superbanniere
Abonnement Magazine

La plagiocéphalie

nourrisson_iStockPhénomène fréquent, l’aplatissement postérieur de la tête du bébé est un problème qu’on peut facilement prévenir, sinon traiter.

Pour qu’un enfant puisse naître par les voies naturelles et que son cerveau puisse se développer rapidement au cours de ses deux premières années, les os de son crâne sont très malléables. Ils se moulent en fonction des contraintes exercées. Cette malléabilité peut cependant avoir un effet indésirable: la plagiocéphalie positionnelle. Environ 4 nouveau-nés en bonne santé sur 10 développent cette déformation, qui consiste en un aplatissement de l’arrière du crâne, souvent sur un côté. Plusieurs facteurs en sont responsables: des compressions ou des tractions, in utero ou pendant la naissance, ou encore un torticolis. De plus, en Occident, le très grand nombre d’heures que les bébés passent sur le dos ou assis dans un petit siège avec la tête en appui constitue un facteur aggravant. Santé Canada et la Société canadienne de pédiatrie recommandent de faire dormir bébé sur le dos pour prévenir le syndrome de mort subite du nourrisson. «Néanmoins, en dehors des périodes de sommeil, les parents ne pensent pas toujours à varier les positions de leur bébé», constate Sylvie Lessard, physiothérapeute et ostéopathe en périnatalité.

La plagiocéphalie ne se résume pas à un problème esthétique. «Elle engendre des compressions et des tensions, notamment au niveau du système nerveux, du cervelet et de l’hypophyse, note Denyse Dufresne, ostéopathe en périnatalité. Peuvent en résulter des tensions musculaires, des asymétries posturales, une déviation de la mâchoire susceptible entre autres de nuire à la succion et à l’allaitement, des répercussions néfastes sur la vision du bébé, son équilibre, sa coordination, son schéma corporel, son sommeil, son humeur et même sa croissance.»

La plagiocéphalie s’accompagne très souvent d’un torticolis. Il peut être consécutif à cet aplatissement du crâne ou, au contraire, le causer. En effet, comme la musculature du cou du fœtus et du nouveau-né est encore faible, la tête a tendance à se tourner sur le côté. Or, le tout-petit ne devrait pas avoir de préférence pour un côté par rapport à l’autre. Il ne devrait pas non plus manifester de limitation ni d’inconfort lorsque sa tête est tournée du côté opposé au côté choisi. Le torticolis, en soi, est également loin d’être anodin: si bébé a toujours la tête tournée du même côté, il explorera davantage de ce côté, où se révéleront meilleures aussi sa poursuite visuelle, sa coordination œil-main, etc. ¾ avec pour résultat que l’autre côté sera négligé, ce qui aura des conséquences négatives sur son développement.

Comment prévenir
Bonne nouvelle, il est possible de parer à la plagiocéphalie et au torticolis, particulièrement pendant le premier mois de la vie. Voici quelques conseils:

  • Quand vous couchez votre nouveau-né pour dormir (toujours sur le dos), pensez à tourner sa tête d’un côté et, la fois suivante, de l’autre. Alternez ainsi à chaque dodo. Si une région de son crâne est déjà aplatie, évitez qu’il ne repose sur cette partie.
  • Évitez aussi de laisser bébé longtemps dans un siège d’auto ou dans tout autre siège. En effet, il est alors appuyé sur l’arrière de sa tête, et celle-ci, par gravité, peut rapidement pencher d’un côté.
  • Si la position sur le ventre est déconseillée pour le sommeil, elle se montre en revanche très indiquée en période d’éveil (sous surveillance, bien sûr), non seulement pour la prévention de la plagiocéphalie, mais aussi pour le développement visuel et moteur. «La première fois que vous placez votre bébé sur le ventre, il pourrait en manifester du déplaisir, explique Elisa Macri, physiothérapeute au CHU Sainte-Justine. Même s’il le fait au bout de 5 secondes seulement, roulez-le en douceur sur le côté ou sur le dos. La prochaine fois, il restera peut-être 7 secondes avant de se plaindre, et ainsi de suite. En le changeant de position dès qu’il le réclame, vous lui permettrez d’apprivoiser la nouvelle position sur le ventre.» Offrez-la-lui régulièrement (de 10 à 15 fois) pendant la journée, pour des périodes de quelques minutes ou plus, une fois qu’il y sera habitué. Bébé aimera se retrouver à plat ventre sur votre torse ou vos genoux. Essayez aussi de le mettre en contact avec différentes textures: à plat ventre sur le lit, le tapis, le plancher, etc.
  • Couchez-le parfois sur le côté, installez-vous aussi sur le flanc, face à lui, et parlez-lui, chantez, jouez avec lui. Le bébé allaité change nécessairement de position ¾ à gauche, à droite, lorsqu’il boit couché tout contre sa maman étendue elle aussi, etc. Si votre bébé est nourri au biberon, veillez à diversifier également ses positions d’un boire à l’autre, et à placer une surface moelleuse (une serviette douce pliée en quatre, par exemple) entre sa tête et votre bras.
  • Pensez à ramener votre bébé en petite boule, notamment lorsqu’il se trouve dans vos bras. Quand vous le transportez, ne le tenez pas toujours de la même façon, mais variez les postures.
  • Lorsque votre enfant est dans un porte-bébé, s’il tourne sa tête à droite, pensez à la lui faire tourner sur la gauche la fois suivante. Évitez que sa tête ne s’incline trop, en la tenant bien centrée avec votre main. Il est aussi possible de faire de la prévention en ostéopathie, et ce, dès les premiers jours après la naissance.
  • Prenez l’habitude d’observer la tête de votre enfant à partir du dessus pour détecter l’apparition d’une éventuelle asymétrie. Lorsque bébé conserve une bonne rotation du cou, un léger aplatissement de son crâne peut s’améliorer de façon considérable grâce au positionnement actif décrit plus haut.

Les traitements

Il existe différentes approches pour traiter la plagiocéphalie positionnelle et les asymétries qu’elle engendre.

Quand traiter?

Lorsque l’aplatissement du crâne du bébé s’accentue au lieu de se résorber et que vous constatez que, chaque fois qu’on veut lui faire tourner la tête du côté opposé à la partie aplatie, l’enfant la retourne rapidement de l’autre côté ou commence à pleurer, il convient de consulter rapidement le pédiatre. Celui-ci dirige habituellement ces cas vers un service de physiothérapie pédiatrique et parfois d’ostéopathie.

L’ostéopathie
L’ostéopathe étire et assouplit les structures les plus tendues, notamment celles du crâne. Il travaille à leur mobilité comme à leur bon alignement. «Les forces qui ont amené le crâne à se déformer ont été absorbées par l’ensemble du corps, précise Sylvie Lessard, physiothérapeute et ostéopathe. Il est donc important de s’assurer que le développement neuromoteur de l’enfant ne soit plus gêné par aucune compression ni tension». Pour trouver un bon ostéopathe en périnatalité, on peut s’adresser au Registre des ostéopathes du Québec ou à l’Association des ostéopathes du Québec.

La physiothérapie
Le physiothérapeute enseigne aux parents diverses techniques de positionnement et de stimulation destinées à faire en sorte que bébé ne s’appuie plus sur la région aplatie de sa tête. En outre, afin de traiter le torticolis associé à la plagiocéphalie, il lui faire faire des exercices appropriés qui assouplissent et renforcent des muscles impliqués, notamment ceux du cou, ce qui permet au bébé d’acquérir une bonne symétrie des mouvements. En s’assurant que la tête et le corps puissent bien bouger, le physiothérapeute favorise ainsi le développement moteur normal tout en tenant compte de l’alignement postural. Entre les séances, les parents poursuivent des exercices quotidiens à la maison, et, s’il le faut, modifier leurs habitudes pour mieux répondre aux besoins de leur enfant.

L’orthèse de remodelage crânien
Si, entre 5 et 7 mois, la situation ne semble pas se régler de façon satisfaisante, le pédiatre ou le physiatre pourra prescrire une orthèse de remodelage crânien. Environ 20% des bébés nés à terme et en bonne santé qui présentent une plagiocéphalie porteront ce casque fait sur mesure. Il réoriente la croissance des os du crâne à raison de 23 heures sur 24, et ce, en moyenne, pendant trois à quatre mois. Heureusement, la plupart des enfants l’acceptent facilement.

Enfants Québec, septembre 2008

Commentaires

commentaires

pas de compte facebook ?
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

À lire aussi

Le casse-tête de Dylan

« Tu nais. Tu es parfait. Ton papa s’écrie : « C’est...

Lire la suite →

Les 10 mantras de la nouvelle maman

Comment survivre aux premières semaines de bébé ? Rien ni...

Lire la suite →

Physio post-accouchement

La grossesse et l’accouchement ne sont pas de tout repos sur le...

Lire la suite →

Nos blogues

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont bombardés de conseils, de publicités...

Lire la suite →


TDAH: quelques ressources

TDAH: quelques ressources

Beaucoup de parents sont abandonnés après qu'on leur ait livré un diagnostic de TDAH pour leur enfant....

Lire la suite →


Le bonheur est dans le parc

Le bonheur est dans le parc

J'ai demandé à mon fils ce qu’il voulait faire pendant ses vacances. Visiter des musées, un zoo ?...

Lire la suite →