superbanniere
Abonnement Magazine

Dois-je m’inquiéter de son faible appétit?

Ma fille de 7 ans revient toujours à la maison avec sa boîte à lunch à moitié pleine, en disant qu’elle avait trop de choses à manger. Dois-je m’inquiéter?  

Les enfants fonctionnent par poussées de croissance. Leur appétit fluc­tue ainsi au gré de leur développement. Il arrive qu’ils mangent peu mais assez toutefois pour combler leur faim. En matière d’alimentation, le rôle des parents est d’offrir la plus grande variété de produits à leur enfant. La quantité à absorber, elle, est du ressort de l’enfant. Dès la naissance, les nourrissons sont capables de reconnaître les signaux de la faim et de la satiété. Il est fondamental de laisser aux jeunes la capacité de gérer les quantités de nourriture qui leur conviennent. En discutant avec votre fille, vous saurez si le problème est simplement une question de quantité. Dans ce cas, respectez sa réponse et faites-lui confiance en diminuant les portions.

Il est important aussi de lui offrir des aliments à son goût, sans pour autant négliger la qualité. Votre fille mangera plus facilement si le contenu de sa boîte à lunch lui plaît. En participant, à  sa mesure, à la confection des lunchs, elle pourrait vous faire des suggestions plus appétissantes pour elle.

Lorsqu’un enfant mange peu, il vaut mieux lui fournir des aliments très nour­rissants. Évitez les aliments riches en sucre, les jus, les biscuits du commerce qui remplissent l’estomac sans apporter assez d’éléments nutritifs. Misez plutôt sur les produits riches en protéines comme le fromage, le yogourt, les œufs durs.

Diminuez les portions sans nuire à la variété. Ajoutez plusieurs aliments différents en petites quantités, afin de bien équilibrer la boîte à lunch. De plus, la présence d’aliments de différentes couleurs stimulera les sens de votre fille et rendra le lunch plus appétissant. Un demi-sandwich, deux tranches de concombre, deux bâtonnets de céleri,  quelques morceaux de poivron et un minifromage peuvent faire l’affaire. La collation du matin peut être plus légère, composée de légumes et de fruits plutôt que d’un muffin trop bourratif. Ainsi, on préserve l’appétit pour le repas principal. À cet âge aussi, l’accès aux friandises devrait être restreint. Évitez d’en offrir trop souvent à la maison et d’en mettre dans la boîte à lunch.

Par ailleurs, vérifiez si votre fille dispose d’assez de temps pour manger. À l’école primaire, le dîner est rapide car les groupes se succèdent et les enfants vont ensuite jouer dans la cour. Or, au même titre que les adultes, les enfants ne devraient pas manger à la course !

Malheureusement, même à cet âge, cer­­tains enfants surveillent déjà leur ali­mentation pour contrôler leur poids et leur apparence. Selon l’Institut de la statistique du Québec, en 1998, un tiers des fillettes de 9 ans avaient déjà tenté de perdre du poids. Sub­tilement, vous pourriez vérifier que votre fille n’a pas cet objectif en tête. De votre côté, soyez prudente avec les allusions aux régimes ou aux calories des aliments. N’oubliez pas que, dans ce domaine, la mère reste le premier modèle pour sa fille.

Enfants Québec, novembre 2007

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Sandwichs de héros

Besoin de nouvelles idées pour garnir la boîte à lunch des...

Lire la suite →

Lunchs en pot

Des salades repas en pot, délicieuses et pratiques pour la...

Lire la suite →

Muffin repas

Une recette de muffin repas à glisser dans la boîte à lunch,...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →