superbanniere
Abonnement Magazine

Comment régler les différends entre ma fille et le fils de mon conjoint?

Ma fille de 7 ans est une enfant très calme, tandis que le fils de mon conjoint, qui a le même âge, est un garçon très turbulent. Ma fille s’isole donc de plus en plus fréquemment, et je ne sais comment réagir…

Pour que l’équilibre règne dans une famille recomposée, il est souhaitable que les parents instaurent des règles claires qui s’appliquent à tous les enfants. Par exemple, les parents peuvent imposer des règles qui régissent le retour de l’école – ranger sa boîte à lunch, accrocher ses vêtements, se mettre à ses devoirs, etc. Chez vous, l’heure du coucher pourrait être la même pour les deux enfants, puisqu’ils ont le même âge. En cas d’inconduite, les conséquences peuvent, elles aussi, être fixées à l’avance. Ainsi, quel que soit le tempérament des enfants, ils savent qu’ils doivent suivre les consignes établies au préalable par les deux parents. Dès lors, il devient plus facile pour chacun des deux adultes de faire respecter ces consignes sans avoir l’impression de s’immiscer dans l’éducation de l’enfant de son conjoint.

Néanmoins, pour toutes les questions importantes (l’intimité, la politesse, l’honnêteté…), mieux vaut laisser l’initiative au parent biologique. Si le côté turbulent de votre beau-fils empiète sur le bien-être ou sur l’intimité de votre fille – il entre toujours dans sa chambre, il emporte ses jeux sans le lui demander, il prend toute la place -, signalez ces comportements à votre conjoint, mais laissez-le régler le problème avec son fils.

N’hésitez pas cependant à intervenir au sujet des petits irritants de la vie quotidienne. Vous ne pourrez pas toujours laisser à votre conjoint la résolution des conflits routiniers. Par exemple, exigez de votre beau-fils qu’il se calme à table lorsqu’il s’agite trop, ou proposez à votre fille de raconter sa journée pendant que son « demi-frère » l’écoute. L’harmonie familiale passe par l’entente entre les parents. Votre conjoint et vous-même devez bénéficier chacun d’une certaine latitude pour encadrer l’enfant de l’autre, dans des limites acceptables.

Enfin, pourquoi ne pas rechercher à l’occasion des solutions à quatre ? Impliquez vos enfants dans le processus de résolution de problèmes. Peut-être prendront-ils conscience qu’ils ont des personnalités et des besoins très différents. Proposez-leur, dans ce cas, des solutions concrètes et adaptées à leurs personnalités : décider des activités chacun leur tour – aller à la bibliothèque le samedi, jouer au hockey le dimanche, etc. Un bon échange entre les enfants les aidera à résoudre leurs conflits, à développer leur écoute mutuelle et à partager leurs sentiments. Ils sentiront également qu’ils ont chacun leur place dans la maison.

Enfants Québec, juillet-août 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle...

Lire la suite →

La classe de maternelle de madame Michèle

Quand elle part en vacances à la mer, elle leur rapporte des...

Lire la suite →

Comment les encourager sans en faire trop ?

Chaque jour, nous complimentons nos enfants et soulignons leurs...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →