superbanniere
Abonnement Magazine

Que faire s’il ne supporte pas de perdre?

Mon fils de 11 ans est très mauvais joueur et se met en colère dès qu’il perd…

Surtout, ne laissez pas votre en­fant gagner dans un but d’évite­ment! En l’habituant à gagner infailliblement, vous ne feriez que ren­forcer le problème… À son âge, il n’est pas souhaitable non plus que son entourage tolère de telles crises. Il va donc falloir l’aider à acquérir un esprit sportif et à accroître son plaisir au jeu. L’attitude de votre garçon est sans doute dictée par sa sensibi­lité et son émotivité, mais le fait de ne pas supporter de perdre trahit aussi chez lui un manque d’estime de soi. Il accepte mal la part d’incertitude propre au jeu. Or, quand il joue, il ne peut pas avoir le contrôle sur tous les éléments: le hasard, son énergie du moment ou la stratégie de l’adversaire peuvent avoir une grande influence sur le déroulement du jeu. Avant de commencer une partie, dis­cutez avec lui des chances qu’il a de gagner ou de perdre (il n’y aura qu’un seul gagnant parmi les cinq enfants assis autour de la table), puis laissez­ lui le choix. demandez-­lui s’il accepte de jouer sans être certain du résultat. Dédramatisez également les enjeux: le but n’est pas de gagner, mais bien de s’amuser.

Insistez auprès de votre fils sur l’importance du respect envers les au­tres joueurs. Donnez­-lui des exemples: avant et après un match de soccer, les membres des équipes adverses se donnent toujours la main, tout comme les judokas se saluent avant et après un combat. Exigez qu’il suive les règles élémentaires de la courtoisie. Fixez-­lui des limites claires: ses amis et ses frères et sœurs ne voudront plus jouer avec lui s’il persiste à être un mauvais joueur. Faites du renforcement positif et soulignez ses efforts. Par contre, en considérant son âge, s’il ne change pas de comportement, il vous faudra peut­ être envisager de lui imposer des conséquences – par exemple, l’obliger à sortir du jeu, ou à passer son tour au cours de la partie, ou encore à s’excuser auprès des autres joueurs s’il a fait une crise après avoir perdu.

Pour l’encourager, invitez-­le à décou­vrir de nouveaux jeux au-­delà de ceux qu’il connaît par cœur: cartes, Mono­poly, échecs, jeux vidéo, sports d’équipe… il s’apercevra ainsi qu’il est meilleur à certains jeux qu’à d’autres. Enfin, n’oubliez pas que les parents sont des modèles pour les enfants: montrez-­lui par l’exemple qu’il est possible de perdre avec le sourire.

Enfants Québec, juillet-août 2013

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Comment les encourager sans en faire trop ?

Chaque jour, nous complimentons nos enfants et soulignons leurs...

Lire la suite →

4 activités pour le printemps

Décorer la maison avec des œuvres d’illustrateurs...

Lire la suite →

Comportement négatif? Essayez le renforcement positif!

Quand un enfant s’enferme dans un comportement négatif de...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →