superbanniere
Abonnement Magazine

L’école n’est pas un siège auto

Depuis plusieurs années, je vois de jeunes parents commencer à s’inquiéter de la scolarité de leur enfant alors qu’il n’a que 2 ou 3 ans. Je les vois pleins de bonnes intentions. Ils recherchent LA bonne école.

Dites-moi combien ça coûte et où il faut signer. Je veux ce qu’il y a de mieux pour mon petit. Et ils procèdent pour l’instruction scolaire de leur enfant exactement comme ils ont procédé pour acheter son siège d’auto à sa naissance. Ils examinent le rapport qualité-prix du produit, évaluent le niveau de risque et de sécurité, la qualité des matériaux, le design, les commentaires des experts; ils comparent avec les autres écoles et dressent un nouveau rapport qualité-prix.

Faut-il se surprendre qu’ils agissent ainsi?

Il y a belle lurette que la seule compétence qu’on leur reconnaisse comme
parents est celle d’acheter le bon objet pour leurs enfants. Le bon jouet éducatif, le bon lit sécuritaire. Depuis quarante ans, on leur répète qu’ils ne
connaissent rien à la pédagogie et qu’ils n’ont qu’à acheter les livres et les vidéos qu’on leur suggère! La plupart ne se sont jamais assis avec leur petit pour les regarder avec lui. Pas besoin, les experts le savent mieux que moi, n’est-ce pas?

Quarante ans qu’on crée des experts en éducation, tous plus instruits et qualifiés que le meilleur des parents. En toute
bonne foi, et toujours «dans le meilleur intérêt des enfants», on a tassé les parents de plus en plus loin, jusqu’à ce qu’ils occupent le tout petit carré du coin gauche: celui du client.

L’éducation scolaire n’est pas un siège de voiture qu’on installe aux points d’ancrage et qu’on retourne au fabricant quand les problèmes apparaissent.

Les pédagogues ne peuvent rien sans nous, la preuve en est documentée depuis
plus de vingt ans. Là où les parents ne s’investissent pas du tout personnellement, les enfants réussissent beaucoup moins bien. Point.

En cette ère où l’on aime mieux payer plutôt que de s’investir et où les parents
ont été réduits au rôle muet de bons consommateurs, nous avons tous laissé
glisser l’éducation scolaire dans le sillon boueux des produits offerts sur le
marché.

On est prêt à payer pour le meilleur prof. Mais dites-moi, c’est quoi, «le meilleur prof»?

N’est-ce pas celui qui arrive le matin dans la joie et l’enthousiasme? N’est-ce pas celui qui croit que tous les enfants peuvent apprendre et qui est déterminé à amener le vôtre plus loin qu’on peut l’imaginer pour l’instant?

La bonne école, n’est-ce pas celle qui va lui donner le goût d’y aller tous les
matins et d’apprendre ensuite pour le reste de sa vie? Ça se trouve où, dans le rapport qualité-prix?

Je vais vous dire où l’on trouve ces informations. Dans la poignée de main
qu’on échange avec l’enseignante. Dans ses yeux quand elle vous parle des projets qu’elle a pour cette année. Dans votre impression, quand vous entrez
dans sa classe et que vous vous asseyez à un petit pupitre.
La bonne école primaire, c’est celle où le parent a envie de se rendre pour
participer aux activités, soutenir une sortie, encadrer une journée spéciale. À
quoi bon choisir une école qui coûte cher et offre de fabuleuses activités parascolaires si nous, les parents, n’y allons jamais?

C’est terriblement exigeant ? Vous avez raison, ça l’est!

Commentaires

commentaires

2 commentaires

Hachouma

Merci beaucoup pour votre article France, ça me redonne confiance en mon choix de garder mes filles et faire tout le nécessaire pour leur développement. J ai deux filles 2 ans et 4 ans et demie ,elles n ont jamais étaient a la garderie. Jai eu même deux appels de CPE que j ai visiter par la suite et je vous épargne les détails de la visite . Aujourd’hui je cherchais une (bonne école) pour ma petite princesse de 4 ans et demie et en vous lisant, je réalise que ma mission n est pas encore terminé

Hachouma

Merci beaucoup pour votre article France, ça me redonne confiance en mon choix de garder mes filles et faire tout le nécessaire pour leur développement. J ai deux filles 2 ans et 4 ans et demie ,elles n ont jamais étaient a la garderie. Jai eu même deux appels de CPE que j ai visiter par la suite et, je vous épargne les détails de la visite, j ai décidé de continuer mon parcours avec mes petites jusqu’à l âge de l école. Aujourd’hui je cherchais sur le net dans des forums, une (bonne école) pour ma petite princesse de 4 ans et demie. et en vous lisant, je réalise que ma mission n est pas encore terminé :) néanmoins je suis convaincu que je suis sur la bonne voie.

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement...

Lire la suite →

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →