superbanniere
Abonnement Magazine

Comment motiver ma fille surdouée pour la classe régulière?

Selon son enseignant, notre fille de 6 ans est trop douée pour être en classe régulière. Comment l’aider à rester motivée à l’école sans la changer d’environnement?

La réponse de Marie-Claude Béliveau, orthopédagogue et psychoéducatrice: L’enseignant de votre fille a établi un constat. A-t-il déterminé lui-même que votre fille était trop douée? Comment est-il parvenu à cette conclusion? Certains enfants qui paraissent exceptionnels en classe ne satisfont pas forcément aux critères de la vraie douance. Une évaluation rigoureuse par un psychologue permettrait d’abord de valider cette première impression. Pour inscrire un enfant dans un programme de douance ou pour obtenir une dérogation scolaire afin de passer dans un niveau supérieur, l’évaluation d’un tel spécialiste est, de toute façon, requise.

Gardez aussi à l’esprit qu’une aptitude particulière sur le plan cognitif ne va pas toujours de pair avec une telle aptitude sur le plan affectif. Déraciner un enfant de son milieu de vie, de son école de quartier et de son cercle d’amis ou l’intégrer à une classe plus avancée peut également être une source de difficultés.

Pourtant, comme vous le dites, il est très important que votre fille, effectivement douée, ne s’ennuie pas à l’école dans un programme régulier. C’est à son enseignant de savoir utiliser les capacités de votre fille au sein de sa classe afin de la motiver. Celle-ci pourrait par exemple aider les autres élèves lorsque son propre travail est terminé. Son enseignant peut également concevoir pour elle un petit programme supplémentaire, incluant des défis qui la stimuleraient durant ses moments d’inactivité.

L’apprentissage scolaire est le domaine de l’école. Les parents n’ont pas intérêt à devenir des professeurs en instaurant un surcroît de devoirs à la maison. Toutefois, vous pouvez inciter votre fille à pratiquer des activités parascolaires. Si elle est douée en classe, il est probable qu’elle termine ses devoirs et ses leçons rapidement à la maison. Elle pourrait donc profiter de son temps libre pour développer les côtés moteurs ou artistiques de sa personnalité. En consacrant une partie de son temps à diverses activités, comme la musique ou le sport, en plus du programme scolaire, elle découvrirait des champs d’intérêt différents, et peut-être des défis que sa classe ne lui offre pas. Cela lui permettrait également de rencontrer d’autres enfants avec qui partager ses centres d’intérêt et, ainsi, d’enrichir ses relations sociales.

Enfants Québec, décembre-janvier 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Une école sans écrans

Une école sans tablettes, sans téléphones cellulaires, sans...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →