superbanniere
Abonnement Magazine

Introduire un enfant handicapé intellectuel à l’école régulière

crédit: Istockphoto

crédit: Istockphoto

Les parents d’un enfant ayant un handicap intellectuel léger peuvent être tentés de les intégrer à l’école régulière. Le conseil de Marie-Claude Béliveau, orthopédagogue et psychoéducatrice:

La tendance aujour­d’hui est de favoriser le plus possible l’intégration des enfants handicapés dans le milieu scolaire régulier. Depuis quelques années, les commissions scolaires encouragent cette tendance et essaient de procurer les services nécessaires à ces enfants. De fait, nombre d’entre eux intègrent les classes régulières au niveau de la maternelle. Cependant, une bonne part bifurquent ensuite vers des classes spécialisées – à partir de la 3e ou 4e année, lorsque les apprentissages se font plus complexes. Le manque de services peut aussi être la cause d’une réorientation.

L’intégration dans le secteur régulier passe avant tout par l’acceptation de la part des pairs. Le premier enjeu auquel sera confronté l’enfant handicapé sera donc de se faire accepter par l’ensemble de la classe. Au-delà des apprentissages académiques dont va se charger l’enseignant, il est primordial pour votre fils de développer ses aptitudes affectives, son hygiène de vie et son autonomie. Misez avant tout sur son autonomie personnelle, plutôt que sur son apprentissage intellectuel, pour l’aider à intégrer un groupe régulier.

Apprenez-lui à s’habiller seul, à ranger ses affaires, à se laver seul ou à aller à la toilette proprement. Il arrive souvent à un enfant qui, par exemple, éprouve des difficultés à se moucher ou à manger sans se salir, d’être rejeté par ses camarades de classe. Une hygiène personnelle relâchée pourrait compromettre ses chances de réussite malgré ses efforts intellectuels.

Avant l’entrée à l’école, habituez-le à verbaliser ses besoins, ses peines ou ses peurs. Les parents d’enfants handicapés ont souvent une grande aptitude à deviner les besoins de leurs petits, mais à l’école, ceux-ci doivent faire preuve de beaucoup d’autonomie. Si votre fils refuse systématiquement de jouer au ballon à la récréation, son attitude sera mieux acceptée par ses camarades s’il peut leur expliquer qu’il a peur du ballon.

Comme, à l’école, il passera de longs moments sans vous, il serait bon de le faire garder à quelques reprises avant le début des classes, ou de le faire participer à des activités parascolaires. Encouragez-le aussi à fréquenter les enfants du quartier, à jouer avec de petits amis, ce qui augmentera ses compétences sociales.

Le langage est également une habileté de base à développer. Faites-lui raconter des souvenirs, invitez-le à formuler des questions, à préciser son vocabulaire, à se familiariser avec la notion du temps en nommant les saisons, les moments de la journée, etc.

Dès la maternelle, on demande aux enfants de savoir attacher leurs souliers, découper avec des ciseaux, tenir un crayon et même écrire leur nom. Soyez réaliste malgré tout. Votre fils devrait normalement avoir de l’aide à sa disposition pour accomplir les tâches trop difficiles – technicien en éducation spécialisée, orthopédagogue, psychoéducateur. Les enfants souffrant de déficience ont droit à tous ces services… là où les ressources sont disponibles. Or, malheureusement, elles ne le sont pas partout. C’est d’ailleurs un des écueils de l’intégration.

Enfin, n’hésitez pas à visiter au préalable l’école avec votre petit garçon. Un bâtiment connu et des visages familiers formeront un environnement plus rassurant au moment de la rentrée.

Enfants Québec, avril 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

L’école, c’est aussi l’école de la vie!

À l’approche de la rentrée scolaire, les parents sont...

Lire la suite →

Une école sans écrans

Une école sans tablettes, sans téléphones cellulaires, sans...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →