superbanniere
Abonnement Magazine

Parents, engagez-vous !

 

Crédit: Shutterstock

Crédit: Shutterstock

S’impliquer à l’école ou à la garderie de son enfant, est-ce que cela en vaut la peine? Des parents témoignent.

Par Nathalie Côté

Ils organisent des campagnes de financement, votent des budgets, embauchent du personnel, concoctent des activités… Partout au Québec, des milliers de parents s’impliquent à la garderie, à l’école ou à la commission scolaire de leurs enfants. Leur but: contribuer au bien-être de ceux-ci et de leurs camarades.

Éric Allard
Il a d’abord été président du conseil d’établissement de l’école de son enfant. Devant son dynamisme, la directrice lui a suggéré d’être candidat aux élections scolaires pour devenir commissaire. Il a mené sa campagne en 2002 et il a décroché le poste, pour lequel il reçoit environ 5 000 $ par an. La quantité de travail varie en fonction des périodes de l’année et des dossiers, mais il estime y consacrer au moins une vingtaine d’heures par mois. Au fil du temps, il a participé à l’instauration de politiques sur l’alimentation et l’achat local, notamment.

Ce qui le motive «La chance d’apprendre toujours plus, et le bonheur de pouvoir aider certains parents», déclare-t-il.
Ce qu’il trouve difficile Le fait que les commissions scolaires soient autant critiquées dans les médias. «Il est vraiment regrettable que, souvent, les gens ne comprennent pas l’ampleur de notre tâche», souligne Éric.

Marie Vincent
Pour commencer, elle s’était fait élire au conseil d’établissement de l’école primaire de ses quatre fils. «Mais je me suis rendu compte que les décisions administratives, ce n’était pas pour moi, avoue-t-elle. Je me suis donc tournée vers l’organisme de participation des parents.» Tous les ans, l’OPP que préside Marie Vincent travaille à l’organisation de deux grands événements : une danse de Saint-Valentin et une fête de fin d’année. L’école a ainsi récolté 50 000 $ en cinq ans pour rénover sa cour!

Ce qui la motive Pouvoir montrer aux enfants l’importance de l’école.
Ce qu’elle trouve difficile «Avoir parfois l’impression de tenir le bureau des plaintes, dit-elle. Je dois expliquer à certains parents qu’ils ne passent pas par le bon chemin.»

Pascale Durocher
Mère d’un adolescent souffrant d’un déficit d’attention et d’un jeune enfant dysphasique, Pascale Durocher s’est engagée pendant deux ans dans le comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage de sa commission scolaire.

Ce qui la motive «Essayer d’influencer les décideurs, puisque le manque de services pour les élèves à besoins particuliers est épouvantable», dit Pascale.
Ce qu’elle trouve difficile «Je me suis rendu compte que c’est un travail titanesque, qui gruge énormément d’énergie.»

Dominique Beaumont
Voilà six ans que cette maman a été élue au conseil d’administration du CPE de ses enfants, d’abord comme administratrice, puis comme présidente du conseil. Redressement de la situation financière, remplacement d’une fournaise, négociation d’une convention collective, évaluation de la direction… les administrateurs ont collaboré à tout cela, entourés d’experts au besoin. «Nous avons eu des années difficiles, nous confie Dominique. Le poste de directrice a dû être comblé deux fois à la suite de départs. Mais ce n’est pas toujours ainsi.»

Ce qui la motive Participer au bien-être de ses filles et être tenue informée de tout ce qui se passe au CPE. «C’est valorisant d’aider à améliorer les choses pour les enfants et le personnel », ajoute-t-elle.
Ce qu’elle trouve difficile Concilier son bénévolat avec sa vie de famille et son activité professionnelle! «Une année, j’ai travaillé deux jours au CPE pendant les Fête !» se souvient cette maman.

Caroline Tanguay
Elle œuvre à la bibliothèque de l’école de ses enfants depuis six ans. Elle en est aujourd’hui la responsable, avec une équipe de 20 bénévoles à gérer, qui s’occupent avec elle de recevoir les nouveaux livres, de les couvrir, d’administrer les prêts, de réparer les ouvrages endommagés, d’établir des factures aux parents en cas de bris ou de perte, etc.

Ce qui la motive «Surtout la curiosité des jeunes, dit-elle. Cela me fait plaisir de les voir repartir contents avec leur livre. En plus, on a une équipe formidable, et les autres mères sont devenues de véritables amies. J’aime aussi observer mes enfants avec leurs camarades.»

Envie de vous engager?
Les parents peuvent s’impliquer de diverses manières. Voici quelques informations pour vous y retrouver.

Conseil d’administration d’un CPE Les administrateurs sont élus lors de l’assemblée générale. Ils sont responsables de la gestion financière et des ressources humaines, et entérinent les contrats que le CPE passe avec des entreprises.

Conseil d’établissement d’une école Pour y siéger, il faut avoir été élu à l’occasion de l’assemblée générale. Le mandat est de deux ans, et le conseil se réunit au moins cinq fois annuellement. Ses membres travaillent entre autres sur le budget, le projet éducatif de l’école, les activités, et déterminent les frais à réclamer aux parents.

Organisme de participation des parents (OPP) Lorsque l’école en a un, il est habituellement formé à la faveur de l’assemblée générale de la rentrée. En coopération avec la direction, les parents membres peuvent réaliser des campagnes de financement et mettre sur pied des activités spéciales.

 Comité de parents Un parent par école doit représenter son établissement auprès de la commission scolaire. Il est élu parmi les membres du conseil d’établissement lors de l’assemblée générale.

Comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage Les parents d’élèves dont un ou plusieurs enfants ont des besoins particuliers sont invités à donner leur avis sur les services mis à leur disposition, dans le cadre de ce comité consultatif. Ceux qui désirent en faire partie doivent répondre à l’appel de candidatures lancé par la commission scolaire en début d’année scolaire. 

Conseil des commissaires Les commissaires sont élus par la voie des élections scolaires, et leur mandat est de quatre ans. Les élus sont garants de la gestion efficace des ressources financières, humaines et matérielles de la commission scolaire auprès de la population, et doivent veiller à la pertinence et à la qualité des services.

Pour plus d’information Fédération des comités de parents du Québec

 Source: Enfants Québec, octobre 2014

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →