superbanniere
Abonnement Magazine

Vacances estivales – 5 mesures de sécurité

Urgence estivale-garcon platre

Crédit: Shutterstock

Le Dr Dominic Chalut, pédiatre urgentologue à l’Hôpital de Montréal pour enfants, adore son métier… mais il préférerait que vos petits se tiennent loin des salles d’urgence cet été! Voici ses conseils pour prévenir les risques les plus fréquents et éviter les drames.

Chutes
Au retour des beaux jours, c’est avec joie que les enfants retrouvent leurs bicyclettes et leurs planches à roulettes. Malheureusement, c’est aussi le moment où, dans les hôpitaux, on constate une recrudescence des cas de fracture des membres et de commotion cérébrale.

Prévention À l’urgence, on admet encore trop de petits patients mal en point après une chute de vélo sans protection. Pourtant, un casque à la bonne taille et un équipement de sport de qualité peuvent sauver la vie d’un enfant en cas d’accident.

Les gestes qui sauvent Lorsqu’un enfant perd connaissance à la suite d’une chute, placez-le sur le côté droit, le visage bien dégagé. Laissez-le vomir s’il en a besoin. S’il reste inconscient plus d’une minute ou vous semble désorienté par la suite, il faudra consulter un médecin. Vérifiez la présence d’éventuelles fractures en tâtant ses membres. Ne le forcez surtout pas à bouger. Si son cou semble raide, appelez immédiatement une ambulance.

Automobilistes, soyez attentifs! De nombreux accidents de voiture impliquant des enfants ont lieu dans l’entrée des cours ou des garages. Prenez l’habitude de faire le tour de votre véhicule avant de démarrer. Si vous voyez des jeux ou des ballons à proximité, déplacez-les par mesure de sécurité et surveillez les petits qui courent dans les environs…

 

Intoxications
Chez soi, il y a quatre zones «à risque» quant aux intoxications: la pharmacie dans la salle de bain, le placard à produits d’entretien dans la cuisine, le garage où sont rangés les produits pour la voiture (huile, antigel, essence…), et le cabanon où l’on entrepose les produits de jardinage. Ces deux dernières zones sont souvent oubliées par les parents. Leur sécurisation ne doit pas être négligée, particulièrement en été, où les enfants passent de longues heures à jouer dans le jardin ou dans la cour.

Prévention Posez des verrous sur les portes du garage et du cabanon, placez les produits dangereux en hauteur – et non sous le lavabo ou l’évier comme c’est trop souvent le cas! Vérifiez régulièrement que vos installations sont toujours sécuritaires.

Les gestes qui sauvent Si vous pensez que votre enfant a ingéré par accident un produit toxique ou un médicament, appelez immédiatement Info-santé au 811, qui vous redirigera vers le centre antipoison de votre région. Si vous devez aller à l’urgence, emportez avec vous le contenant du produit en cause; il sera plus facile pour les médecins d’intervenir efficacement s’ils connaissent sa composition.

Ne vous alarmez pas inconsidérément Si votre enfant avale du shampoing ou du maquillage, il n’y a pas de danger: les produits d’hygiène personnelle ne sont pas toxiques. D’autre part, la majorité des plantes qui poussent dans les zones d’habitation sont très peu toxiques – certaines peuvent provoquer des nausées, mais les empoisonnements sont extrêmement rares.

 

Noyades
Il ne se passe pas un été sans qu’on déplore plusieurs décès d’enfants par noyade accidentelle.

Prévention Il convient d’abord de sécuriser les piscines privées pour empêcher les enfants d’y accéder sans supervision. La présence attentive d’un adulte est indispensable en tout temps. Ne laissez pas la sonnerie d’un téléphone ou une visite impromptue vous distraire, et ne quittez jamais les lieux tant qu’un enfant est encore dans l’eau ou aux alentours du bassin. Il est très utile pour les parents, surtout ceux qui ont une piscine à la maison, de suivre des cours de secourisme afin d’être prêts à réagir en cas d’urgence.

Les gestes qui sauvent Lorsqu’un enfant tousse après être tombé à l’eau, laissez-le tousser sans intervenir, cela signifie qu’il respire. Le fait qu’il bouge, même de façon désordonnée, est également un signe encourageant qui indique qu’il respire. S’il est inconscient, placez-le sur le dos et faites-lui un massage cardiaque ou la respiration artificielle. Appelez immédiatement les secours en composant le 911.

Attention! Les gilets de sauvetage, bouées et systèmes d’alarme sont bien pratiques, mais ils ne peuvent pas remplacer la surveillance d’un adulte. En effet, il leur arrive de se dégonfler, de se détacher ou de tomber en panne. Ils ne permettent pas d’éviter les noyades à 100 %.

 

Coups de soleil 
C’est au début de l’été que les petits  blanchons» sont le plus susceptibles d’être victimes de sévères coups de soleil.

Prévention Bien que la recommandation officielle soit d’utiliser une crème solaire comportant un indice de protection 45, les plus jeunes seront davantage en sûreté avec un indice 60, voire 90. N’oubliez pas de leur appliquer une autre couche de crème après la baignade. Chapeaux et parasols sont indispensables. Les bébés et les bambins de moins de 4 ans seront encore mieux protégés s’ils gardent leurs vêtements, même pour faire trempette.

Les gestes qui sauvent Si la peau rougie présente des vésicules remplies d’eau, il s’agit d’une brûlure au 2e degré. Si sa surface est importante, il peut être nécessaire d’emmener l’enfant à l’urgence. Pour prévenir une éventuelle infection, appliquez un antibiotique topique sur la zone touchée. Administrez de l’acétaminophène ou de l’ibuprophène au besoin.

Méfiez-vous des remèdes de grand-mère Le beurre n’a absolument aucune efficacité pour soigner les brûlures. La vitamine E peut aider la peau à se reconstruire, mais elle est inutile en application sur une brûlure récente.

 

Monoxyde de carbone
C’est souvent à l’occasion de visites estivales au chalet que des enfants subissent des intoxications dues à des fuites de monoxyde de carbone émanant de génératrices ou d’autres appareils qui utilisent de l’essence, du propane, du gaz naturel ou du mazout.

Prévention Si votre lieu de résidence ou de vacances comprend des sources potentielles de monoxyde de carbone (génératrices, bouteilles de gaz portatives pour la cuisine, chauffage au gaz naturel), il est primordial d’y installer des détecteurs de monoxyde de carbone et d’en vérifier le bon fonctionnement régulièrement.

Les gestes qui sauvent Lorsque l’alarme d’un détecteur de monoxyde de carbone se déclenche, il faut sortir des lieux instantanément et appeler les pompiers. Il n’y a pas de fausse alerte lorsqu’il s’agit du monoxyde de carbone.

Propos recueillis par Mathilde Singer

Source: Enfants Québec, mai-juin 2014

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

L’automutilation, une pratique inquiétante

De plus en plus d’enfants de 10 à 17 ans sont hospitalisés...

Lire la suite →

Attention, peaux sensibles!

Crèmes, shampoings et savons pour enfants... quels sont les...

Lire la suite →

Le fast-food, cause d’échec scolaire ?

Selon une récente étude américaine, la malbouffe ne serait pas...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →