superbanniere
Abonnement Magazine

Comment aider mon enfant somnambule?

Ma fille de 11 ans est somnambule. Que puis-je faire?

Le somnambulisme touche environ 15 % des enfants, en particulier entre 4 et 12 ans. Si la plupart ne connaissent qu’un ou deux épisodes au cours de cette période, 5 % en font plusieurs fois par mois, voire par semaine. Pour ceux-là, on doit prendre certaines mesures de sécurité. Car si le somnambulisme n’est pas inquiétant en soi, les personnes qui en souffrent peuvent se mettre en péril. On verra donc à sécuriser l’environnement de l’enfant. Par exemple, ne laissez pas votre fille dormir dans un lit superposé ou situé trop proche d’une fenêtre. Vous pouvez bloquer l’accès des escaliers avec une barrière de bébé, et poser des loquets sur les portes menant à l’extérieur de la maison. Mais ne verrouillez pas la chambre de l’enfant. En cas de feu, ce serait très dangereux. Par contre, vous pourriez munir sa poignée de porte d’une petite cloche qui tinterait et vous réveillerait si votre fille l’ouvrait au milieu de la nuit.

La plupart du temps, les phases de somnambulisme surviennent pendant le sommeil profond, une ou deux heures après l’endormissement. Plus le sommeil sera profond, plus l’enfant sera porté au somnambulisme. Si votre fille a eu une journée particulièrement éprouvante et stressante, si elle se couche très fatiguée, les risques qu’elle ait une crise somnambulique pendant la nuit seront plus grands. Certains parents finissent par savoir précisément vers quelle heure, en général, leur enfant entre dans une de ces phases, et ils vont jusqu’à le réveiller pour qu’il sorte de son sommeil profond!

Par contre, il n’est pas recommandé de réveiller les enfants alors qu’ils traversent un épisode somnambulique, car ils seraient très désorientés et anxieux. Si vous surprenez votre fille en un tel moment, mieux vaut la ramener doucement à sa chambre, sans lui parler. Le lendemain, évitez de revenir sur l’incident ou de le raconter à tout le monde, car cela pourrait créer beaucoup d’angoisse chez elle.

Il n’y a pas à proprement parler de traitement contre le somnambulisme ni de causes connues. Une routine de coucher qui favorise la détente (éviter les jeux vidéo et autres activités à l’écran), incluant éventuellement l’usage d’un produit naturel aux propriétés calmantes (comme la valériane), serait une stratégie propice à un sommeil paisible, ce qui reste la meilleure protection.

Propos recueillis par Marie-Claude Fortin. Enfants Québec, septembre 2010

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

À quelle heure doit-elle se coucher?

Intervenante en petite enfance, Sylvie Bourcier répond à une...

Lire la suite →

Le lapin qui veut s’endormir

Un livre somnifère Connaissez-vous Le lapin qui veut...

Lire la suite →

L’automutilation, une pratique inquiétante

De plus en plus d’enfants de 10 à 17 ans sont hospitalisés...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →