superbanniere
Abonnement Magazine

La dure réalité des jeunes parents

 

Aryann, 7 ans, et son petit frère Xavier, 15 mois.

Aryann, 7 ans, et son petit frère Xavier, 15 mois.

Quand ma fille Aryann est née, j’avais 21 ans. Si quelques-uns d’entre vous trouvez cela normal de fonder une famille à cet âge, mon entourage n’était pas de cet avis.

Une semaine après avoir commencé mon baccalauréat en droit, un test de grossesse positif m’indiquait que ma vie allait changer. Il était hors de question d’avorter, moi qui avais hâte d’être maman depuis mes 14 ans. J’ai toujours voulu avoir des enfants «jeune», mais j’étais réaliste et savais que je serais une femme de carrière. La logique aurait voulu que j’attende d’avoir un travail stable et, si possible, une maison. Il en a été autrement.
J’ai accouché en juin 2007, et j’ai repris les cours à temps plein en septembre, en laissant mon petit bout d’chou à la garderie trois jours par semaine. Est-ce que ma fille a manqué de quelque chose? Jamais. Son papa et moi avions un bel appartement convenable, pas trop cher, pour les familles à plus faible revenu avec enfants. Quand je n’étais pas à l’université, j’étais avec ma fille, j’étais une maman. Quand ma fille dormait le soir, j’étudiais. Quand j’avais des travaux à faire, même en équipe, Aryann était avec moi. Elle me suivait partout.
Est-ce que j’étais riche? Non, mais après mon année de Régime québécois d’assurance parentale, j’ai travaillé à temps partiel, comme je l’avais toujours fait. Aryann était toujours bien habillée, avait de quoi manger tant qu’elle en voulait, et je l’ai allaitée pendant 13 mois.
Malgré notre bonheur, il restait toujours le regard des autres. J’étais jeune, et j’ai toujours parue plus jeune que mon âge. Lorsque j’allais au restaurant ou encore dans les boutiques, je sentais toujours les regards posés sur nous. Les gens me jugeaient selon le stéréotype de la jeune mère adolescente qui abandonne ses études suite à une grossesse et qui utilise les services sociaux pour vivre. Non, je n’étais pas comme cela, je travaillais, j’avais des économies, et j’étudiais à temps plein pour devenir notaire.
J’ai énormément souffert de ces regards indiscrets et de ces murmures à mon passage. Mon orgueil en a pris un coup, car j’étais – et le suis toujours! – fière de ce qu’on a accompli.
Aujourd’hui, ma fille est en première année du primaire, et elle excelle. Nous habitons une belle maison, et j’ai maintenant un petit garçon de 8 mois avec un autre conjoint qui fait le bonheur de sa grande sœur. Et surtout, je suis notaire et j’ai une belle carrière. J’ai même complété dernièrement un certificat pour parfaire ma formation – tout ça avec deux enfants!
Donc, si vous croisez une jeune mère ou un jeune père dans les magasins ou au restaurant, ne jugez pas. Nous ne sommes pas tous des décrocheurs ou des bénéficiaires de l’aide sociale. Nous sommes des humains, qui faisons le choix ou non d’avoir des enfants à cet âge, et cela ne fait pas en sorte que nos enfants sont malheureux ou manquent de quoi que ce soit, surtout pas d’attention et de soins. La vie nous réserve des surprises, mais chaque personne fait son propre chemin avec ses propres moyens.
Jessie Labrecque

Commentaires

commentaires

Un commentaire

cathy

tout a fait vrai je suis moi meme tomber enceinte a 21 ans et cetais voulu,jai accoucher de ma grande fille en mars 2009 et en juillet 2010 on avais notre petit garcon et en avril 2012 une autre petite merveille.est tout cela etais voulu…oui nous somme pas les gens les plus fortuner mais nos enfants ne manque de rien, on a fait des choix dans notre vie oui on a pas 2 véhicules neuf…et une maison de lannée .,mais on a 3 magnifiques enfants qui de manquerons jamais de rien.

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Comment concilier la famille et les études?

Envie de retourner sur les bancs de l’école ? Notez bien ces...

Lire la suite →

Devenir maman sans sa maman

Ma mère est décédée deux ans avant que je devienne mère...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →