superbanniere
Abonnement Magazine

Ces enfants qui bougent trop

crédit: Istockphoto

crédit: Istockphoto

Un grand nombre d’enfants éprouvent des difficultés scolaires. Ils ne sont pas hyperactifs mais ils ont besoin, plus que d’autres, de bouger. On dit de ces enfants qu’ils ont une intelligence kinesthésique. Leur apprentissage se fait par le biais du toucher et de l’expérimentation corporelle.

Par Germain Duclos

Rester assis : un supplice
Rester assis durant de longs moments est pour eux une véritable torture. Limités à leur pupitre, ces enfants consacrent une telle énergie à ne pas bouger et à se contrôler, qu’ils sont moins réceptifs aux apprentissages. Dans le cadre de l’enseignement traditionnel, ces enfants sont transformés en papillons épinglés… Ces papillons qu’on empêche de bouger, continuent à se débattre pendant un certain temps, mais perdent bientôt tout intérêt pour les activités scolaires.

Leur permettre de s’exprimer
Cette tendance de vouloir les enfants assis bien sagement à leur pupitre, le regard tourné vers le professeur est encore très présente aujourd’hui. Au sein de l’école, seuls l’intelligence et l’esprit sont favorisés pour les apprentissages scolaires. Comment intégrer ces enfants qui bougent aux enseignements traditionnels? Comment leur permettre de s’exprimer sans nuire au climat d’apprentissage?

On sait que l’exercice physique est important pour développer et maintenir une bonne santé. Il est d’ailleurs prouvé que l’exercice physique détend l’esprit, équilibre l’énergie et a des effets bénéfiques sur l’apprentissage. Pourtant, les périodes d’éducation physique à l’école sont insuffisantes.

La pédagogie par projets
Par contre, la pédagogie par projets, instaurée par la réforme, permet aux élèves d’être plus actifs et responsables dans leurs apprentissages, ce qui, pour nombre d’enfants – dont les garçons – est mieux adaptée avec leur besoin naturel de bouger.

Pour permettre au papillon épinglé de reprendre un peu son vol, voici quelques conseils :
alterner les périodes d’activités physiques avec des activités plus tranquilles,
favoriser les activités physiques avant la période des devoirs et leçons,
valoriser le plaisir et non pas seulement la performance dans la tenue d’activités physiques.

En somme, leur laisser dépenser leur énergie.

Source : Le papillon épinglé, Magazine Enfants Québec, octobre 2001.

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

À go, on bouge !

Pas facile d’inclure à l’horaire des séances de sport en...

Lire la suite →

Niveau par niveau, les défis de la rentrée

Niveau par niveau, voici les défis qui attendent les élèves,...

Lire la suite →

Place aux papas

Longtemps effacés de l’organisation familiale, les pères y...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →