superbanniere
Abonnement Magazine

Mon enfant de 3 ans ne fait pas de phrases. Dois-je m’inquiéter?

«À 3 ans, mon garçon ne combine pas encore de mots pour faire des phrases. Dois-je m’inquiéter?» Marie-Claude, Rimouski

«Non pas dodo», «Bye maman», «Papa pas là», «Encore pomme»… Dès qu’ils connaissent plusieurs mots, les enfants commencent à les associer par deux ou par trois pour s’exprimer. Si, à 3 ans, votre enfant n’a pas du tout amorcé ce processus, je vous conseille de consulter votre médecin de famille, qui recommandera une évaluation de son audition et analysera la globalité de son développement.

Votre fils comprend-il ce que vous lui dites, lorsque vos paroles ne sont pas accompagnées de gestes naturels? Il arrive que, sans s’en rendre compte, les parents facilitent la compréhension et compensent les retards de langage de leur enfant en utilisant spontanément des gestes ou des signes. Un bébé apprendra alors à suivre davantage les mouvements de son parent plutôt qu’à écouter et traiter les phrases ou les consignes qu’il formule. Le meilleur test, pour vous, serait de donner à votre garçon une consigne simple sans l’aider d’indices gestuels, et de voir s’il est capable de la suivre. Par exemple, avec des pet ites figurines et des véhicules, demandez-lui d’exécuter vos directives : «la vache mange la pomme», «le garçon conduit le camion», «le lapin saute vite vite…» D’autre part, votre enfant a-t-il développé un lexique expressif suffisant? Combien de mots estimez-vous qu’il connaît?

À son âge, il devrait avoir assimilé au moins 10 à 15 mots dans 7 ou 8 catégories sémantiques différentes (animaux, vêtements, parties du corps, aliments, jouets, véhicules, objets de la maison, nom des membres de la famille et de l’entourage…), et de 15 à 20 verbes d’action, indispensables pour faire des phrases (courir, sauter, dormir, manger, boire, se laver, tourner, tomber, jouer…). Prenez soin d’ajouter à son répertoire des mots de qualité (des adjectifs), des prépositions de lieu (dessous, dessus, derrière), des formules de négation, (non, pas, ne plus), des mots fonctionnels (encore, beaucoup). Dès qu’il connaîtra suffisamment de mots, il devrait commencer à les agencer en phrases de façon naturelle.

Truc de pro
Pour apprendre à parler, il faut de bons modèles… mais surtout des modèles accessibles. Si votre enfant fait déjà des phrases de trois mots, veillez à lui parler avec des phrases simples de quatre à six mots, qu’il pourra tenter de reproduire avec succès. La stimulation doit continuellement être adaptée à ses progrès.

À surveiller! Votre garçon est-il le petit dernier de la famille? Vos aînés prennent peut-être plaisir à se faire son porte-parole ! Si c’est le cas, en parlant à la place du plus jeune, ils l’infantilisent pour se valoriser et le traitent comme un bébé… Un comportement qui pourrait ne pas favoriser son développement.

Source:Enfants Québec, novembre 2013

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Elle prononce mal les S et les Z

Ma fille de 6 ans a des difficultés de prononciation avec les S et...

Lire la suite →

Attention à l’anxiété de performance

Être un peu nerveux avant un examen ou une compétition, c’est...

Lire la suite →

Un homme autonome

«Prends-moi maman!». Avec des yeux du chat botté dans Shrek,...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →