superbanniere
Abonnement Magazine

Des trucs pour rendre la période des devoirs efficace

ecole_iStockLa période des devoirs à la maison est synonyme de cauchemar? Sachez outiller votre enfant!

Par Marc-Antoine Tanguay-Lauzière, professeur de français et collaborateur de l’organisme d’aide aux devoirs Allô prof

«Que pourrais-je faire pour mieux étudier?» «Comment est-ce que je peux m’améliorer dans mes multiplications?» «Comment faire moins de fotes?» Vous n’avez pas idée du nombre de fois que des enfants m’ont posé ces questions. Cela survient généralement vers la cinquième année. Les élèves sont alors parmi les plus vieux de leur école et réalisent qu’ils ont un pouvoir réel sur la qualité de leurs apprentissages et de leurs résultats scolaires. Voici quelques bons trucs pour mieux étudier.

1 Apprendre à se connaître
Au fil des années, l’élève attentif à ses études peut apprendre à reconnaître ses forces et découvrir les méthodes d’apprentissage qui fonctionnent bien pour lui. Il est donc bon de l’inciter à réfléchir à sa façon d’étudier. Chaque enfant développe en effet ses propres trucs, que nous appelons stratégies, pour comprendre les notions et les apprendre.
Par exemple, on peut établir des raccourcis pour ne pas avoir à mémoriser intégralement les tables de multiplication.
Un enfant peut se rappeler que 6 x 8 = 48. Mais il sera peut-être plus efficace pour lui de décomposer cette multiplication.
On peut, en effet, à partir de tables plus petites, répondre à des questions portant sur des tables plus grandes. Non seulement gagne-t-on du temps d’apprentissage, mais on développe aussi, en faisant ce genre d’associations, des aptitudes pour d’autres propriétés des mathématiques.

2 Faire des liens
Pour bien étudier, le mot-clé est association. Lier des éléments entre eux est le meilleur moyen qu’a notre cerveau pour augmenter sa capacité de mémorisation, un peu comme un ordinateur compresse des fichiers pour en emmagasiner davantage. On peut, par exemple, retenir des éléments historiques par cœur. Mais n’est-ce pas plus efficace de les apprendre par association? La bataille des Plaines d’Abraham a eu lieu en 1759: c’est trois «ans» de plus que mon adresse, 1756… Champlain a fondé Québec. C’est le pont que maman emprunte pour aller travailler… Et ainsi de suite.

3 Avoir un bon environnement
L’enfant doit disposer d’un lieu tranquille, bien éclairé et propice à la lecture. Cela a été dit et redit: un tel espace est essentiel pour que l’étude soit efficace. Certains outils technologiques auxquels les parents ne pensent pas toujours peuvent aussi grandement détourner l’attention de l’enfant de ses devoirs et leçons: les messageries instantanées, comme MSN ou Yahoo, qu’il faut fermer pendant le temps d’étude. On évite ainsi que l’enfant soit préoccupé par la possibilité qu’un ami fasse, à tout moment, sonner la petite cloche de la messagerie. La recommandation vaut aussi pour l’éventuel téléphone cellulaire, qu’il serait bon de garder éteint dans une autre pièce pendant les devoirs.

Il est bon aussi de limiter le temps consacré aux jeux vidéo, à la navigation sur Internet et àla télévision. Tous les trois sont de formidables aides à l’apprentissage. Ils sollicitent l’intelligence, ce qui est bien. Toutefois, «consommés» en grande quantité, ils accaparent trop l’enfant, ce qui est moins souhaitable. Les enfants québécois passent en moyenne 25 heures de loisir par semaine devant des écrans qui transmettent des informations. Il ne faudrait pas perdre de vue que l’énergie intellectuelle d’un jeune n’est pas infinie et qu’il peut difficilement à la fois conquérir un monde, apprendre à faire décoller un hélicoptère et corriger ses fautes de façon à ne plus les répéter.

4 Demander de l’aide
Cela sert tout au long de la vie de savoir demander de l’aide aux bonnes personnes quand on en a besoin. L’enfant plus jeune se tournera naturellement vers ses parents. Le plus souvent, quand il atteint 9 ou 10 ans, il est bon de l’inviter à multiplier les sources qu’il consulte pour répondre à ses interrogations. Il développera ainsi sa débrouillardise, son autonomie et son esprit critique. L’enfant peut notamment profiter du tutorat offert à l’école, faire appel à Allô prof, trouver des sites Internet de référence ou s’adresser à son grand frère, à sa grande sœur ou à des amis. Dans tous les cas, il est essentiel que les sources d’aide ne donnent pas toutes les réponses aux questions mais fournissent surtout des pistes de recherche pour amener le jeune à faire lui-même la démarche pour trouver la solution.

Enfants Québec, février-mars 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →