superbanniere
Abonnement Magazine

Comment valoriser notre fils moins performant?

Alors que notre fils de 9 ans performe dans tout ce qu’il entreprend, que ce soit à l’école ou dans ses loisirs, son cadet âgé de 7 ans doit fournir énormément d’efforts pour des résultats acceptables. Comment faire en sorte que notre plus jeune se sente valorisé?

Chaque enfant a son pro­­­pre rythme d’apprentissage. La croissance se fait chez certains à grands bonds et chez d’autres à petits pas. Les variations d’un enfant à un autre sont normales au sein d’une même famille, et il est important de respecter le rythme de chacun. De plus, deux ans d’écart font une grande différence, à cet âge, dans le cheminement personnel.

Lorsque le grand frère obtient de bons résultats, il est normal de le féliciter et de l’encourager. En contrepartie, demandez-lui d’éviter de se comparer au plus jeune et de se vanter de ses réussites devant lui. L’important est que chacun se mesure à lui-même. Vous pourriez aborder la question avec votre garçon de 9 ans. Il peut comprendre que nous atteignons tous notre maximum d’une façon différente, et que les niveaux de réussite varient d’une personne à une autre.

Votre fils cadet, qui a le plus de dif­ficultés, a besoin d’un soutien cons­tant et chaleureux. Afin qu’il se sente valorisé, renforcez ses qualités individuelles comme vous pouvez le faire aussi pour son frère. En dehors de l’école et des loisirs parascolaires, votre jeune fils peut être généreux, avoir des habiletés sociales ou une bonne communication avec ses amis. Mettez ces atouts en valeur.

Encouragez sa persévérance et son estime de soi, et montrez-lui qu’il est ca­pable lui aussi de donner son maximum. Et si les résultats tardent à se manifester, expliquez-lui que l’apprentissage est peut-être plus long pour lui, mais qu’il ne doit pas se décourager. Revenez si possible sur des réussites passées, par exemple : « Je me souviens que tu as appris à marcher plus vite que la moyenne. »

Vous pouvez également lui confier des tâches ou des projets, ou lui attribuer des privilèges, en lien avec ses intérêts et ses forces. Cela lui donnera l’impression de pouvoir agir sur le monde qui l’entoure. S’il est à l’aise dans ce qu’il entreprend, il aura davantage confiance en lui et en ses forces. Vous pourrez plus tard l’encourager en faisant un parallèle avec d’autres acti­vités ardues qu’il a apprivoisées. « C’est difficile pour toi en français à l’école, comme ça t’était un peu pénible au début de m’aider dans le jardinage – ou le bricolage, etc. – mais tu y es arrivé ! »

Sans le surprotéger, n’acceptez pas que son frère ou ses amis se moquent de lui. Et ne prenez pas parti pour l’un ou pour l’autre. Par ailleurs, laissez votre cadet effectuer seul ses tâches, même s’il passe plus de temps que son aîné à inscrire la liste des courses, par exemple. Il faut respecter son rythme pour lui donner confiance dans ses capacités.

Enfants Québec, mai-juin 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Être parent rend-il heureux?

Avoir des enfants apporte-t-il le bonheur? La réponse n’est...

Lire la suite →

Comportement négatif? Essayez le renforcement positif!

Quand un enfant s’enferme dans un comportement négatif de...

Lire la suite →

Que faire pour mon bébé qui a peur de l’eau?

«Mon bébé de 8 mois a peur de l’eau depuis que nous avons...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →