superbanniere
Abonnement Magazine

Mieux vivre la garde alternée

famille_mange_iStockQu’ils aient 3 mois ou 12 ans, les enfants ne sont jamais prêts à vivre la séparation de leurs parents. Nos conseils pour  les aider à mieux s’adapter, âge par âge, à la garde alternée.

Julie Chaumont

Avant 1 an
Priorité à l’attachement
Quand les parents se séparent tandis que l’enfant ne parle pas encore, qu’il est allaité et que le congé de maternité n’est pas terminé, les spécialistes suggèrent habituellement qu’il reste auprès de sa mère. On aménagera alors de courtes périodes de garde en faveur de l’autre parent. «Au début, si le niveau de conflit est gérable, le papa ira chez la maman pour quelques heures, suggère Claudette Guilmaine, travailleuse sociale, médiatrice familiale et auteure. Il pourra, par exemple, se charger du rituel du bain.» Ces moments exclusifs de l’enfant avec le père, aussi nombreux que possible, permettront de tisser entre eux un fort lien d’attachement.

Les parents gagneront à établir un plan de garde qui s’approche au mieux de ce que l’enfant a connu depuis sa naissance, tout en évitant les luttes de pouvoir. La présence d’un médiateur peut y aider. «Plus l’enfant est petit, plus il sera avantageux d’aller en médiation, note Mme Guilmaine. Le recours à une tierce personne non impliquée dans la situation permettra d’élaborer un calendrier adapté et personnalisé.»

Pour s’assurer ensuite que le système choisi convient à l’enfant, il suffira d’être attentif aux signes de son bien-être, comme l’indique Élise Mercier-Gouin, psychologue du Service d’expertise psychosociale et de médiation familiale du Centre jeunesse de Montréal. A-t-il plus de difficulté à s’endormir? Ses pleurs ont-ils augmenté? «Voilà des observations qui donneraient à penser qu’il ne s’adapte pas si bien à son nouveau mode de vie», dit cette spécialiste. Même s’il ne parle pas, le nourrisson est en mesure de s’exprimer, et c’est à ses parents de juger de son degré d’adaptation et d’instaurer progressivement le partage de la garde.

Rappelez-vous enfin qu’il n’y a pas de règle absolue en matière de garde alternée, sinon celle de votre bon sens. «Vous trouverez toujours des parents pour faire ce qui n’était pas le plus recommandé par les guides, sans que cela pose de problèmes, dit Mme Mercier-Gouin. Ainsi, peut-être en connaissez-vous qui se partagent leur bébé de quelques mois à raison d’une semaine sur deux, avec succès et sans perturbations pour ce dernier.»

1-3  ans
Routines, routines!
Entre 1 et 3 ans, de grands changements surviennent dans la vie des enfants: sevrage ou suppression de la suce, apprentissage de la propreté, etc. Ces grandes étapes du développement exigeront une bonne communication entre les parents si elles se déroulent dans deux foyers différents. La psychologue Élise Mercier-Gouin souligne qu’il est particulièrement important de veiller à la concordance des routines chez les enfants en bas âge, afin que ceux-ci ne soient pas désorientés d’un milieu à l’autre. «Il faut respecter les rituels et les habitudes, comme on le fait à la garderie, dit-elle. Par exemple, si l’enfant n’a pas sa suce chez maman, il ne devrait pas l’avoir chez papa.»

Claudette Guilmaine abonde dans le même sens, tout en insistant sur le dialogue. «Chaque parent devrait dire à l’autre tout ce qu’il voudrait lui-même savoir.» La travailleuse sociale et médiatrice familiale suggère à ce titre d’utiliser l’Agenda parental, un outil de communication conçu pour les parents séparés, qui peuvent y noter tous les comportements de l’enfant, les dépenses effectuées et les rendez-vous à ne pas oublier – en plus d’utiliser ses pochettes de plastique pour conserver la carte d’assurance maladie de l’enfant et transmettre à l’autre parent ses bricolages ou divers documents. «Cet outil n’est pas magique, dit Mme Guilmaine, mais pour des parents de bonne foi, il s’avère vraiment pratique.»

4-6 ans
L’importance de la préparation
Le jeu occupe encore une place prépondérante dans la vie des enfants de cet âge, mais ils doivent aussi être confrontés au sérieux des réalités lorsque c’est nécessaire, comme dans le cas d’une telle séparation. «On ne devrait pas cacher la gravité de la situation aux enfants, quel que soit leur âge», soutient Claudette Guilmaine. Il faut que les parents restent authentiques et disent les choses comme elles sont, sans entrer dans des détails qui ne concernent qu’eux. Le concept de séparation étant flou pour les jeunes enfants, ceux-ci auront besoin d’informations concrètes («Papa aura sa maison, avec son frigo, son lit, etc. Maman aura sa maison avec son frigo, son lit, etc. Toi, tu auras ta place dans chacune des maisons.»). Au-delà de toutes ces explications, le plus important sera de rassurer l’enfant quant à la présence et à l’amour de ses parents. «On ne lui dira jamais trop qu’on l’aime, il ne le sentira jamais trop», ponctue la travailleuse sociale.

Par ailleurs, les petits étant dans l’«ici et maintenant», leurs parents devraient éviter de leur annoncer leur séparation plusieurs mois à l’avance. Quelques semaines feront l’affaire afin de les préparer au changement. «C’est comme pour les autres événements de la vie, dit Élise Mercier-Gouin. On prépare l’enfant à cette séparation comme on le prépare à aller chez le dentiste ou à la garderie. On doit lui expliquer ce qui va arriver et l’aider à se situer dans ce nouveau contexte.» Il sera donc important de lui montrer sa nouvelle maison, sa nouvelle chambre, de faire avec lui le trajet pour se rendre à la garderie ou à l’école, etc. Les parents devront faire tout leur possible pour le sécuriser. Lire avec lui des histoires dans lesquelles des parents se séparent pourra aussi l’aider à assimiler le changement et à mettre des mots sur ses émotions.

D’une période de garde à une autre, un calendrier peut être utilisé afin d’illustrer les journées passées chez maman et celles passées chez papa. Même si les jeunes enfants n’ont pas une notion du temps très développée, ils auront ainsi un support visuel auquel se référer et pourront compter le nombre de dodos qui les sépare de la transition suivante.

7-9  ans
Les débuts de la responsabilisation
Les enfants d’âge scolaire sont généralement sous un régime de garde partagée dans lequel ils passent une semaine chez leur mère et une semaine chez leur père. Même s’ils ont une «base» de vêtements et de jouets dans les deux maisons, le transport d’une valise est inévitable pour certains objets, dont le matériel scolaire.

Selon la psychologue Élise Mercier-Gouin, la préparation de ce bagage peut devenir un joli rituel entre l’enfant et son parent. «C’est souvent très réconfortant de préparer sa valise avec son parent, dit-elle. Ce dernier pourra y inclure des choses qui aideront l’enfant à passer d’un lieu à l’autre, y glisser des petits mots, etc.»

Le parent fera aussi en sorte que l’essentiel soit dans la valise, surtout en ce qui a trait aux effets scolaires. Quant aux jouets, ils donneront à l’enfant l’occasion de se responsabiliser – s’il ne veut pas, par exemple, être obligé d’attendre une semaine pour retrouver sa précieuse console oubliée chez papa ou chez maman!

10 ans et plus
Proximité, flexibilité et limites
Au chagrin que les préadolescents éprouvent lorsque leurs parents se séparent s’ajoute souvent la crainte de perdre leurs amis. Les parents devraient donc, autant que possible, choisir des domiciles qui ne soient pas trop distants afin que l’enfant, qui continuera d’aller à la même école, puisse aussi fréquenter les mêmes amis en tout temps après la fin des classes.

La présence d’amis proches étant essentielle pour les jeunes de cet âge, il peut également arriver que les parents reçoivent des demandes de changement du régime de garde. Élise Mercier-Gouin suggère à ceux-ci de rester ouverts et d’examiner les souhaits exprimés. «Les parents peuvent profiter de cette circonstance pour faire un bilan et voir comment évolue leur enfant. Ils gagneront à faire preuve de souplesse dans l’application du dispositif de garde.» Toutefois, la psychologue précise que les parents ne sont pas tenus d’accepter toutes les demandes, et qu’ils devraient toujours s’efforcer de trouver des arrangements qui permettent aux deux figures parentales de demeurer impliquées dans la vie de l’enfant.

À tout âge

  • Afin d’annoncer leur séparation, les parents doivent prévoir un «bon» moment, avec assez de temps pour laisser l’enfant réagir et pour pouvoir répondre à ses questions.
  • L’enfant devrait sentir qu’il a le droit d’aimer ses deux parents librement, sans chantage affectif ni d’une part ni de l’autre.
  • Un plan de garde partagée est optimal s’il est élaboré en fonction des besoins de l’enfant et de la continuité des apports respectifs de son père et de sa mère.
  • Il importe de maximiser le temps à passer avec chacun des parents, quel que soit l’âge de l’enfant.
  • Les parents ne doivent pas faire de promesses qui ne seront pas tenues (au sujet d’une sortie, d’une fête ou même d’une heure d’arrivée).
  • Il est bénéfique d’impliquer les enfants le plus possible dans leur nouveau mode de vie, mais il ne faut en aucun cas leur faire porter le poids des décisions.

Pour en savoir plus
Parent au singulier, Claudette Guilmaine, 
Éditions du CHU Sainte-Justine, 2012
Mes parents se séparent… et moi alors? La séparation des parents et les familles recomposées, Nadia Gagnier, Les Éditions La Presse, 2010
L’Agenda parental, agendaparental.com

Source: Enfants Québec, octobre 2014

 

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Comment rétablir la communication avec mon ex?

« Mon ex et moi n’arrivons plus à nous parler. Je dois...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →