superbanniere
Abonnement Magazine

Les maîtres de la comparaison

Matthieu Turgeon

Matthieu Turgeon

Qu’est-ce qui nous pousse à sans cesse comparer les prouesses de nos enfants avec celles de leurs frères et sœurs, ou avec celles de la fille de la voisine?

Dès le jour un, votre enfant englué et blanchâtre devient le plus beau, le plus fin, le plus intelligent, le plus drôle et celui qui sauvera le monde. C’est normal. À tous, la fatigue nous monte à la tête et affecte notre jugement. Cet élan de passion ultra positive frôle la folie: «Oh, regarde, chérie! Il n’a que trois jours et il tape dans ses mains quand je lui parle. En fait… presque, euh, des fois… il bouge en tout cas. Oui, je sais, il dort. Mais j’ai le sentiment qu’il me comprend.»

Cette belle naïveté des débuts, semblable à une courte lune de miel de deux nouveaux amants, me manque déjà. Avec le temps, la raison s’y met. On réfléchit, décortique et analyse ce même bébé.

Vient le jour où, en observant un autre enfant, la réalité nous frappe: notre bébé n’est pas le prodige qu’il promettait d’être. Surgissent alors l’inquiétude, inutile, et la comparaison, déraisonnable. J’ai parfois de ces moments d’égarement:
— C’est fou, ta fille discute mieux que certains adultes. Mon petit homme, lui, massacre le mot «bagel» pour en faire «baineune».
— Peut-être, mais elle est incapable de s’asseoir tranquille pour écouter un film. Toi, mon chanceux, tu peux le brancher si tu veux une pause.
— C’est une chance d’avoir un zombie comme fils aussitôt qu’un écran est allumé?
— J’aimerais ça, parfois. Et puis, il ne se réveille pas pour réclamer un 15e verre d’eau.
— Non, il me réveille simplement pour m’avertir chaque fois qu’il va aux toilettes.
— D’autre part, ton gars réussit ses casse-têtes les yeux bandés et les mains dans le dos.

Et ça peut continuer ainsi pendant des heures…
Puis, avec l’arrivée d’un second enfant, les comparaisons deviennent constantes. Entre deux hurlements stridents, j’ose m’aventurer:
— Il me semble qu’Elliott pleurait moins au biberon?
— Il ne l’a jamais pris.
— Ah oui, j’avais oublié.
— Tu as remarqué au moins que son petit frère dormait nettement mieux?
— Pas tant que ça, j’étais capable de passer l’aspirateur sous sa bassinette sans interrompre son sommeil.
— Oui, mais regarde-le manger comme un ogre!
— Dans le sens qu’il y a autant de nourriture sur son front que sur le tien?
— C’est normal. Mais ça commence à m’inquiéter, le fait qu’il n’agrippe pas aussi bien les choses à 5 mois.

Voilà qui devient un réflexe aussitôt que l’on connaît deux enfants. Et c’est le loisir préféré de bien des grands-parents.
Il faut se le répéter: c’est malsain. Comparer, c’est mal. C’est comme de croiser les effluves dans le film SOS fantômes. On ne sait jamais comment ça va finir. Rarement dans une effusion de guimauve. Je m’engage alors personnellement à cesser tout parallèle entre mes deux fils. Déjà que mon dernier hurle bien plus que son aîné. La pie contre la taupe. Je l’imagine déjà grogner parce qu’il est arrivé deuxième, alors que mon plus grand, lui, ne bronchera pas. Ça y est, je recommence.

Papa de deux petits garçons, l’un de 4 ans et l’autre de quelques mois, Matthieu Turgeon est l’auteur du livre Pères poules et prodigieux enfants, pas vraiment! (Éditions Stanké, 2013), coécrit avec Pascal Lachapelle. Chaque mois, retrouvez nos collaborateurs en alternance dans nos pages.

Source: Enfants Québec, avril 2014

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Et si on prenait des vraies vacances ?

Vous n’avez pas besoin de faire de plan pour être...

Lire la suite →

Fêtes de famille et conflits familiaux

Mariages, anniversaires de naissance, baptêmes… Quand les...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →