superbanniere
Abonnement Magazine

Obsession minceur durant la grossesse

Photo : istockphoto

Photo : istockphoto

Plusieurs femmes sont préoccupées par l’idée de prendre du poids pendant leur grossesse. Elles sont minces et entendent le rester.

«Il s’agit d’une problématique de plus en plus courante, constate Alain Demers, médecin de famille. J’ai rarement limpression que la pression provient du conjoint, du moins ce n’est pas exprimé ouvertement. Par contre, il existe de plus en plus de pressions sociales.» En effet, non seulement les mannequins posant pour les magazines sont ultra-minces, voire carrément maigres, mais la dictature de la minceur s’étend aussi aux revues sur la maternité. Les femmes enceintes qu’on y voit n’ont aucune vergeture et semblent avoir un poids idéal. Les photos d’allaitement, elles, montrent des mamans ayant déjà récupéré leur poids et leur ligne. Et sur celles illustrant des exercices destinés à retrouver sa silhouette, les femmes sont minces et n’ont jamais le moindre ventre. «Ces clichés ne sont certainement pas pris un mois après l’accouchement!» s’exclame le Dr Demers.

Une petite salade verte ne suffit pas!
«Indépendamment de la grossesse, le corps se modifie avec les années, poursuit le médecin. Même si une femme n’a pas d’enfant et reste en forme, son corps ne sera pas le même à 35 ou à 40 ans qu’à 20 ans. Au fil de la grossesse, je valorise la belle bedaine de mes patientes et je suggère que leurs conjoints prennent des photos en souvenir.» Avec ses patientes qui craignent de prendre trop de poids, le Dr Demers fait un suivi plus serré. Il arrive que des femmes minces pensent qu’il est correct de s’en tenir à un gain de poids de 5 kg pendant la grossesse et qu’une petite salade verte leur suffit le midi. Ce n’est pas le cas! On s’attend plutôt à ce qu’une femme ayant un poids santé prenne entre 12 et 15 kg en s’alimentant comme il faut.

Une femme enceinte devrait prendre six repas par jour
Le menu d’une femme enceinte comprend idéalement six petits repas par jour, dont trois collations santé. Les longues périodes de jeûne sont à proscrire. La grossesse n’est pas le moment de faire un régime, ni de se priver quand on a une fringale. Au contraire, il est plus important que jamais de suivre son appétit. Si, entre les repas, on a un petit creux, on peut boire un verre de lait, grignoter quelques amandes, manger un œuf dur, croquer une pomme, savourer un morceau de fromage sur un craquelin de blé entier ou encore tartiner une pointe de pain pita complet avec de l’hummus.

Les réserves d’énergie accumulées par le corps durant la grossesse répondent à une distribution féminine des graisses. Celles-ci se logent surtout dans les seins, les fesses, les cuisses et les hanches. Mais les kilos pris pendant la grossesse ne viennent pas tous de la graisse, loin de là! Il y a le fœtus qui grossit et qui prend environ 220 g par semaine à partir de la 30e semaine, l’utérus qui, passant de 7-8 cm à 38 cm en fin de grossesse, pèse davantage, au moins 1 kg de placenta, 1 litre de liquide amniotique, etc.

«Aux femmes inquiètes pour leur ligne, j’affirme, à la blague, que je suis meilleur que Montignac, raconte le Dr Demers: «Lui promet que vous perdrez 1/2 kg par semaine. Moi, je vous garantis qu’en moins d’une journée, vous perdrez 5 à 6 kg (le bébé, le liquide amniotique…). Je leur parle du volume sanguin qui revient à la normale trois semaines après l’accouchement. C’est important de démystifier tout ça.» Quant au supplément de poids restant, il aide l’organisme à répondre aux exigences de l’allaitement et des premières semaines avec bébé.

Le but du Dr Demers n’est pas de faire peur à ses patientes, ni de les culpabiliser. Toutefois, s’il constate que la résistance au gain de poids continue, il aborde les effets négatifs d’un tel état de fait, notamment sur le fœtus. Lorsqu’une future maman ne possède pas de réserves suffisantes, son bébé peut souffrir d’un retard de croissance in utero. À cela peuvent s’ajouter les risques associés à la prématurité car ce retard implique parfois aussi qu’on doive provoquer l’accouchement avant terme. Par ailleurs, parmi les facteurs de risque du travail préterme, on trouve le petit poids de la mère ainsi que le faible gain de poids durant la grossesse. Enfin, les enfants nés avec un retard de croissance in utero sont beaucoup plus à risque de devenir obèses à l’âge adulte.

Il n’est pas difficile de retrouver sa ligne si on redevient aussi active sur le plan physique qu’avant et qu’on a une saine alimentation. Cependant, il ne faut pas s’attendre à rentrer dans ses jeans deux semaines après l’accouchement. Il est plus réaliste de se donner six mois à un an pour retrouver son poids initial.

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Cours prénataux

Voici deux livres lus et testés par notre rédactrice en chef...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →