superbanniere
Abonnement Magazine

Le kayak

kayak-pere enfant

Crédit: Shutterstock

Imaginez-vous, pagayant doucement à la découverte d’îles secrètes ou de récifs peuplés de tortues… Que ce soit sur la mer, un lac ou une rivière, le kayak vous ouvre un monde de possibilités.

Ce qu’il faut pour chaque membre de la famille

  • Un kayak monoplace ou biplace adapté à son poids et à sa taille.
  • Un kayak monoplace ou biplace adapté à son poids et à sa taille.
  • Une pagaie de la bonne longueur: en position debout, avec les bras au-dessus de la tête, le bout de la pale doit arriver sous les poignets.
  • Un vêtement de flottaison individuel (VFI) certifié CE. Munis d’un VFI, même les plus jeunes pourront embarquer avec leurs parents, qu’ils sachent nager ou non.
  • Un casque (pour le kayak de rivière).

Quelle embarcation choisir?
Pour débuter, Bernard Hugonnier, directeur technique de la Fédération québécoise du canot et du kayak, recommande aux familles de privilégier les kayaks récréatifs de type autovideur: «Ils sont sécuritaires, ludiques et polyvalents», souligne-t-il. Le kayak en tandem est une autre belle façon de familiariser les enfants avec ce loisir sportif. Notons enfin que les kayaks adaptés à la taille des petits sont plus rares et demandent plus de maîtrise.

C’est bon pour la santé
«Le kayak a les mêmes effets bénéfiques sur la santé physique et mentale que tous les sports aérobiques, observe Guy Thibault, physiologiste de l’exercice, auteur et professeur associé au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Comme il se pratique en position assise, il fait travailler les muscles du haut du corps, souvent négligés. De plus, il développe le sens de l’équilibre.»

Un peu de préparation
Avant d’être à l’aise sur l’eau, l’enfant doit être agile dans l’eau. La famille pourra multiplier les occasions de baignade avec lui à la piscine, mais aussi en lac ou en rivière. Il est préférable qu’il apprenne à nager. Les petits nageurs peuvent essayer de se hisser eux-mêmes dans leur embarcation. Opération réussie? Ils remportent une pagaie! «À cette étape, on leur montre rapidement comment pagayer pour ensuite les laisser explorer, pourvu qu’ils restent près des berges et des adultes, indique Anthony Kelso, directeur général du Club de kayak Côte-de-Beaupré. L’apprentissage du kayak se fait sur plusieurs années. » Quand tout le monde est capitaine de son bateau, il est temps d’organiser des jeux! Frisbee, ballon, compétitions de remorquage ou slalom entre des bouées, le choix ne manque pas.

Le kayak en eau calme
«Il y a quelque chose de magique dans le regard des enfants qui sont maîtres de leur propre embarcation, témoigne Bernard Hugonnier. Ils grimpent à bord et se disent: “Youpi! À moi l’aventure!” Au bout de cinq minutes, ils se retrouvent couchés sur leur kayak à contempler des nénuphars, des têtards ou des libellules.»

Où aller?
Dans les parcs nationaux du Canada et de la Sépaq, sur les bassins, sur le fleuve Saint-Laurent ou tout autre cours d’eau calme offrant des points d’accès ou des stations de location de kayaks.

Le kayak en eau vive
Pour les toutes premières sorties en eau vive, Anthony Kelso suggère aux parents d’opter pour les parcours en rivière, en tandem, comme il l’a fait avec sa fille Maélie, 7 ans. Une fois que l’enfant aura gagné en confiance et en expérience, il pourra descendre des petits rapides, à condition d’être en tout temps accompagné d’un kayakiste compétent. «Il ne faut jamais sous-estimer le courant, prévient M. Kelso. Même un adulte ne peut pas s’improviser kayakiste chevronné. Je suggère aux parents qui voudraient initier leurs enfants de suivre une formation de base d’une journée (stage menant à une certification niveau 1 de la FQCK).»

Où aller?
Sur les rivières du Québec qui présentent un niveau de difficulté de «facile» (classées 1) à «novice» (classées 2), selon le système international de classification des rivières.

Cinq règles de sécurité de base pour les enfants

  1. Être accompagnés d’adultes bien formés techniquement, qui auront prévu un plan d’urgence selon lequel chacun saura quoi faire en cas de problème.
  2. Porter un VFI.
  3. Rester près des berges et sous la supervision d’adultes.
  4. Se tenir loin des branches d’arbres ou des cordes qui pourraient se trouver dans l’eau.
  5. Ne jamais marcher dans une rivière.  

Source: Magazine Enfants Québec, juillet-août 2014

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Activités d’été : les expéditions de la famille Tropchouette

Les amateurs d’ornithologie seront comblés par la découverte...

Lire la suite →

Activités d’été – Les rassemblements de la famille Brasouverts

Ces escapades et événements réuniront familles, amis et...

Lire la suite →

Une partie de soccer en famille

Vos jeunes ont des fourmis dans les jambes ? Rendez-vous au...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →