sommes pas très à l’aise avec le principe de toute façon, et comme il n’était pas allaité (je sais, je suis vraiment une mère indigne), il n’y avait aucun avantage puisqu’il fallait se lever de toute façon pour faire chauffer le lait (dans le micro-onde en plus, tant qu’à être indigne). Nous nous en portons vraiment bien, fiston aussi. Il a eu des bouts où le sommeil se passait moins bien, mais ils furent assez rares et brefs. Je trouve les parents qui dorment avec leurs enfants bien normaux, tout comme ceux qui les font dormir dans leur lit bien normaux aussi. Ça dépend des valeurs de chacun et des limites que nous nous imposons nous même.

À lire aussi

À quelle heure doit-elle se coucher?

Intervenante en petite enfance, Sylvie Bourcier répond à une...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →