superbanniere
Abonnement Magazine

La ronde des visites après l’accouchement

Photo : istockphoto«Dès le lendemain du jour où notre nouveau-né est arrivé à la maison, on a vu défiler les amis, la famille et les collègues, raconte Karine Pommier. La visite bousculait le semblant d’horaire que j’essayais d’établir et il est arrivé que j’aie hâte qu’elle parte. Dire que, quand mon bébé dormait, j’aurais pu faire mille et une choses dans la maison! D’un autre côté, ça me faisait du bien de voir des gens; je me sentais moins coupée du monde. Si j’ai un deuxième enfant, j’irai moi-même rendre visite à mes proches; ainsi, je pourrai partir quand je serai fatiguée.» «Je ne pensais pas que les visites allaient s’avérer aussi énergivores, dit de son côté Sébastien Cottinet. Les amis qui nous assuraient qu’ils ne faisaient que passer restaient deux heures ou plus, jusqu’à ce que notre bébé se réveille… C’est un terrain glissant parce qu’il s’agit de gens qu’on aime voir et qui, en temps normal, sont toujours les bienvenus chez nous. Ils le sont encore mais nous n’avions pas calculé que, vu le peu de temps que notre nouveau-né nous laisse pour nous reposer, s’il y a de la visite, on ne se repose pas.»

Les premières semaines à la maison avec bébé se révèlent en effet très exigeantes. «C’est un peu comme si, lorsque vous êtes en plein décalage horaire, vous receviez de nombreuses visites, explique Sylvie Thibault, accompagnante à la naissance pour Mère et Monde. Vous êtes déjà suffisamment déboussolé; vous n’avez pas envie, en plus, de vous sentir bousculé. On se trouve vraiment sur une autre planète quand on vient d’avoir un bébé.»

Durant cette période de «survie», le plus important n’est pas de faire plaisir à vos proches mais bien d’accorder la priorité aux besoins de votre bébé ainsi qu’aux vôtres. En organisant mieux les visites, celles-ci constitueront un moment agréable plutôt qu’une corvée.

Certains nouveaux parents ont besoin de préserver leur intimité familiale. Si c’est votre cas, vous pouvez choisir de consacrer les premières semaines exclusivement à l’apprivoisement mutuel avec votre bébé et à l’adaptation à la vie avec un nouveau-né. «Les seules personnes qui viennent durant le premier mois devraient être les membres de la famille immédiate ou des proches prêts à donner un coup de main, en apportant des plats congelés, par exemple», suggère Sylvie Thibault.

Dans les semaines qui suivent, pourquoi ne pas organiser un brunch au cours duquel vous présenterez bébé à tout le monde? Vous célébrerez ensemble sa venue, et chacun apportera un plat. Certains parents préfèrent cette formule plutôt que d’avoir d’innombrables visites successives. Toutefois, il y a des mamans qui, souffrant d’isolement depuis qu’elles sont seules avec bébé pendant la journée, préfèrent établir un calendrier pour répartir les visites au cours de la semaine.

Demandez aux gens de ne pas arriver à l’improviste mais de téléphoner pour vous avertir de leur visite. Mieux encore, planifiez vous-même les visites à votre convenance.

Invitez vos amis à dîner le week-end… à condition qu’ils apportent le plat et le dessert! Et pendant que l’un des parents s’occupe de bébé, les invités aident l’autre à mettre la table et à faire la vaisselle.

Permettez-vous de décommander la visite prévue le jour même si la nuit a été éprouvante.

Présentez la huitième merveille du monde à vos proches, mais gardez intacte votre bulle parents-enfant. Si certaines nouvelles mamans sont à l’aise pour allaiter devant leurs proches, d’autres se sentent encore maladroites et ont besoin d’intimité. Vos proches doivent être conscients que maman se retirera peut-être le temps du boire ou pour calmer un bébé qui a des coliques. Pas de culpabilité, donc, si vous n’avez pas réussi à passer autant de temps que vous l’auriez souhaité avec vos visiteurs. Ceux-ci doivent s’attendre à ne pas être «reçus» comme d’habitude. Le mieux est de prévenir, afin qu’il n’y ait pas d’attentes déçues. «Au bout de deux semaines, on s’est organisés différemment, raconte Sébastien Cottinet. En présence de la visite, on continuait à plier du linge ou à cuisiner tout en discutant.»

Enfants Québec, juin-juillet-août 2007

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →