superbanniere
Abonnement Magazine

Accouchement, prise 2

Image : istockphoto

Image : istockphoto

Notre deuxième accouchement ressemblera t-il au premier? Bien des mamans se le demandent! Le point sur les croyances qui entourent l’arrivée de ce deuxième bébé. 

Même si chaque accouchement est différent, le fait d’avoir désormais de bons points de repère constitue un avantage pour nombre de femmes. «La maman espère alors être davantage “présente” pendant son deuxième accouchement et le vivre pleinement, constate Isabelle Chalut, infirmière et accompagnante au centre de ressources en périnatalité Pleine Lune.

 

 

Durant le travail, plutôt que d’être dépassée par l’intensité de l’expérience, elle est disponible à l’égard de ce qui est en train de se produire.» En revanche, lorsque le premier accouchement s’est révélé traumatisant, le fait d’être déjà «passée par là» peut devenir un facteur de stress.

Plus rapide?
Selon une croyance populaire, le deuxième bébé arrive quelques jours plus tôt. C’est faux. Ce qui est vrai, c’est que la durée du travail est en général réduite de moitié lorsque l’enfant se présente bien. Quant à la phase d’expulsion, elle peut n’être que de 20 minutes pour la maman qui avait poussé deux heures la première fois. Un col d’utérus qui n’a jamais travaillé est long, épais et fibreux. De longues heures sont souvent nécessaires pour qu’il s’amincisse, se dilate et s’efface complètement. La deuxième fois, il s’ouvrira plus facilement sous l’effet des contractions. En ce qui concerne les muscles du vagin et du périnée, ils cèdent plus vite aussi au passage du bébé. Malgré tout, on ne peut évidemment pas garantir que l’accouchement sera plus rapide, puisque sa durée dépendra aussi de la position de l’enfant.

Moins douloureux?
Au moment d’un premier accouchement, non seulement la femme n’a pas d’expérience, mais elle est également sur le point d’accéder à un rôle nouveau et rempli de responsabilités, ce qui augmente inconsciemment son niveau de stress et, par conséquent, de douleur. «Je rassure donc les femmes qui se préparent à accoucher une deuxième fois, dit Catherine Gerbelli, sage-femme, en leur rappelant l’avantage d’avoir déjà vécu l’expérience et d’être déjà mamans. Il en résulte effectivement qu’elles sont moins stressées et, par ricochet, souffrent moins.» Par ailleurs, il arrive qu’un accouchement plus rapide soit aussi plus intense. Mais là encore, la douleur sera influencée par d’autres facteurs comme la position du bébé et l’environnement. Pour la mère, le soutien de personnes calmes et positives sera assurément d’une aide précieuse lors de la phase de travail. Dans la perspective d’un deuxième accouchement, plus de femmes en sont conscientes et s’organisent en conséquence.

La peur de revivre une mauvaise expérience
Il est important de faire le bilan d’un premier accouchement difficile et de préciser ce qui peut être mis en place pour connaître une nouvelle naissance conforme à ses attentes. «Bien s’y préparer est une excellente idée, signale Isabelle Chalut. Le second accouchement ne sera peut-être pas tel qu’on l’avait rêvé, cependant, la démarche entreprise pour mieux le vivre aidera la femme traumatisée à faire la paix avec ses mauvais souvenirs. Par exemple, si malgré tout, cette deuxième expérience finit par une césarienne, la maman persuadée qu’il n’y avait pas d’alternative n’aura pas de regrets.»

Quand partir?
Votre premier accouchement a été rapide? Il est donc temps de quitter la maison, cette fois, dès que vous ressentirez les premières contractions douloureuses. Vos membranes se sont rompues? Présentez-vous sans tarder à l’hôpital ou à la maison de naissance car, lorsque la poche des eaux se rompt alors que le travail est déjà amorcé, non seulement il y a des risques d’infection, mais le travail s’accélère. «Dans les autres cas, dit Catherine Gerbelli, vos contractions deviendront régulières, s’espaçant de 5 à 7 minutes pendant plus d’une heure, puis se feront assez longues et intenses. Faites-vous confiance: quand le moment sera venu, vous sentirez le besoin de vous retrouver à l’endroit prévu pour votre accouchement.»
Source: Enfants Québec, novembre 2009 

 

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance...

Lire la suite →

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →