superbanniere
Abonnement Magazine

Aimer l’école? Pourquoi pas…

crédit: Istockphoto

crédit: Istockphoto

Certaines attitudes parentales peuvent aider l’enfant à apprécier l’école.

Par Marc-Antoine Tanguay-Lauzière, professeur de français et collaborateur de l’organisme d’aide aux devoirs Allô prof

Les études démontrent qu’un apprentissage est plus facile et plus durable si l’apprenant entretient un lien affectif positif envers l’objet de l’apprentissage. Or, ce ne sont pas tous les enfants qui, d’emblée, aiment aller à l’école. Lorsqu’ils n’ont pas cette chance, il est important de chercher les causes de leur déplaisir et de trouver avec eux des moyens pour le surmonter.

«Alors, comment s’est passée ta journée?» Voilà une question bien simple, mais fort précieuse. Grâce à ces quelques mots, on se donne une clé pour ouvrir le coffre, parfois solidement bouclé, des mille et une choses qui font les joies et les désagréments du quotidien. Nous devrions tous avoir la possibilité de compter sur quelqu’un pour nous poser cette question et nous permettre, en y répondant, de mieux voir et de renforcer les aspects positifs de notre journée, comme de mettre en évidence ce qui a fait problème. Dans la relation parent-enfant, c’est même une nécessité. C’est grâce à la communication que l’enfant pourra exprimer son enthousiasme, mais aussi ses craintes et ses frustrations liées à ses expériences à l’école, et que le parent, tout en partageant les bons moments, découvrira les difficultés rencontrées par son enfant dans un système auquel il peut avoir du mal à s’adapter.

Aimer l’école, c’est d’abord en parler
Les journées en classe n’appartiennent pas à un univers clos qui peut être mis de côté dès le retour à la maison. Elles sont en fait au cœur de la vie de l’enfant, et tout ce qu’il y aura connu, expérimenté, ressenti, subsiste en lui le soir venu. Et il a tant de choses à en dire! Outre cette demi-heure interminable passée à former des lettres attachées dans un cahier, il y a la mine du crayon qui s’est cassée trois fois, et la classe qui a bien ri parce que l’enseignante a fait une remarque amusante à force d’entendre à répétition le taille-crayon… Puis il y a eu la tristesse partagée avec un camarade qui venait de perdre son chat… Faire de l’école un objet d’intérêt à la maison est un bon moyen de la rendre globalement intéressante aux yeux de son enfant. Car aller à l’école, c’est beaucoup plus que de mettre le nez dans des cahiers et de mémoriser des leçons!

Gérer les grosses difficultés
Le plus souvent, les enfants apprécient naturellement l’école. Ils y trouvent une routine rassurante, des amis, des gens qui leur portent de l’attention, des occasions multiples de jouer… Mais celui pour qui des problèmes surgissent et paraissent insolubles peut éprouver du désarroi et rejeter progressivement l’école. Or, l’enfant habitué à raconter sa journée aura plus de facilité à avouer les tracas qu’il ne se sent pas capable de surmonter tout seul. Un apprentissage qu’il ne parvient pas à faire, un élève plus âgé qui l’intimide, une punition qu’il estime injuste, des problèmes de concentration… bien des incidents peuvent survenir dans le quotidien d’un enfant en classe, qui requièrent l’intervention d’un parent. Chaque situation commande une approche différente, mais, dans tous les cas, il est rassurant pour l’enfant d’entendre son parent lui raconter les embûches qu’il a connues au même âge… Les embûches et aussi les expériences formidables, afin de lui faire comprendre que l’école est une étape de l’existence qu’on franchit avec, à la fin, plein de bons souvenirs malgré des moments plus difficiles.

Garder la motivation
Essentielle pour une vie scolaire agréable et réussie, la motivation de l’enfant est souvent le grand défi de l’enseignant et du parent. Elle ne repose pas, d’ailleurs, sur les mêmes objets pour tous les enfants. En revanche, tous les enfants trouvent un intérêt aux activités dans lesquelles ils sont engagés, si elles leur rapportent quelque chose. Cela peut être la reconnaissance des parents ou de l’enseignant, le plaisir entre amis, les découvertes captivantes sur des sujets qui les passionnent, les récompenses, le sentiment de progresser et d’être meilleur, etc. La nature humaine est ainsi faite que, jeune comme moins jeune, on ne fait rien pour rien! Ce qui n’a rien d’immoral en soi… L’important est de cerner ce qui motive réellement l’enfant. Par la suite, le parent peut travailler avec lui à consolider et à élargir cette motivation à partir des objets qui éveillent son intérêt pour l’école. Par exemple, s’il n’aime que les récréations, on peut s’entendre avec lui pour inviter régulièrement à la maison quelques-uns de ses amis et organiser des jeux, à la condition qu’il fournisse un effort pour être attentif en classe. À mesure que l’enfant grandira, le parent pourra proposer ou accepter qu’il profite d’autres activités en lien avec cet esprit de la récréation, par exemple des camps de jour l’été, des ateliers au centre de loisirs ou des sorties au parc d’attractions avec ses amis - toujours en contrepartie de son investissement dans ses études.

En agissant de la sorte, le parent gratifiera son enfant en lui donnant l’occasion de gagner sa confiance, comme il devra le faire plus tard dans sa vie adulte. Au reste, l’enfant qui vieillit se détache de plus en plus de ce type de récompense pour apprécier des études ce qu’elles apportent de mieux: l’autonomie, et la capacité de choisir sa voie préférée dans la vie.

Enfants Québec, novembre 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →