superbanniere
Abonnement Magazine

Le jeu, pour le plaisir… ou pour la santé?

Crédit : Istockphoto

Crédit : Istockphoto

À force de promouvoir le jeu «actif» et «bon pour la santé», n’est-on pas en train de le dénaturer? «Alors que le jeu était une pratique sociale intouchable, la santé publique s’en est mêlée, comme elle l’a fait avec la nutrition, l’activité physique, la sexualité», constate Katherine Frohlich, professeure au Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal. De nos jours, les jeux sédentaires, pourtant appréciés par de nombreux enfants, sont souvent décriés comme favorisant l’obésité. Ce discours a-t-il un effet sur le comportement des jeunes? À trop privilégier l’activité physique, on néglige souvent les facettes sociales et émotives du jeu, selon la chercheuse, qui vient d’obtenir une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour étudier l’évolution de la façon dont les 7 à 18 ans conçoivent le jeu. À suivre!

Source: Journal Forum, Université de Montréal.
Publié dans le magazine Enfants Québec, septembre 2013.

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Quand les parents fument, les enfants… grossissent !

Une étude publiée en juin dernier par l’Université de...

Lire la suite →

À go, on bouge !

Pas facile d’inclure à l’horaire des séances de sport en...

Lire la suite →

Virée en véloneige

Croisement entre la planche à neige, le BMX et la trottinette,...

Lire la suite →