superbanniere
Abonnement Magazine

Le chant prénatal pour maman et bébé

Crédit: Istockphoto

Crédit: Istockphoto

«Il était clair que ça lui plaisait. Et lorsque j’ai repris mes répétitions après l’accouchement, je me suis aperçue qu’il reconnaissait les chants et semblait réconforté.» Geneviève a par la suite décidé de lier l’aventure de la maternité à celle du chant en devenant accompagnante à la naissance et praticienne en chant prénatal. Une dizaine d’autres accompagnantes ont également suivi une formation en chant prénatal et offrent désormais des ateliers aux futures mamans du Québec.

Annick Demers, qui regrettait un peu que son cours prénatal ne touche qu’à l’aspect technique de la grossesse et de l’accouchement, a été conquise par les séances de chant prénatal: «C’était très plaisant de nous retrouver avec nos beaux gros ventres et de chanter toutes ensemble.»

Dès les premières semaines de la grossesse, l’embryon perçoit les sons (et donc les chants) par l’ensemble de son corps, sous forme de vibrations qui lui procurent stimulations neurologiques et détente. Vers le cinquième mois, l’ouïe entre en jeu. Les battements du cœur maternel, les bruits de la digestion, la pulsation du sang dans le cordon ombilical forment désormais les bruits de fond de l’univers fœtal. Dès lors, en chantant à son bébé des berceuses dont le rythme et la mélodie s’harmonisent avec les rythmes intra-organiques, sa maman lui offre un jardin de sons. Celui-ci favorise l’éclosion du lien affectif. Les sons graves et aigus stimulent en outre différentes parties du corps du fœtus dont notamment ses articulations. Ils l’éveillent et induisent en lui un désir de bouger et de participer.

Le chant prénatal constitue également une bonne préparation à la naissance. Il procure à la future maman une meilleure prise de conscience de son corps. Un travail de vocalises lui apprend à se détendre, à alléger la douleur et à favoriser la dilatation. En induisant les endorphines, les sons graves lui permettent d’entrer plus profondément dans son travail une fois celui-ci bien établi. En outre, le chant prénatal profite de la sécrétion de relaxine, cette hormone de grossesse qui relâche les ligaments, pour travailler la plus grande amplitude des poumons. En résulte une capacité respiratoire accrue fort appréciée pendant la grossesse et l’accouchement.

«Ces beaux chants, je nous les ai chantés, à mon bébé et à moi, jusqu’au soir précédant sa naissance, dit Annick Demers. J’avais pensé les utiliser durant l’accouchement mais, dans le feu de l’action, j’ai réalisé qu’il y avait place non pour des mots mais pour des sons plus instinctifs. Mon travail vocal m’a néanmoins permis de me sentir à l’aise pour explorer ceux qui me venaient spontanément. J’avais l’impression qu’ils servaient de lanterne pour guider mon enfant.»

Et après la naissance, que d’adaptation pour la mère et l’enfant! Continuer à entendre ces chants qui le bercent depuis toujours ramène ce dernier à sa vie utérine, le sécurise, favorise une détente et apaise les coliques. Le chant aide également maman à lâcher prise, à ressentir moins de stress et à refaire ses énergies. Bref, tous deux en profitent et cela leur permet de s’apprivoiser dans l’harmonie. «Maintenant, c’est les yeux dans les yeux que je chante ces berceuses à mon nouveau-né, poursuit Annick Demers. Connectée sur l’énergie du cœur, je lui dis à travers ces mots et cette mélodie que je l’aime. Et il le sent. C’est plus que chanter; il s’agit d’une déclaration d’amour.»

Le chant prénatal ne demande aucun prérequis; seulement un désir de chanter pour le plaisir.

Pour joindre Geneviève Ouellet et d’autres praticiennes en chant prénatal, consultez le site de l’Association pour la préparation affective à la naissance.

Enfants Québec, décembre-janvier 2007

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →