superbanniere
Abonnement Magazine

Sommeil de préados: les éléments perturbateurs

Crédit: Istockphoto

Crédit: Istockphoto

Naturel et évident, le sommeil? Loin de là! Voici comment aider votre préadolescent à l’apprivoiser.  

Par Assia Kettani

À l’approche de l’adoles­cence, le temps de sommeil diminue peu à peu: l’enfant qui s’en­dormait à 20 heures veut progressive­ment se coucher à 21 heures, puis à 22 heures. «S’il se lève comme d’habi­tude le matin, passe de bonnes journées et arrive à se concentrer, c’est sans pro­blème, commente Evelyne Martello.

Avec les changements hormonaux de la puberté, il est normal de se coucher plus tard.» En revanche, plusieurs éléments exté­rieurs peuvent perturber le sommeil. « À ces âges, la télévision reste nocive. La lumière des écrans stimule le cerveau et fait baisser la production de l’hormone du sommeil, dit l’infirmière. D’autres causes entrent aussi en jeu et sont quelquefois difficiles à contrôler. Certains enfants, quand ils ont eu beaucoup de devoirs à faire le soir, ont du mal à décrocher.»

Parfois encore, un «décalage ho­raire» s’installe: l’enfant se couche plus tard et récupère la fin de semaine en se levant tard. Ce décalage, en persis­tant, sera source de fatigue. « En ce cas, il faut faire lever l’enfant assez tôt le matin, préconise Evelyne Martello, surtout le dimanche, afin qu’il puisse s’endormir de bonne heure le soir et ne pas démarrer sa semaine du mauvais pied.»

C’est enfin dans cette tranche d’âge que les parents pourront se préoccuper de l’énurésie, qui touche surtout les garçons. Puisque l’âge de l’acquisition du contrôle nocturne se situe entre 2 et 4 ans, mais parfois un peu au-­delà, il n’y a aucune raison d’envisager un traitement avant 6 ans. L’auteure et éducatrice Sylvie Galarneau voit dans l’énurésie tardive un besoin d’attention qui peut surgir après un bouleverse­ment, comme celui d’une naissance ou d’une rupture. « Passer un moment de qualité avec ses parents avant de dormir peut aider l’enfant à mieux se contrôler », soutient­-elle. Parmi les autres solutions, on évoque en priorité l’entraînement vésical (consistant à se
retenir volontairement dans la journée), une consommation réduite de boissons le soir et le lever au cours de la nuit, tout en sachant que la motivation de l’enfant reste le facteur clé.

Source: Enfants Québec, octobre 2013

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

À quelle heure doit-elle se coucher?

Intervenante en petite enfance, Sylvie Bourcier répond à une...

Lire la suite →

Le lapin qui veut s’endormir

Un livre somnifère Connaissez-vous Le lapin qui veut...

Lire la suite →

Bonnes nuits, bonnes notes

Pas facile de les mettre au lit… Pourtant, selon les...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →