superbanniere
Abonnement Magazine

«Moi, mes enfants» originel

Enfants de M-A Pilote

Les quatre «Moi mes enfants» les plus mignons: Constance, Roseline, Maëlie et Ulysse.

Moi, mes enfants…  Combien de fois je l’ai prononcée cette phrase là? J’avais tellement de beaux principes, coulés dans le béton, que j’allais respecter à la lettre.   Puis j’ai eu des enfants. C’est une excellente façon de tester ma capacité d’auto-dérision que de me remémorer tout ce que j’avais juré de faire ou ne pas faire.

Mais, avant tous ces «Moi mes enfants» lancés pendant ma première grossesse, il y a eu le «Moi, mes enfants» originel. Celui qui étonne toujours un peu, lorsque je le mentionne.  Moi, “mes” enfants …   j’en aurai pas.

Oui, je sais, aujourd’hui j’en ai quatre.  Et non, ce ne sont pas des accidents.   Je le dis, parce qu’on me l’a souvent demandé. Mais non. Moi qui avait très peu, pour ne pas dire aucun intérêt pour les bébés et autres trucs morveux, je me suis levée un matin, et au lieu du cadran, c’est mon horloge biologique qui a sonné.  Je voulais un bébé. Maintenant.  Et il n’y a pas de snooze sur cette horloge-là, du moins pas sur la mienne.

Mon chum, une fois le choc passé, a accepté de se lancer dans l’aventure avec moi.  Après avoir vu les deux petites lignes sur le test, on a été responsables de plusieurs «Hein? Quoi?» lorsqu’on a annoncé à notre entourage que nous allions être parents.

Est arrivé ma première fille et ça a été un choc.  J’aimais vraiment ça la maternité! C’était loin d’être comment je me l’étais imaginé (d’où les nombreux «Moi, mes enfants» ravalés) , mais c’était quelque chose qui me faisait tripper. Après avoir prolongé mon premier congé parental – alors que je pensais retourner au travail lorsque mon bébé aurait 6 mois – j’ai su que j’en voulais d’autres. Beaucoup d’autres. Un peu après le sixième anniversaire de ma plus vieille, j’ai accouché de mon quatrième. Quatre enfants en 6 ans, pas si mal pour un couple qui était certain de ne pas en vouloir!

C’était le début d’une vie où j’allais souvent changer d’idée, sur des choses futiles et aussi sur mes grands principes. Parce qu’il n’y a rien comme quatre petits humains pour te remettre en question sur à peu près tout et son contraire.

C’est drôle, sur notre page Facebook, quelques lectrices qui sont mères de plusieurs enfants, nous ont fait le même aveu:  elles aussi avaient dit qu’elles en auraient pas. C’est ce qui m’a donné envie de vous entendre sur le sujet: Vous, votre famille, est-elle comme vous l’imaginiez? Plus grande, plus petite? Vous l’avez eu plus tôt, plus tard? Bref, dites-nous que je ne suis pas la seule qui a dû revoir tous ses principes, même les plus fondamentaux.

Marie-Andrée Pilote

Commentaires

commentaires

4 commentaires

Isabelle

Amusant, j’ai l’impression de lire une partie de mon histoire. Sauf que lorsque l’envie est arrivée, ça n’a pas marché. 12 ans plus tard, après des tentatives d’adoption puis une dernière tentative médicale, notre princesse est là! Et là j’ai découvert que j’adore être maman, j’adore me lever à 7h et commencer à cuisiner pour ma petite famille, j’adore être femme au foyer! Alors mon « moi mes enfants, bof » est devenu « moi mon enfant j’adore » et serait devenu « moi ma smala » si ça avait été possible :)

Michelle Lalonde

Contrairement à Marie-Andrée, j’ai toujours voulu avoir des enfants. On me demandait ce que je voulais faire plus tard et ma réponse était « être Maman ». Mon parcours a débuté tôt puisque j’étais la 2e maman de mon demi-frère pour ensuite être sa tutrice de manière temporaire à l’âge de 19ans (lui en avait 9) et ensuite de manière permanente lorsqu’il a eu 13 ans (et moi 23) jusqu’à sa majorité. Entre temps s’était ajouté une belle-fille, fille de mon conjoint, qui avait 4 ans lorsque j’ai commencé à le fréquenter. Alors quand j’ai été « Maman » pour le vrai j’avais déjà un petit bagage d’expérience disons. La vie a alors décidé que j’étais prête pour le vrai challenge. Dès son plus jeune âge j’ai réalisé que mon fils était différent de tous les autres enfants que j’avais connu. Et j’ai gardé des enfants souvent en tant que petite gardienne et ensuite comme stagiaire en service de garde. À 14 mois, alors enceinte de mon 2e, nous avons débuté les démarches et à 2 ans et 11 mois – mon 2e avant alors 11 mois – nous avons reçu le diagnostique, notre fils ainé est autiste. Ce fut un choc et ça définitivement remis en question notre plan d’avoir 5 enfants. Bon ça fait 5 quand vous considérez mon demi-frère, la fille de mon conjoint et les 3 que moi et mon conjoint voulions ensemble… Alors on a débuté l’aventure avec un enfant avec des besoins particuliers tout en tentant de garder notre famille active et unie et ce ne fut pas facile, loin de là. Mon demi-frère a grandi, il est devenu adulte et a quitté le nid pour voler par lui-même, ensuite la vie a fait que mon grand a fait de super progrès, tout allait mieux et nous avons pris le risque – je dirais plutôt la chance – d’avoir un autre enfant tout en sachant qu’il serait possible que cet enfant-là soit aussi autiste. Alors c’est ajouté une petite Poulette à notre famille. Tout au long de ma grossesse j’ai eu de l’anxiété que cette petite dernière pourrait briser l’équilibre de notre famille qui était encore somme toute fragile mais ce ne fut pas le cas. La petite dernière a cimenté notre unité familiale. Alors me voilà Maman officielle de 3 enfants, Maman honoraire d’un grand adulte indépendant duquel je suis très fière et Belle-Maman d’une grande qui cherche encore son chemin mais qui se rendra à bon port un bon jour alors je me considère Maman de 5. Exactement comme je l’avais vu alors que j’étais enfant.

Caroline

Nous voulions 4 enfants, ni plus ni moins! La vie en a décidé autrement, toutefois. D’abord, j’ai fait 2 fausses couches. Puis, enceinte de mon garçon on m’a dit que j’avais une chance sur 10 qu’il soit atteint de trisomie 21. J’ai dû subir une batterie de tests et vivre un stress épouvantable pour rien car mon fils n’est pas trisomique. De plus, je suis diabétique et ma grossesse a compliqué ma maladie x 100… Lorsque mon garçon a eu 9 moisj’ai appris que j’étais de nouveau enceinte. Encore une fois, beaucoup de complications et j’ai accouché de ma fille à 30 semaines. Ma cocotte a été hospitalisée 6 semaines et ce fut la période la plus dure de notre existence. Elle est maintenant en parfaite santé mais nos beaux plans d’avoir 4 enfants n’existent plus! Nous avons eu la chance extraordinaire d’avoir 2 enfants fantastiques et en sommes très heureux.

Hannah

Pat,One of the best and most useful blog posts I’ve read where everything contained within the post is relevant and useful.I would like to link to this, if you allow me to do so.Have a great weTskhankTerish

À lire aussi

Moi, mes enfants, ils seront toujours propres

Avant d’avoir des enfants je m’imaginais que les enfants...

Lire la suite →

Moi, mes enfants et le printemps

Si il y a à peine 1 an, on m’avait dit que j’allais laisser...

Lire la suite →

Moi, mes enfants… ne mangeront pas de malbouffe

Nous étions deux mères parfaites… jusqu’à ce que nous...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →