superbanniere
Abonnement Magazine

Fête de bienvenue ou baptême?

crédit: istock

crédit: istock

Votre enfant est né. Tout votre entourage attend avec impatience de célébrer cet heureux événement… Oui, mais comment? Voici des idées de parents et d’experts pour réinventer les traditions ou vous les approprier.

Par une belle journée de fin d’été, des dizaines de personnes sont rassemblées dans l’arrière-cour d’une résidence de Sherbrooke. Les adultes prennent un verre ou une bouchée en discutant tranquillement, tout en gardant un œil sur les plus jeunes qui, eux, courent sur le vaste terrain ou pataugent dans la piscine. La raison de cette rencontre? Une fête de bienvenue. Léon, l’invité d’honneur, celui pour qui toutes ces personnes se sont déplacées, demeure pourtant le plus effacé. À 2 mois à peine, il passe la majeure partie de son temps à dormir dans les bras des grands-parents, oncles, tantes et amis. «Présenter Léon à nos amis et aux membres de nos deux familles, passer un bon moment avec eux, voilà ce qui nous tenait à cœur», raconte Marie-Christine, sa maman. C’est donc tout naturellement qu’elle et son conjoint ont opté pour une formule à leur image. Une formule informelle et conviviale, sans discours ni cérémonie… et sans cadeaux!», comme le précise Marie-Christine.

Autrefois, une coutume allait de soi: on célébrait la naissance d’un enfant au moment de le faire baptiser. Et c’est toujours le cas dans de nombreuses familles! Effectivement, près de 60% des nouveaux parents se tournent encore vers le baptême traditionnel, selon Denise Lemieux, sociologue, professeure et chercheuse à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

De nos jours, beaucoup font ce choix pour respecter une tradition familiale et culturelle, davantage que par conviction spirituelle», commente-t-elle néanmoins. Une réalité dont peut témoigner Cindy, nouvelle maman d’une petite Rosalie: «Au départ, nous ne pensions pas faire baptiser notre fille, admet-elle. Mais nous avons senti que ce passage était important aux yeux de certains membres de nos deux familles. Comme mon conjoint et moi sommes en accord avec les valeurs de la religion catholique et que l’idée l’idée d’agrandir la famille de notre enfant en nommant officiellement un parrain et une marraine nous plaisait, c’est cette formule qui a eu notre préférence. Il faut toutefois le reconnaître, au-delà de la symbolique religieuse, ce baptême a surtout été un beau prétexte pour nous rassembler et manger du gâteau au retour de l’église!

Contrairement à d’autres pays où existent des options de cérémonie laïque prônant des valeurs humanistes (présentation de l’enfant à la cité en Belgique, baptême civil ou républicain en France), le Québec n’offre toujours pas d’autres choix que religieux en matière de rituels et de célébrations pour marquer la naissance. Cependant, à l’heure où de moins en moins de Québécois se disent pratiquants, plusieurs s’interrogent sur les façons de réinventer la tradition. Car le désir de fêter l’heureux événement, lui, ne s’essouffle pas.

Des fêtes personnalisées
« Ce qu’on veut aujourd’hui, c’est souhaiter la bienvenue à son bébé, c’est pourquoi les parents cherchent à adapter les rituels de sorte qu’ils aient un sens pour eux», note Chantal Dauray, auteure des livres Célébrons! La naissance de bébé (éditions Publistar) et Réinventez vos cérémonies, fêtes et rituels (éditions Stanké). Cette experte en communications organise occasionnellement des «fêtes de bienvenue», événements sur mesure pour permettre aux parents de souligner à leur manière la naissance de leur enfant. «Nous devons prendre le temps de nous poser les bonnes questions pour choisir la formule qui nous conviendra véritablement, dit-elle. Sommes-nous croyants? Quelle est notre culture familiale? Quel genre de personnes sommes-nous, introverties ou extraverties? Que nous lui donnions une tournure informelle ou très structurée, la fête de bienvenue doit surtout s’articuler autour de nos valeurs.»

Chantal Dauray conseille en outre aux parents de ne pas hésiter à user d’une bonne dose de créativité ni à dépasser les conventions afin de bâtir leurs propres traditions. «J’ai organisé ma première fête de bienvenue lorsque mon deuxième fils a eu 1 an, dit-elle. Nos proches étaient invités à jouer de la musique, à lire des textes, déjà existants ou rédigés pour l’occasion, et à trinquer à l’eau-de-vie. Plutôt que de désigner un parrain et une marraine, nous avons fait circuler un lampion parmi les convives qui, en le recevant tour à tour, s’engageaient à devenir des éclaireurs pour Vincent s’il devait plus tard traverser des périodes sombres. J’ai aussi demandé aux personnes présentes de formuler des vœux pour lui. Comme je ne voulais mettre personne mal à l’aise, si elles préféraient ne pas le faire à haute voix devant tous, elles pouvaient les livrer plus discrètement devant une caméra, ou encore les écrire dans un livre prévu à cet effet.»

La famille comme port d’attache
«Qu’ils soient religieux ou non, ces rituels revêtent toujours une dimension collective, rappelle la sociologue Denise Lemieux. De fait, les célébrations de bienvenue ont pour but premier de réunir les proches autour de l’enfant. Elles visent également à affirmer son lien avec les générations qui l’ont précédé. On m’a rapporté à ce sujet une jolie anecdote: pour une réception en l’honneur de leur bébé âgé de 6 mois, où cette idée de continuité allait être mise en relief, les parents avaient recherché des photos de toute la famille et en avaient fait un immense montage à présenter à leurs invités.»

Certains couples profitent aussi de cette fête de bienvenue pour se prêter mutuellement un serment d’amour ou, suivant le cas, pour réitérer leur engagement. «De plus en plus de couples choisissent de ne pas se marier, indique Chantal Dauray. La naissance du premier enfant est donc souvent pour eux la première occasion de réunir leurs deux familles.» Ainsi, lorsque leur petite Géraldine a eu 4 mois, Amélie et Stéphane ont convié parents et amis dans leur appartement. Le nouveau papa a pris la parole pour exprimer à sa conjointe, en lui récitant un poème écrit de sa main, à quel point il était heureux d’être auprès d’elle. L’émotion a atteint son comble lorsqu’il lui a offert un bijou pour la remercier d’être sa partenaire dans cette nouvelle aventure. Un moment inoubliable!

Source: Enfants Québec, avril 2014

Commentaires

commentaires

2 commentaires

Anne

Chez-moi aussi, il y a eu une fête de bienvenue. Mon fils avait 13 jours. Nous avions invité seulement quelques personnes: les grands-parents, les oncles et tantes du bébé. Tous ne sont pas venus malgré l’invitation. Nous avons fait une petite fête bien simple d’une durée de quelques heures en après-midi. Nous avions commandé d’un resto, acheté un gâteau à la pâtisserie du coin avec la mention: Bienvenue à la maison avec le prénom de mon fils dessus. Et nous avons pris bcp de photos pour en faire un souvenir mémorable. On voulait cela simple, mais on voulait absolument souligner sa venue. C’était important pour moi.

Corine

Nous voici installe9es e0 SADA duipes 2 jours. WEEK END anime9 : grand mariage. bon accueil et confort e0 la chambre d hf4te : bonne literie, climatisation, tv, bonne tenue de l e9tablissement. Bons petits plats traditionnels partage9s avec la famille. Excellente adresse.2 Bretonnes de passage

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cessez de dire « Je n’ai pas le temps …» Prenez le temps!

Vous sentez-vous efficace dans la gestion du temps – le vôtre...

Lire la suite →

Choisir la vie

La deuxième fois que je suis devenue maman, c’est qu’à choisir...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →