superbanniere
Abonnement Magazine

Comment convaincre mon conjoint d’assister à mon accouchement?

«Mon conjoint ne veut pas assister à mon accouchement. Comment lui faire comprendre que j’ai vraiment besoin de sa présence?» Maryse, Sherbrooke

Avant tout, vous devez bien saisir les raisons de ce refus. Je vous conseille d’avoir dès que possible une bonne discussion avec votre conjoint. Pour qu’il se livre aisément, soyez ouverte et à l’écoute sans le juger, sans le prendre de front ni lui faire de reproches.

Plusieurs facteurs sont à explorer. Peut-être s’agit-il d’un sentiment d’impuissance ou d’incompétence? Dans ce cas, votre conjoint redouterait probablement de ne pas être à la hauteur de la situation, de poser les mauvais gestes ou d’être incapable d’atténuer votre douleur. S’il a une nature anxieuse, il peut aussi craindre d’être trop stressé lui-même et ne pas se sentir suffisamment solide pour traverser cette épreuve. Par ailleurs, on remarque parfois, chez certains futurs pères un peu machos», une hantise de s’émouvoir et de se montrer vulnérables devant le personnel hospitalier ou devant leur partenaire. Enfin, il se pourrait que votre conjoint souffre d’une phobie des hôpitaux ou ne tolère pas la vue du sang. Une fois que vous aurez compris ses restrictions, tentez de trouver ensemble des moyens de le rassurer. Dans ce sens également, il serait bon qu’il acquière plus de connaissances sur le sujet en consultant des livres, en suivant des cours prénataux et en discutant avec des hommes qui ont déjà vécu cette expérience.

Vous pouvez en outre faire savoir à votre compagnon que vous ne vous attendez pas à ce qu’il livre une performance parfaite, mais que vous apprécieriez qu’il soit là et qu’il fasse de son mieux – et lui assurer que, le cas échéant, personne n’interpréterait son émotion comme un signe de faiblesse. D’autre part, je vous inviterais à réfléchir avec lui aux conséquences éventuelles de son absence. Le moment venu, vous pourriez ressentir de la colère et même de la détresse, puis lui en vouloir de ne pas avoir été à vos côtés. Est-il prêt à assumer l’ombre que cela pourrait jeter sur votre relation? Et sera-t-il capable de supporter le jugement des autres à son égard?

Toutefois, si vous en arrivez tous deux à la conclusion que ses motifs sont sérieux et que sa présence pourrait se révéler nuisible, demandez à une sœur, à une amie ou à une accompagnante à la naissance de venir vous assister.

Quelle que soit la formule adoptée, elle doit absolument l’avoir été d’un commun accord et être bien acceptée de votre part.

Une question d’hormones
Une femme en plein travail qui perçoit chez son partenaire de l’inquiétude, de la nervosité ou, pire, de l’agressivité pourrait sécréter de l’adrénaline. Cette « hormone de la peur » entraverait alors la production de l’ocytocine responsable des contractions. Dans de telles circonstances, la présence du conjoint risque effectivement d’être plus nocive que bénéfique.

Propos recueillis par Clémence Risler
Source: Enfants Québec, septembre 2014

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Comment rétablir la communication avec mon ex?

« Mon ex et moi n’arrivons plus à nous parler. Je dois...

Lire la suite →

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →