superbanniere
Abonnement Magazine

8 choses à savoir sur la fausse couche

Photo : istockphoto

Photo : istockphoto

Entre la fausse alarme et les signes à prendre au sérieux, la marge est parfois mince.

 

 

Les statistiques
De 10 à 20 % des grossesses se terminent par une fausse-couche et 80 % de ces dernières surviennent avant 12 semaines de grossesse. Durant la vingtaine, le risque de faire une fausse-couche se situe entre 9 et 17 % ; il grimpe à 40 % entre 35 et 40 ans, et à 80 % à l’âge de 45 ans.
Les symptômes  Les signes de la fausse-couche sont le saignement vaginal ainsi que des douleurs abdominales rythmiques et intenses. Celles-ci, provoquées par les contractions utérines, sont cependant moins fortes que durant un accouchement.

Les causes des saignements
Un saignement n’est pas nécessairement le signe d’une fausse-couche. Entre 4 et 6 semaines de grossesse, lorsque l’embryon fait son nid dans l’utérus, il peut survenir un petit saignement d’implantation. D’une durée de deux à trois jours maximum, il n’occasionne aucune douleur, se résorbe seul et ne se reproduit pas. En début de grossesse également, le col est fragile. Il peut saigner légèrement à la suite d’une relation sexuelle ou d’un examen médical. Il arrive aussi qu’il y ait un petit décollement placentaire et, lorsque c’est le cas, plus de 50 % des grossesses vont se poursuivre normalement. Un saignement, parfois minime, peut toutefois aussi être le signe d’une grossesse ectopique. L’embryon se développe dans une trompe, ce qui met la vie de la maman en danger et nécessite une opération d’urgence.

Un indice important
Les saignements et les pertes de caillots de sang de la taille d’une orange ou même d’un pamplemousse peuvent survenir. Lorsqu’on a besoin de plus d’une serviette sanitaire par heure, il faut commencer à surveiller d’éventuels signes de fausse-couche.

Comment réagir?
Quand une femme enceinte commence à saigner, les médecins lui conseillent en général de se reposer et d’éviter les relations sexuelles pendant deux semaines. «Aucune étude n’a prouvé que ces recommandations étaient efficaces, précise toutefois Mélanie Gélinas, médecin de famille. Qu’on poursuive ses activités ou qu’on s’alite, cela ne fait pas de différence. D’ailleurs, il est préférable de consulter pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une complication plus grave comme une grossesse ectopique. En cas de saignements importants, il faut se rendre à l’urgence.»

L’évolution
Le processus de la fausse-couche dure en général quelques heures. Après avoir perdu l’embryon, la femme voit ses douleurs disparaître et les saignements diminuer rapidement. Si l’échographie montre qu’il reste des débris dans la cavité utérine, on a parfois recours à une médication qui la «nettoie» ou à un curetage, une procédure se déroulant en salle d’opération sous anesthésie générale. Une prise de sang permet d’établir si la femme fait de l’anémie et, dans ce cas, on lui prescrit un supplément de fer.

Le suivi
Si la femme qui a fait une fausse-couche ou qui a eu des saignements pendant la grossesse est rhésus négatif, elle doit recevoir un vaccin, le WinRho immunoglobuline. En effet, si du sang fœtal est passé dans sa circulation sanguine et que le bébé est rhésus positif, il peut y avoir une réaction immunologique. La mère peut développer des anticorps contre le rhésus positif, ce qui pourrait s’avérer dangereux en cas de nouvelle grossesse. L’administration du vaccin sert à prévenir une fausse-couche ou des complications fœtales en cas de grossesse ultérieure.

Quand la cause est différente
En général, il y a une investigation après trois fausses-couches consécutives. «Elle peut être réalisée par le médecin qui suivait les grossesses, précise Mélanie Gélinas, médecin de famille. Celui-ci peut aussi adresser le couple au spécialiste approprié. On recherche, entre autres, les problèmes de coagulation sanguine, de maladies maternelles comme le diabète et les problèmes de thyroïde, ainsi que des anomalies chromosomiques chez les parents.»

Source: Enfants Québec, mai 2007

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Cours prénataux

Voici deux livres lus et testés par notre rédactrice en chef...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →