superbanniere
Abonnement Magazine

Survivor mom!

Julie Pearson, maman de 2 garçons et survivante d'un cancer.

Julie Pearson, fière maman survivante du cancer.

J’avais la tête pleine de projet, je croyais en l’immortalité et j’étais la maman de 2 beaux garçons quand l’annonce m’a été faite: j’étais atteinte d’un cancer!

Je n’y croyais pas… ça ne se pouvait pas! J’étais trop jeune, trop en santé, trop importante pour mes enfants… et je n’avais pas le temps!

Du déni, j’ai dû me rendre à l’évidence: j’allais bientôt subir les traitements, l’affaiblissement, la perte de mes cheveux et la perte de jouissance de toute évidence! À quelle instance dois-je m’adresser pour faire une plainte, pour être entendue? Mon corps me jouait dans le dos… il me trahissait!

Après avoir organisé mon clan – achats pour l’année scolaire qui allait bientôt commencer, congélateur rempli de bouffe pour les jours difficiles, grands-parents et amies mis à contribution… -, j’ai décidé de garder la tête haute et de m’attaquer à la maladie… je vais lui montrer qui est la plus forte des deux… et comme toujours (au grand dam de mon amoureux!) j’aurai raison, bon!

S’en est suivi quelques mois de douleurs, nausées, congés de rasoir et moments de repos…

Moi qui n’arrivais jamais à rester assise plus de deux minutes, j’ai appris à ne rien faire au lit pendant des heures…

Le matin, je mettais mon plus beau sourire et préparais mes enfants pour leur journée tout juste avant de retourner dans ma grotte me reposer…

Je me suis mise à aimer profiter de mes journées passées à lire des livres seulement pour le plaisir et non plus pour le travail ou les études. Mon linge mou me réconfortait et quand j’avais la force d’aller au parc, armée de ma tuque à pompon, je jubilais!

Pendant ces mois de traitements, je me suis plusieurs fois réfugiée dans la douche pour pleurer toutes les larmes de mon corps… particulièrement la veille d’un traitement ou au lendemain d’une nuit difficile pour un de mes enfants inquiet de voir maman malade…

Durant ces mois, j’ai aussi décidé que je ne laisserais plus rien me bousiller la vie. J’ai décidé que je profiterais de chaque petit moment… des fois qu’il ne reviendrait plus! Cette façon de voir m’a aidée à découvrir la vie sous un autre œil…

C’est là que j’ai compris:

-que les enfants n’ont pas besoin d’une supermaman;
-que manger des pâtes plus d’une fois par semaine ce n’est pas péché;
-que dire «non» à une invitation, ça se fait;
-que ne rien faire les week-ends, c’est sain pour tout le monde, y compris les enfants;
-que j’avais plein de bon monde autour de moi;
-que nous sommes toujours l’enfant de nos parents;
-que j’avais un homme amoureux à mes côtés; -que mes enfants avaient un bon père;
-que mon fils aîné était rempli d’une force incroyable;
-que mon petit était rempli d’empathie;
-que ma vie était BELLE!

Depuis, chaque fois que je vis un moment d’ennui, je prends une grande respiration et je profite du moment présent. Chaque année, je vois maintenant mon anniversaire arriver avec joie… je vieillis, je suis donc vivante!

J’ai pris un pacte avec la vie… je prends maintenant soin de moi d’abord. Maintenant, ne reste qu’à espérer que la vie respectera son engagement, car j’ai encore beaucoup de projets… dont celui de voir grandir mes petits-enfants!

Julie Pearson

Commentaires

commentaires

7 commentaires

Jean-Arseno Pearson

Il n’y a rien de plus beau que la transparence des mots. Le temps file à des milliers de kilomètres à l’heure, on a moins le temps de se voir… Je n’avais pas remarqué à quel point tu étais devenu un GRANDE femme! Fier de toi. Belle plume pleine d’émotions qui laisse parler les entres-lignes…

Nathalie

Simplement bravo.
D’avoir su te choisir. Dans la maladie comme dans l’épreuve, une maman demeure une maman, je sais, la maladie a frappé à ma porte également. Non pas se foutu cancer que chacun redoute tant. Non, un lundi matin, journée de congé, la vie me réservait un revirement tellement imprévisible; un grave accident de la route, une voiture qui venait à 100km/h a heurté mon VUS de plein fouet, me laissant aujourd’hui avec d’importantes séquelles physiques et psychologiques. Ça aussi ça chamboule une vie, tout comme le cancer qui a frappé à ta porte. Jamais on aurait pu s’y préparer, on ne pouvait pas voir l’épreuve venir.
J’admire ta force, ta détermination et surtout, ta façon de faire face à ce qui t’arrive, en TE choisissant. Parce que être une maman, ça vient rarement en 2ième place; la culpabilité de ne pas être à la hauteur, le regard des autres qui pèse trop lourd sur nos épaules et qu’il nous faut ignorer pour se protéger le coeur et l’âme. Tout ces petits gestes, ces petites attentions que nous portons à notre marmaille depuis le jour 1, tout ça, ce n’est parfois plus possible d’arriver à être celle que l’on était avant…et ce «avant» qui dans mon cas, je ne sais pas pour toi, n’existera plus. Il devient le maintenant. Et c’est à cet endroit, dans le maintenant, le moment présent qu’il faut absolument se trouver. Le passé, celle d’avant ne seront plus et ne doivent pas venir troubler mon instant présent où je m’applique à y préparer mon futur. Je me réjouis des gains (réadaptation), si petits soient-ils. Mon point de départ n’est plus le même, je n’essaie plus de rattraper celle d’avant mais de construire celle que je deviens. Ce sont des petits deuils difficiles mais nécessaires à un avenir heureux.
Oui, ces 41 derniers mois ont fait de moi une maman différente, absente au début et maintenant, présente, attentive, disponible… mais, de façon à respecter mes limites, à écouter les signaux d’alarme que mon corps m’envoie et que j’ai appris à écouter. Au fond, cet accident m’a permis de réaliser que pour être «une bonne maman», l’adage qui veut que l’important avec nos enfants, ce n’est pas la quantité de temps passé en leurs présence mais la qualité de celui-ci. D’être présente, toute présente. Maintenant, j’utilise les quelques instants de bien être, où mon corps me laisse un répit, de façon très égoïste. Je n’accepte plus de perdre ces précieuses périodes à m’apitoyer sur ce que j’ai perdue. Oh oui, il y a des moments où moi aussi la douche devenait le seul endroit pour me réfugier et en rager un bon coup. Mes enfants m’ont vu dans les pires moments, ceux où j’aurais préféré me retrouver seule, loin de tous les regards. Mais ils ont vu qu’une maman, parfois ça tombe…mais notre force réside dans notre volonté de se relever et c’est cette image que garderont mes enfants. Non pas maman souffrante, parfois révolter contre la vie, non. Ni celle d’une maman qui revenait du centre de réadaptation, vidée et incapable de préparer le repas du soir. Non, ils se souviendront d’une maman «HUMAINE», qui a travaillée de longues semaines dans un centre spécialisé pour mettre toutes les chances de son côté pour récupérer de ses blessures, qui s’est donné le droit d’aller chercher de l’aide parce que NON, on n’y arriverait pas seule isolée dans notre chagrin. Et ils garderont, pour toujours je l’espère, la conviction qu’à force de travail et de persévérance, on réalise de grandes choses!
Rien n’est encore gagné pour ma santé mais ma famille elle, s’en trouve plus forte, plus unie devant les embûches que la vie nous réserve.
Hier j’entendais un psychologue à la radio, Christian Houle qui disait ceci: – «Ce que l’on fuit nous poursuit et ce qu’on affronte, s’effondre…
Bonne continuité à toi, entourée des gens qui contribuent à ton bonheur. Bravo!

Julie Pearson

Merci à toi Nathalie pour ce partage… bonne chance pour la suite et continue d’être un exemple de persévérance pour tes enfants!
Julie

Nathalie

Ce matin, en réorganisant mes sites et autres favoris, je relis ce billet qui, je me souviens, m’avait particulièrement touché.

Je partage ton témoignage pour une amie qui, malheureusement , a reçu cette visite indésirable qu’est la maladie…le cancer.

Ton témoignage, les constats que tu as faits sur ton rôle de maman, ton cheminement, la vie que tu as choisis avec conviction, ta détermination à te placer au premier rang, afin d’exister d’aimer et de voir

Nathalie

Oupss…
La suite ici:
et de voir grandir tes enfants ET tes petits enfants… Tout ça ne peut qu’être source d’inspiration dans les moments difficiles.
Merci à toi, je souhaite que 2015 apporte la paix, l’amour et tout ce qui est nécessaire pour garder, recouvrer et améliorer ta santé!

Max

Hello there I am so excited I found your website, I really found you by mistake, while I was looking on Askjeeve for something else, Nonetheless I am here now and would just like to say thanks a lot for a incredible post and a all round exciting blog (I also love the theme/design), I don’t have time to read through it all at the minute but I have bookmarked it and also added in your RSS feeds, so when I have time I will be back to read a great deal more, Please do keep up the awesome b.|

http://www.georgioupolis-taxi.com/en/component/k2/itemlist/user/55598.html

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Comment les encourager sans en faire trop ?

Chaque jour, nous complimentons nos enfants et soulignons leurs...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →