superbanniere
Abonnement Magazine

J’ai testé: gérer ma famille comme une entreprise

crédit : Istockphoto

crédit : Istockphoto

Si l’on administrait sa famille à l’aide de concepts empruntés au monde du travail, serait-on plus heureux chez soi ? Les auteurs du livre Family Inc. croient que oui. Notre journaliste Émilie Villeneuve a testé leur méthode avec sa famille.

Par Émilie Villeneuve

Notre vie de famille n’est pas celle que nous avions imaginée.» C’est ainsi que débute Family Inc., un ouvrage pratique écrit par les auteurs américains Caitlin et Andrew Friedman. Ce couple de rédacteurs professionnels, maîtres ès désorganisation à la maison, ont un jour eu une révélation : ils performaient au travail, jonglant sans cesse avec plusieurs mandats qu’ils réussissaient avec brio, alors que leur vie familiale n’était que succession d’échéances dépassées, de rendez-vous manqués, de budgets« défoncés », etc.

Tenter l’aventure

Autant l’avouer tout de suite : ma réalité ne doit pas être bien loin de la leur. S’il fallait une seule image pour représenter notre «joyeux bordel», ce serait celle d’une pile vertigineuse où s’entremêlent un tas de trucs qui n’ont rien à avoir les uns avec les autres : des factures impayées, des gribouillages d’enfants, des reçus pour l’assurance– qu’on n’envoie pas –, du courrieri mportant adressé à d’anciens propriétaires ,les ébauches d’un budget jamais respecté, le tout couvert d’une fine poussière et de quelques poils de chat savamment disposés. Pourtant, je travaille à la maison en tant que journaliste à la pige… et mon amoureux est en congé parental pour s’occuper de notre petit dernier. Il n’empêche :  les Friedman nous proposent de voir dans l’entreprise une source riche et complète d’inspiration pour le bon roulement domestique.

Le couple nous fait même la promesse suivante: investissez une heure par semaine dans la gestion de votre famille, et vous aurez un foyer et un mariage plus heureux. Plus facile à dire qu’à faire… Surtout qu’en ce moment, je ne dors que quatre heures par nuit (mon plus jeunef ils a 8 mois). Plusieurs conseils de Family Inc. semblent cependant faciles à intégrer :

  •  S’entendre sur les objectifs à atteindre en tant que famille ;
  • Lister les tâches à accomplir chaque jour, chaque semaine, chaque mois ;
  • Se les répartir de façon claire ;
  • Organiser des réunions hebdomadaires pour discuter de tout cela.

Faire comme les pros

Un dimanche soir, à table devant un« touski » (lire : tout ce qui reste dans le frigo) et le bouquin, nous nous préparons à débattre de la nécessaire restructuration de l’organisation de notre foyer. Comme le préconisent nos nouveaux mentors, les Friedman, nous parlons d’abord de la vision que nous avons de notre famille, de ce qui esti mportant pour nous, bref, de la culture et du climat dans lesquels nous avons envie d’élever nos enfants. En ressortent quatre mots clés qui caractérisent notre culture familiale: respect, autonomie, créativité et plaisir. Et nous parcourons ainsi les pages du livre, dressant la liste de nos forces et faiblesses, composant des descriptions de tâches réalistes et adaptées à nos personnalités. Nous faisons aussi un remue-méninges en notant les travaux à exécuter dans la maison et les projets que nous voulons réaliser à plus long terme. 

Je partage avec vous le modus operandi, longuement réfléchi – et inspiré du livre –, qui nous a semblé rapidement prometteur :

  • En cours de semaine, les papiers et le courrier reçus seront déposés dans une chemise;
  • En vue de notre réunion du dimanche, nous inscrirons chacun de notre côté les points que nous désirons mettre à l’ordre du jour;
  • Dans un cahier, nous consignerons ces différents sujets sous les catégories : tâches ménagères, administration, agenda. Nous aurons aussi un intitulé varia où il sera question des projets à court, moyen et long terme.
  • Au moment de la réunion, en suivant l’ordre du jour, nous ferons le point sur l’accomplissement de nos tâches respectives, nous dépouillerons le courrier, nous payerons les factures reçues, classerons les papiers, marquerons toutes nos obligations et celles de nos enfants, pour la semaine, sur un seul et même calendrier que nous afficherons au mur, puis nous nous projetterons dans l’avenir :voyages, rénovations, week-ends en amoureux et autres rêves.
  • L’un de nous deux prendra des notes et rédigera un procès-verbal enfin de réunion.

Autant vous dire qu’à la fin de ce premier «meeting», mon chum et moi nous sentons vidés de toute substance. Mais nous sommes heureux. Nous n’aurons pas à parler paperasse et horaires de toute la semaine, sauf exception. Tout est clair entre nous. Nous pouvons causer actualité, littérature, et babiller à souhait avec nos garçons. Si bien que nous nous donnons rendez-vous la semaine suivante, même heure, même poste.

Et ça roule?

Oui, patron! Au moment d’écrire ces lignes, voilà trois semaines que notre famille est au régime Family Inc., et cela nous a permis de réaliser à quel point les comptes,  les lettres, les reçus, les échéances floues, les projets relégués aux calendes grecques nous pesaient et étaient des sources de stress au quotidien. Quelque part dans une zone de notre cerveau, il y avait constamment ce petit quelque chose que nous savions devoir être fait et qui nous empêchait de profiter pleinement de ces moments en famille, en couple, ou même des rares instants de solitude que nous pouvions chacun nous octroyer. Bon, dans cet ouvrage, on nous suggère également de «sous-traite» certaines tâches (engager une femme de ménage, un comptable, un homme à  tout faire, etc.), d’interviewer les gardiennes comme s’il s’agissait de recruter une employée, de communiquer sur le mode professionnel au sein du couple… Là, par contre, nous y allons «mollo». Pour le moment, nous n’avons pas envie que notre petite moyenne famille mute en PME. Désormais, nous faisons donc un peu de bureau à la maison. Mais pas trop. Parce que ce «joyeux bordel», c’est quand même aussi notre marque de commerce.

FRIEDMAN, Caitlin, et Andrew FRIEDMAN. Family Inc.: Office-inspired solutions to reduce the chaos in your home (and save your sanity!). Tarcher, 2012, 295 p. En anglais seulement.

Source: Enfants Québec, octobre 2013

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Moi mes enfants et leurs chambres à coucher

    Enceinte de ma première je n’avais pas trop...

Lire la suite →

Moi, mes enfants… ils se ramasseront

  Nous étions deux mères parfaites… jusqu’à ce que...

Lire la suite →

À chacun sa liste

Dans toutes les familles, et surtout à la rentrée, on aime...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →