superbanniere
Abonnement Magazine

Vraiment risquée, la grossesse après 35 ans?

Photo : istockphoto

Photo : istockphoto

«Une patiente enceinte de 35 ans ou plus est d’âge maternel avancé, établit d’emblée le Dr Marc-Yvon Arsenault, gynécologue-obstétricien au Centre hospitalier Lasalle. Pour nous les médecins, c’est une catégorie spécifique. À partir de cet âge-là, la trisomie 21, la plus fréquente des anomalies chromosomiques, devient l’ennemi numéro 1.» À 35 ans, le risque de concevoir un bébé trisomique est désormais de 1/365. Il grimpe encore à 1/100 à 40 ans, et à 1/30 à 45 ans. Il est possible de savoir si le fœtus est porteur d’une trisomie 21 en procédant à une amniocentèse. Cependant, il y a toujours un risque (se situant entre 1/250 et 1/400) de faire une fausse-couche consécutivement à ce prélèvement de liquide amniotique. On peut aussi effectuer, autour de 12 semaines de grossesse, un dépistage prénatal ne comportant, lui, aucun risque pour le fœtus. L’examen comprend une échographie au cours de laquelle on mesure l’épaisseur de la nuque du fœtus, ainsi qu’une prise de sang maternel; il permet d’obtenir une estimation plus précise du risque de porter un enfant atteint de trisomie 21. Ce test de dépistage donne un taux de détection de 95% et un taux de «faux positifs» de 2%. Ces derniers cas pourront être décelés grâce à une amniocentèse standard.

«Même si une future mère choisit de ne subir ni dépistage prénatal ni amniocentèse, elle possède encore une ressource avec l’échographie de dépistage à 20 semaines, systématiquement offerte à toutes les femmes enceintes, signale le Dr Arsenault. En effet, il reste toujours la possibilité de passer une amniocentèse plus tardive si l’échographiste détecte une anomalie congénitale, comme un estomac en double bulle, un petit humérus ou un pied bot, souvent associés à des anomalies chromosomiques.»

Vers 35 ans, le taux de fertilité décline, alors que celui des fausses couches, pour sa part, est en progression rapide. À 40 ans, celles-ci sont deux fois plus nombreuses qu’à 29 ans.

De plus, une femme enceinte de 35 ans ou plus s’expose davantage aux risques:
- d’avoir un bébé présentant un retard de croissance intra-utérin;
- d’attendre des jumeaux ou des triplés, avec une probabilité élevée de prématurité;
- de connaître un accident placentaire. Le placenta prævia (placé devant le col de l’utérus) peut saigner et causer éventuellement une naissance prématurée. Le décollement placentaire, lui, provoque une hémorragie et nécessite une césarienne d’urgence pour tenter de sauver mère et bébé, quel que soit le stade de la grossesse;
-d’avoir un diabète de grossesse, un diabète de type 2 ou de l’hypertension artérielle. Dans ces cas-là, les médecins voient parfois leur patiente plus fréquemment, lui mentionnent les signes qui doivent l’alerter, et possèdent un meilleur arsenal thérapeutique qu’autrefois pour répondre à ces pathologies. Néanmoins, même avec un bon contrôle de la tension, par exemple, on ne parvient pas toujours à éviter la progression vers une prééclampsie, une maladie hypertensive de la grossesse, très grave, qui nécessite parfois aussi un accouchement d’urgence;
- de devoir accoucher par césarienne.
Le simple critère de l’âge ne rend pas systématiquement obligatoires des visites médicales plus fréquentes. «Cependant, les médecins se montrent particulièrement vigilants, affirme le Dr Arsenault. Nous avons tendance à tenir compte du moindre signal et à prendre davantage de précautions.»

Il n’y a pas d’âge au-delà duquel il est contre-indiqué de devenir enceinte. «Tant qu’on a le désir d’avoir un enfant, on peut essayer, estime le Dr Arsenault, car il s’agit de la plus belle chose qui puisse nous arriver! Il convient d’être conscient du risque très concret de trisomie 21 et des risques plus importants de complications pendant la grossesse. Par ailleurs, l’amniocentèse et le dépistage prénatal existent. En outre, la qualité des soins fait en sorte qu’on est capable de prévenir et de prendre en charge une bonne part des complications.»

Source : Enfants Québec, juin-juillet-août 2008

Commentaires

commentaires

Comments are closed

À lire aussi

Cours prénataux gratuits en ligne

Quels sont les choix offerts pour un suivi de...

Lire la suite →

Devenir maman d’un bébé né à 24 semaines

« Violette est née le 22 mai 2005, à 5 h 21 du matin, à...

Lire la suite →

Cours prénataux

Voici deux livres lus et testés par notre rédactrice en chef...

Lire la suite →

Nos blogues

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Pour prévenir l’intimidation… leur modèle, c’est vous!

Que faire pour contrer le phénomène de l’intimidation? On parle souvent des comportements et...

Lire la suite →


Regarder un enfant dans les yeux

Regarder un enfant dans les yeux

Quand on a des enfants, l’heure du souper est particulièrement intense, tout le monde sait ça. On se...

Lire la suite →


Le plus beau jour de ma vie

Le plus beau jour de ma vie

Martin Marier raconte l'accouchement de sa blonde et la naissance de sa fille, le soir où il est...

Lire la suite →